• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Josée Blanchette ou la médecine en dialogue

    Jacques Dufresne

    Le dernier livre de Josée Blanchette Je ne sais pas pondre l’oeuf, mais je sais que quand il est pourri suscite la controverse. C’est la raison d’être d’un tel livre. Grâce à cette journaliste courageuse… et rigoureuse, quoi qu’en dise les docteurs Soulières qui se flattent de ne pas vouloir lire son livre, des milliers de Québécois ont appris sur 98,5 que les pronostics dans le cas du cancer sont une affaire de statistiques et qu’en conséquence on ne peut jamais dire à un individu : vos chances de survie sont de tant de semaines ou de mois. N’eût-été du débat lancé par Mme Blanchette, le docteur Soulières aurait-il tenu de tels propos sur une radio grand public ? D’où l’intérêt de la médecine en dialogue, dont nous reparlerons à la fin de cet article.

    L’incertitude est la même en ce qui concerne les effets secondaires. Les gens ont aussi appris pendant ces quelques minutes de radio que dans le cas des adultes, il n’y pas souvent de traitement curatif du cancer par la chimiothérapie. Soit dit en passant, l’adjectif curatif est un terme savant pour bon nombre des auditeurs. Le docteur Soulières aurait dû dire qu’il n’y pas de guérison possible par la chimiothérapie. Il aurait pu ajouter qu’il existe plusieurs types de guérison, dont la guérison spontanée et que dans toute guérison l’effet placebo joue un rôle important pouvant atteindre un pourcentage élevé.

    Je renvoie le lecteur à un classique sur la guérison, un article du psychiatre Henri F. Ellenberger. Pour ce qui est de la guérison du cancer, j’ai consulté le docteur Pierre Biron, auteur de notre Alter dictionnaire médico-pharmaceutique. Voici sa réponse :

    "Il y a des guérisons dans une majorité des cancers du sang chez l’enfant, et une minorité chez l’adulte, avec la chimio (et les greffes). On peut dire que pour les tumeurs solides de l’adulte, il s’agit surtout de rémissions; quand il y a récidive, on doit admettre qu’il n’y a pas eu de guérison; et il y a des incertitudes sur les pronostics dans bien des cas, la chose est complexe : comment déterminer la part de la chirurgie, de la radiothérapie et de la chimio quand la rémission est au rendez-vous. On connaît tous des adultes qui ont cessé la chimio à cause des effets secondaires, et qui ont survécu, et d’autres pas. En fin de vie la chimio palliative n’a souvent pas sa place, surtout quand on est devant une espérance de vie de quelques mois. Aucun anticancéreux à visée curative n’aurait été découvert depuis 1969 (cisplatine), affirme l’influent médecin Claude Béraud en France, beau sujet de discussion entre oncologues. Le rôle des statistiques est crucial dans ce domaine, il faut qu’on les établisse avec objectivité et qu’on les explique de façon à être compris, mais quand un cancéreux est anxieux, il se fie à l’oncologue, la relation est on ne peut plus asymétrique, Josée l’a bien compris. Ce qui est malheureux c’est que ce que savent les oncologues, à part leur expérience personnelle, a été produit par des industriels, faute de fonds publics pour comparer différentes stratégies thérapeutiques. Aucun nouvel anticancéreux ne s’est mérité une Pilule d’Or (désignant une percée majeure) de la revue Prescrire ». Les oncologues devraient attendre plusieurs années avant de manier les nouveautés, surtout que les agences du médicament les approuvent dorénavant avec laxité et célérité, à rebours de l’intérêt public. »


    Le placebo est un trouble-fête pour les chercheurs sous influence du Big Pharma. On vient par exemple de publier les résultats d’un essai clinique sur le semaglutide, un médicament contre le diabète 2. Au lieu d’exiger une supériorité par rapport au placebo, une prévention des complications cardiovasculaires du diabète et une comparaison avec la metformine, on se contente de demander une non-infériorité par rapport au placebo et une absence de toxicité cardiaque. (Source) « C’est le monde à l’envers, selon Pierre Biron, c’est admettre que l’on cherche à contrecarrer les éventuelles notifications d’effets indésirables de nature cardiovasculaire (et pancréatique dans cette classe médicamenteuse). Or on sait tous que les essais cliniques contrôlés sont incapables de déceler des effets indésirables très rares alors que les signalements spontanés sont à l’origine de la majorité des alertes de sécurité concernant les nouveaux médicaments. On voit bien que l’industrie décide de la conception des essais, à la place de la FDA. Et le NEJM (New England Journal of Medicine) saute à pieds joints dans cette collusion. Les analogues GLP-1 sont dans la liste noire de la revue Prescrire ; quelle était la possibilité statistique de découvrir les pancréatites médicamenteuses dans Sustain-6 ?»

    Quand je participais plus activement à ce type débat sur la place publique, j’hésitais à dire le fond de ma pensée parce que je craignais que mon esprit critique ne réduise l’effet placebo lié aux chimiothérapies. On a reproché à Mme Blanchette de dire le fond de sa pensée. Sa réponse :« pour l’espoir, à l’oratoire Saint-Joseph, les lampions se détaillent entre deux et 5 dollars dans la chapelle votive ». Je donne raison à Mme Blanchette. La responsabilité première appartient à ceux qui donnent de faux espoirs. Les espoirs vagues sont préférables et vagues espoirs pour vagues espoirs, ne vaut-il pas mieux miser sur la guérison en écho du docteur Crombez ou sur les thérapies naturelles comme le suggère Josée Blanchette.

    L’interview du 98,5 n’a malheureusement duré que quelques minutes; le public n’a donc pas eu l’occasion de poser des questions, comme celle-ci : qu’entend-on au juste par survie de 3 ou 5 ans dans un contexte où le dépistage, par le scanner notamment, permet de repérer un cancer à une phase si précoce qu’il a alors autant de chances demeurer bénin, inoffensif que de s’aggraver. On entretient ainsi la confusion entre le progrès du dépistage et celui des thérapies. J’ai étudié la question de plus près. Cela m’a rendu extrêmement sceptique à l’égard de toutes les prétendues prolongations de la survie en cas de cancer.

    Le docteur Soulières reproche à Mme Blanchette de s’être laissé aller à une généralisation abusive à partir de son propre cas. Après lecture du livre, je ne suis pas de cet avis. Mais à supposer même qu’elle mérite ce reproche, pourquoi lui en tenir rigueur ? La médecine ne fait-elle pas souvent sa promotion en faisant état sur la place publique de réussites miraculeuses qui,en aucune manière, ne représentent la moyenne des traitements ?

    Mme Blanchette résume ainsi sa propre histoire : Tout ça pour accroître de 6% mes chances de survie après cinq ans. Elle cite ensuite son oncologue : « vous savez, on se lève dans nos congrès pour applaudir 6% d’accroissement du taux de survie. » Elle précise plus loin : Certaines thérapies orales qui peuvent prolonger la vie de trois mois ou de quelques années (ou pas du tout) coûtent entre 7 000 et 10 000 $ par mois et peuvent s’étaler sur un an. »

    Voilà un autre mérite du livre : soulever la question de l’efficience des traitements après celle de l’efficacité. L’efficience c’est le rapport coût bénéfice. De l’idée, érigée en dogme, que la vie est sans prix, nous sautons à la conclusion qu’une survie d’un an vaut bien 100, 000. Mais ici les désirs sont infinis et les moyens sont limités. Ce sont les médecins qui fixent les limites. Selon quelles règles ? Depuis que Richard Nixon a déclaré la guerre au cancer en 1971 combien de centaines de milliards a-t-on dépensé dans le monde dans la recherche sur cette maladie ? Pour aboutir dans la meilleure des hypothèses à des traitement palliatifs qui coûtent de plus en plus cher. Le tout appuyé par des associations de malades financées par l’industrie pharmaceutique.

    Le nettoyage moral et intellectuel qui s’impose dans ce cas ne peut être fait sans la participation active des citoyens. Dans notre société, la situation des parents ayant la garde d’enfants gravement handicapés et souvent âgés est intenable. Doit-on continuer à ouvrir le carnet de chèques national pour le moindre progrès technique dans la lutte contre le cancer et le fermer pour les enfants handicapés quand ils atteignent l’âge de 21 ans. On achève la construction de deux grands hôpitaux à Montréal. Selon mes sources, la consigne dans les deux cas était de négliger la beauté, l’aménité de ces lieux au profit des services purement techniques. On construisait jadis des sanatoriums pour tuberculeux dans des lieux, en montagne souvent, où l’air était frais et le paysage beau. J’entendais récemment un reportage sur des groupes de citoyens qui préparent des repas fins et frais pour les pensionnaires d’un CHSLD. Parmi les nombreux témoignages, je retiens ce témoigne d’un vieux monsieur : je vis dans l’attente du prochain repas de nos amis.

    La médecine en dialogue

    Il nous faut une médecine en dialogue et quelques dizaines de Josée Blanchette pour la rendre possible. Je me permets de ressusciter ici un texte inédit qui devient de plus en plus pertinent.

    « Il est de plus en plus difficile pour les autorités publiques de réaliser un grand projet ou de gérer une crise en cas de catastrophe ( sans tenir compte de l’opinion des premiers intéressés : les citoyens.
    Assistons-nous au retour du dialogue dans les sciences et les techniques ? Le dialogue en effet a toujours été associé au savoir. C’est un dialogue ininterrompu avec le public qui a assuré la conservation et le lent progrès du savoir empirique. Dialogue des artisans entre eux certes, mais aussi dialogue des artisans avec leurs clients. C’est ainsi qu’on a pu fabriquer un fer à cheval adapté à tel ou tel terrain. En devenant abstraite, méthodique, au début l’ère moderne, la science a progressé plus rapidement, mais au prix d’une division des tâches entre les détenteurs du savoir, peu nombreux, et la multitude des exécutants. Pendant que les premiers poursuivaient le dialogue entre eux, les seconds, qu’on appela prolétaires, étaient occupés jusqu’à l’épuisement par des tâches qui ne laissaient aucune place à la participation au savoir/pouvoir. (Ne sommes-nous pas les prolétaires de la médecine ?)

    Telle fut la science conquérante qui fit la révolution industrielle. Si pour s’appliquer elle n’a eu besoin que d’exécutants, elle a cependant créé des problèmes dont la solution exigera des partenaires. Il est des situations, les catastrophes naturelles par exemple, où le salut de tous exige la participation de chacun. Pourquoi tant d’américains nient-il le réchauffement climatique, sinon parce que le savoir/pouvoir les a tenus à l’écart des connaissances qui l’expliquent, à commencer par celles élémentaires qui ont rapport au cycle du carbone ?

    La conjoncture planétaire actuelle, caractérisée par des atteintes à l’environnement aggravées par les contraintes de la mondialisation, ressemble à ces situations extrêmes. La nécessité et l’utilité de la participation de chacun au salut de tous y sont manifestes. Dans ces conditions, rien ne devrait empêcher la science de susciter une adhésion générale et enthousiaste, du moins si elle demeure intimement unie à la conscience qu’imposent les circonstances.

     

    D’où l’intérêt, dans ce contexte, de l’émergence d’une science que nous appellerons réparatrice pour la distinguer de la science conquérante des siècles antérieurs. La première vise l’harmonisation des rapports de l’homme avec la nature, la seconde visait une domination de la nature indifférente à ses effets secondaires négatifs. »


    Je ne pensais pas d’abord à la médecine quand j’ai écrit ce texte il y a une vingtaine d’années. À la lumière de nos prises de position récentes sur le niveau clivage entre les bio conservateurs et les transhumantes, entre les protecteurs de la vie et les vendeurs d’immortalité sur terre, la tendance dominante apparaît clairement : la médecine évolue vers une haute technicité destinée à quelques californiens. Il m’apparaît maintenant qu’elle est le premier domaine où le dialogue s’impose. Pensons seulement aux signalements volontaires nécessaires à la prévision des effets secondaires. Quelle importance leur accorde-nous au Québec en ce moment ?Ù

    Il est écrit dans le Corpus hippocratique que « le médecin qui se double d’un sage est l’égal d’un dieu ». Un dialogue avec une disciple de Marc-Aurèle comme Josée Blanchette permettrait à bien des médecins de se rapprocher de cet idéal et de veiller sur nos vies sans oublier qu’un instant d’éternité retrouvée dans l’amour vaut mieux qu’une fade durée illimitée. La durée n’est sacrée qu’en tant que lieu d’un accomplissement.

    Il y a beaucoup de traits de sagesse dans le livre de Josée Blanchette, dont celui-ci : « Autrefois, nos ancêtres apprenaient à mourir en regardant faire la nature, les saisons, un animal. Un grand-père était exposé chez lui après la mort ; les enfants voyaient la Faucheuse, la sentaient, intégraient leur fin de façon non verbale. Ça rendait un tantinet humble et conscient du temps qui passe.
    Aujourd'hui, les signes de l'âge font honte, la vieillesse est taboue et la mort occultée, les funérailles expédiées et le virtuel rend éternel. Nous nions le vivant, avec notre façon de vivre qui détruit la vie autour de nous. Et nous nions la mort qui nous pend au bout du nez. D'où l'acharnement thérapeutique auquel nous nous soumettons et que nous infligeons à ceux que nous prétendons aimer. »(343)

    Date de création: 2016-10-19 | Date de modification: 2016-10-21
    Loading

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2016-10-19
    Dernière modification:
    2016-10-21
    Extrait
    L’interview du 98,5 n’a malheureusement duré que quelques minutes; le public n’a donc pas eu l’occasion de poser des questions, comme celle-ci : qu’entend-on au juste par survie de 3 ou 5 ans dans un contexte où le dépistage, par le scanner notamment, permet de repérer un cancer à une phase si précoce qu’il a alors autant de chances demeurer bénin, inoffensif que de s’aggraver. On entretient ainsi la confusion entre le progrès du dépistage et celui des thérapies. J’ai étudié la question de plus près. Cela m’a rendu extrêmement sceptique à l’égard de toutes les prétendues prolongations de la survie en cas de cancer.

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...