• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Un ''véhiculte'' nommé auto

    Définition

    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une chose c’est risquer de devoir s’en détacher. Or, qui voudrait, qui pourrait courir ce risque dans le cas de l’auto?

    Moi, car j’ai eu depuis toujours une relation d’amour haine avec le jouet talisman de mes contemporains. Au début de la décennie mil neuf cent cinquante, à un moment où, dans mon village natal, la rue n’était pas encore interdite complètement aux enfants, mes camarades et moi faisions la guerre aux voitures à l’aide d’un miroir. Notre méthode était simple : aux jours ensoleillés de l’été, nous braquions un grand miroir sur le parebrise de l’ennemi pour aveugler le conducteur!

    Dangereuse irrationalité de l’enfance!

    Pourtant, quand je m’efforce aujourd’hui de penser l’auto, je me fais à moi-même l’effet d’être encore l’enfant au miroir, nais qui maintenant le braquerait pour faire réfléchir les véhiculteurs!
    Voici, quelques arguments qui devraient, en toute rationalité, avoir pour effet de réduire le culte de la voiture dans le monde!

    Rendement

    80% de l’énergie consommée par une auto se perd, principalement sous forme de chaleur et de gaz d’échappement. Des 20% encore disponible, 95 % sert à déplacer le véhiculte (sic) lui-même et 5% à transporter le conducteur. Calculons : 5% de 20 % c’est en réalité un pour cent!

    Hécatombe à l’échelle des États-Unis en 2015

    Accidents de la route: 38,300 morts et 4.4 millions blessés,

    Terre arable à l’échelle des États-Unis

    L’asphalte couvre une surface de terre arable équivalant à la superficie de l’Ohio, de l’Indiana et de la Pennsylvanie.

    La vitesse généralisée

    Pour l’obtenir, il faut diviser le kilométrage annuel effectué en auto par le temps passé en un an dans ce mode de transport et prendre en compte le temps de travail nécessaire pour le payer. Jean-Pierre Dupuy a calculé que, pour toutes les classes de revenus « moyennes » -- de salarié agricole à cadre supérieur, à l'exclusion des millionnaires ---, la vitesse généralisée de la bicyclette est égale ou supérieure à celle de l'automobile ; seuls les très riches gagnent vraiment du temps en auto. Les autres ne font qu'effectuer des transferts entre temps de travail et temps de transport.

    Le réchauffement climatique

    Le transport consomme 28 % de l’énergie utilisée, aux États-Unis.
    Répartition : Voitures 58 %, camions 21%, avions 9%, bateaux 3 %, autobus et trains 3%. Source

    Émissions de co2 par mile parcouru par une personne
    Voiture : 0.35kg; autobus: 0.08 kg; train: 0.17 kg; avion : 0.237kg courte distance, 0.117kg longue distance. Source

    La prise en compte de l’émission de co2 selon les moyens de transport permet de voir que les transports en commun, surtout les autobus et les trains présentent un avantage considérable par rapport à la voiture.

    Alors qu’en toute rationalité on devait s’attendre à une réduction constante des ventes de voiture, force est de constater qu’en 2015, année de la conférence de Paris, à l’échelle mondiale, elles ont atteint 88.7 millions (+ 2%). Elles ont augmenté en Chine (+9.1), aux États-Unis (+5.8), en Europe (+9.2), aux Indes+9.1) et diminué en Russie (-35.7, au Brésil (-25.6) et au Japon (-!0.3)
    http://wardsauto.com/analysis/world-vehicle-sales-2-2015

    Autos: auto et moi

    Les arguments rationnels étant inopérants, il faut tenir pour acquis que l’auto est l’objet d’un attachement irrationnel, largement inconscient que l’on peut sans crainte assimiler soit à l’idolâtrie, c’est-à-dire à la foi en un faux absolu , soit à l’infantilisme, soit à un narcissisme aigu, soit à un mélange des trois.

    De nombreux auteurs ont étudié la question de l’automobile sous cet angle. En voici quelques-uns::

    Les pionniers de l’auto-critique

    Bernard Charbonneau

    Je redécouvre dans ma bibliothèque L’Hommauto de Bernard Charbonneau, paru d’abord en 1967 et réédité en 2003 chez Denoël. Voilà un maître des premières heures du mouvement écologique auquel il faudra toujours revenir, parce qu’il a vraiment aimé et connu intimement ces paysages européens finement humanisés qui permettent à ceux qui en sont familiers de prendre la mesure de l’impact de l’automobile.

    Voici deux extraits de l’Hommauto :

    «L'homme occidental tend à faire corps avec sa bagnole; sans roues il n'est plus qu'un misérable homme-tronc: un piéton. Ou plutôt, impatiente au bord du trottoir, la bagnole attend son homme; car il faut bien que lui aussi regagne son garage, c'est-à-dire sa maison. L'hommauto forme un tout avec sa coquille à moteur. Il va, l'auto l'avale, la portière claque et il démarre. Il vient et, après un dernier rot, la bagnole accouche de la personne humaine; mais elle la récupère bientôt. Contact, l'auto ronronne; il fallait l'homme pour lui donner la vie. Il la conduit, mais désormais c'est l'engin qui l'entraîne. Quand l'invincible mécanique fonce en jetant sa clameur, qui se douterait qu'elle renferme un délicat mammifère que le moindre choc suffit à meurtrir? Il faut qu'un accident vienne la broyer pour qu'un filet de sang filtrant à travers les tôles nous fasse découvrir qu'elle dissimulait un corps, et peut-être une âme.» (p. 14-15.)

    «Laissée à elle-même, la bagnole finit par se détruire. Le temps que sa rapidité nous donne, elle nous le prend aussitôt pour nous expédier ailleurs. Comme le téléphone ou l'avion, pour une corvée qu'elle nous supprime, elle nous en invente mille. Elle nous mène à la campagne, mais bientôt, l'auto aidant, nous ne trouverons plus à cent kilomètres de voiture la baignade ou la verdure qui nous attendaient à cinq minutes de marche. La bagnole, c'est la liberté de mouvement, individuelle ou familiale; mais quand cent mille libertés motorisées se ruent au même endroit, c'est le bouchon. La démocratie occidentale prétend cumuler la liberté et la fabrication en série d'une masse toujours accrue d'hommes et de bagnoles: elle devra choisir.» (p. 123-124.)

    Jacques Ellul

    Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, auteur du Système technicien étaient deux amis intimes. Autre pionnier de l’auto-critique, Ellul considérait l’auto non en tant qu’objet séparé, pour mieux l’idolâtrer, mais en tant qu’élément d’un réseau de faits indissociables les uns des autres. Il note, par exemple, l’importance que les médias accordent aux voitures brûlées lors des manifestations, il rappelle que, selon un ami chirurgien, ce sont les accidents d’auto qui contribuent le plus au progrès de la chirurgie. Un de ses disciples, Daniel Cérézuelle note de son côté que dans de nombreux pays, ces accidents ont fait beaucoup plus de morts que le terrorisme, plus que les guerres même?

    Wolfgang Sachs

    Dans le même rayon de ma bibliothèque, je retrouve Die Liebe zum Automobile, ce livre de Wolfgang Sachs, un ami allemand. J’y revois des pages de publicité comme celle-ci.

    Je ne peux résumer ce livre que dans un style allégorique :

    Oh ma berline chérie, sais-tu bien que je t’aime, sais-tu pourquoi? C’est parce qu’en ton cocon de cuir blond je trouve à la fois la sécurité du fœtus, la puissance du surhomme et la liberté des dieux. Tu me protèges comme la plus aimante des mères, tu m’obéis comme le plus fidèle des esclaves. Tu me conduis partout où je veux, quand je le veux. La nature ne m’a guère doué pour la course de vitesse, mais grâce à toi, si j’ai pu t’acheter au prix que tu mérites, je peux dépasser tous les Usain Bolt de la terre, tout en m’en remettant à tes caméras pour éviter une collision. La nature a oublié de me faire beau, mais enveloppé dans ta beauté, je suis le plus séduisant des hommes. 

    Wolfgang Sachs nous rappelle que Hitler avait un culte pour l’auto. À son arrivée au pouvoir en 1933, l’un de ses premiers soucis fut de doter l’Allemagne d’un réseau d’autoroutes, le premier au monde, qui permettra aux véhicules de son armée de rouler à la conquête de l’Europe. La première pelletée de terre, près de Francfort, donna lieu à l’une de ces mises en scène dont le Führer avait le secret. C’est à cette occasion qu’il lança son mot d’ordre : «Fanget an! Deutsche Arbeiter ans Werk.» «Allez-y, au travail ouvriers allemands!» En moins d’un an, 90 000 ouvriers et ingénieurs s’emploieront à remuer le sol de l’Allemagne et à en transformer le paysage selon les critères esthétiques du régime : Nicht Strassen, sondern Kunstwerke! Non pas des routes, des œuvres d’art! Par leur design, les voitures s’inscrivaient déjà dans la sphère de la beauté. Les autoroutes allaient embellir le paysage selon la même inspiration.

    Ivan Illich

    Wolfgang Sachs était un ami d’Ivan Illich, auteur auquel il faudra aussi sans cesse revenir pour mener à bien la longue démarche de libération, ne serait-ce qu’en raison des conseils pratiques associés à ses réflexions profondes sur l’autonomie. Il est l’un des grands responsables de la réhabilitation du vélo.

    Lewis Mumford

    Autre pionnier : Lewis Mumford. John Michael Greer, spécialiste des énergies fossiles, lui rendait récemment hommage, tout en précisant sa propre pensée, dans un blogue intitulé The Myth of the machine. À nous les espaces infinis! Aux yeux de Greer, cette liberté que les Américains associent à la voiture, est une pathétique illusion,1 puisqu’elle repose sur de multiples dépendances : à l’endroit du pétrole, des infrastructures routières, des usines d’automobiles, tout cela nécessitant l’une de ces bureaucraties géantes dont les inconditionnels du transport individuel, des républicains surtout, disent vouloir se débarrasser. Dans cette Amérique s’attaquer à l’auto, comme s’attaquer au port d’armes, c’est s’attaquer à la liberté voulue par les pères fondateurs. Il est difficile d’aller plus loin dans la substitution des moyens aux fins.

    Autre machine au centre de la vie des Américains, autre illusion : la télévision. Elle donne le sentiment d’appartenance à une communauté, en réalité elle isole les gens de toute communauté réelle.Examinez, dit Greer, l’un ou l’autre des grands rêves américains et vous trouverez une machine en son centre : voiture électrique, drone, panneau solaire, éolienne, superordinateur, réacteur au thorium. Dans chaque cas, il s’agit d’une dépendance déguisée en liberté et en puissance. Source

    David Gartman

    Un article du sociologue David Gartman, The three ages of automobil : the cultural logic of the car, confirme cette analyse.

    «Les trois âges de l’automobile dont j’ai fait état apparaissent comme la manifestation d’une dynamique sous-jacente qui soutient le système de l’automobilité et sa logique culturelle. Cette dynamique est la confrontation des êtres humains autonomes en puissance avec un système économique qui contrecarre leur auto-détermination en lui opposant une logique bien à lui. Le développement des lois du marché, au cours du dernier siècle a forcé les humains à adhérer au royaume de la consommation pour satisfaire leurs besoins d’identité, d’autonomie et d’individualité. Et l’expression ultime de cette consommation compensatoire a été l’automobile, les moyens de mobilité individuels qui sont devenus synonymes de liberté. On ne peut hélas! Satisfaire des besoins humains de cette façon : pour donner son identité à une personne, il ne suffit pas de lui donner accès à quelques feuilles de métal et aux déplacements autonomes dans l’espace. Chaque étape, chaque âge de l’automobile a implosé pour cette raison. D’un âge à l’autre, les contradictions s’empilent, s’intensifient et s’exacerbent. Cette folie de l’automobile ne se terminera pas par un développement inévitable, objectif du système, mais par les actions d’humains en vue de reprendre en mains une destinée que leur ont dérobé les machines.» Source

    Les actions réparatrices

    Il faut d’abord éviter les solutions illusoires, comme celle de la voiture électrique, laquelle n’améliore guère le rendement de la voiture et se limite à déplacer le problème de la pollution depuis le cœur des villes vers des centrales électriques brûlant elle aussi, sauf exception, du charbon, du pétrole ou du gaz. Quant aux avantages pouvant à long terme, c’est le cas au Québec, résulter du recours aux énergies vertes, ils risquent fort d’être annulés par l’accroissement du nombre de voitures en service et du nombre de transactions numériques dans chacune des voitures. Chaque usage du GPS a un coût énergétique. Les transactions numériques entre humains représentent déjà 10% de la consommation totale d’énergie. À combien s’élèvera ce pourcentage quand chaque véhicule sera aussi branché que les personnes?

    Nous ignorons pratiquement tout des effets négatifs ou positifs de la conduite d’une automobile. Nous qui, au cours de l’évolution, avons mis tant de temps à apprendre à nous tenir debout, puis à marcher, nous voilà assis dans un utérus artificiel, où seul notre cerveau travaille. N’est-ce pas une adaptation un brin forcée? La laideur de tant de nos routes en est peut-être la conséquence directe. À pied ou en vélo, on a le loisir de regarder de chaque côté de la route, d’admirer les maisons et les jardins, en voiture on regarde devant soi ou derrière soi, si bien que la laideur des choses vues de chaque côté, parce qu’elle repousse le regard vers le centre, apparaît comme un facteur de sécurité.

    La caverne de Platon

    Coquille à moteur, disait Bernard Charbonneau. Pour sortir d’un tel cocon, et il faut en sortir, nous aurons besoin d’une longue démarche philosophique, psychanalytique, voire religieuse qui consistera à démasquer une à une les illusions qui cimentent notre identité. Par son habitacle étanche, la voiture est l’équivalent moderne de la caverne de Platon.

    L’espoir est permis. Les marcheurs et les randonneurs sortent du cocon pour renouer le dialogue avec la nature et leurs semblables, pour méditer et contempler plutôt que d’avoir l’œil rivé sur la ligne blanche. Ils entrent dans le monde des fins; la voiture, quand ils en possèdent une, redevient un moyen. Et ils sont de plus en plus nombreux : 18 millions en France, 2 millions au Québec répartis entre randonneurs chevronnés et marcheurs occasionnels.Source

    Les cyclistes participent au même mouvement de libération. À Amsterdam, on situe à 800 000 le nombre de personnes qui utilisent le vélo dans leur vie quotidienne, soit 63% de la population. Le nombre de voitures est de 263 000. Au centre-ville, le vélo constitue 48% de la circulation. Autre bonne nouvelle : plus il y a de vélos dans une ville, moins il y a d’accidents. Source

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1- Pathétique illusion bien décrite par Theodore Dalrymple dans un article intitulé Slaves of the Combustion Engine dont voici un extrait: «Ce voyage à 150 miles de Londres devait durer trois heures selon Internet; j'en suis à la cinquième heure. [...] et réduit à rouler en voyenne à 8 miles à l'heure sur une autoroute à cinq voies de chaque côté. Qui donc a affirmé que la circulation au centre de Londres est aujourd'hui aussi lente qu'à l'époque victorienne?

    Quelle désolation pour l'âme que ces arrêts et ces départs répétés à l'infini...et ces faux espoirs suscités par une soudaine accélération à 17 miles à l'heure (qui après un heure de sur place vous donne l'illusion d'une vitesse supersonique), espoirs vite décus par un arrêt absolu, après la conquête d'un territoire d'une longueur qui, durant la Grande Guerre, dans la boue des Flandres, aurait provoqué 800 000 morts. Seul un recital de Shubert a pu apaiser un peu mes humeurs sauvages: sans lui je crois que j'aurais succombé à un acv causé par la rage et la frustration.»

     

     

     

    Date de création: 2016-09-05 | Date de modification: 2016-09-05
    Loading

    Informations

    Date de création:
    2016-09-05

    Dernière modification:
    2016-09-05

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     


    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...