• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Sport et activité physique

    Définition

     

    Les idéologies du sport

    par Gabor Csepregi

                   Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’auteur d’un essai intitulé Le corps intelligent, qui rappelle les plus récents travaux dans les neurosciences.

                 Dans un texte remarquable et provocant, le philosophe allemand Martin Steel attire notre attention sur le plaisir esthétique que certaines activités sportives procurent aux spectateurs et aux athlètes[1]. D’après Steel ce ne sont ni l’apparence physique des athlètes ni les caractéristiques particulières des disciplines considérées «esthétiques» (gymnastique, plongeon, patinage artistique, etc.) qui font naître ce sentiment d’allégresse et de plénitude. Celui-ci est plutôt éveillé par la perception ou la conscience du corps en mouvement et engagé dans une compétition.

                Selon Steel le sport est avant tout une activité corporelle et agonale, accomplie selon certains critères objectifs et déterminations spécifiques. Bien que la structure temporelle et spatiale de ce «spectacle public» (öffentliche Schauspiel) est déterminée à l’avance, le noeud et le dénouement de l’action restent indéfinis. En dépit d’un appereillage complexe de contrôle, visant à assurer et à stabiliser les rendements optimaux, l’incertitude et le risque de contre-performance demeurent des parties constitutives du sport. L’esthétique ressort de l’enchevêtrement vivant du cadre normalisateur et de la «mise en scène de l’irrégulier» (Inszenierung des Irregularen), pour reprendre l’expression de Steel.

                C’est toujours la «réussite» (Gelingen) qui semble fasciner et émouvoir l’athlète ou le spectateur. Bien qu’elle procède des habiletés physiologiques, techniques et tactiques du corps, une performance adroite ne demeure pas moins un événement imprévu et imprévisible. Paradoxalement, ce n’est pas tant le contrôle conscient de la forme motrice globale qui permet au sportif de marquer le but décisif ou de descendre sur une pente de ski avec une vitesse optimale. L’exploit est réalisé si les mouvements se déploient sans la raideur d’une domination volontaire, si, en adoptant une attitude insouciante, l’athlète arrive à se remettre aux pouvoirs naturels de son propre corps.

                Steel souligne avec raison que toute réussite sportive requiert un rapport particulier au corps: «Pendant un instant ou une durée, le corps objet entraîné se transforme en un corps vécu devenu autonome. L’agir intentionnel de l’athlète se transforme en une impulsion (Schwung) corporelle dépourvue d’intention»[2]. A vrai dire, c’est l’autonomie énigmatique du corps disponible qui provoque chez le spectateur et chez l’athlète un véritable étonnement, un plaisir esthétique. Tout en respectant les obligations et les règles de sa discipline, le corps de l’athlète semble ignorer les barrières tracées par l’entraînement et manifeste sa virtuosité inattendue. En ce sens, l’athlète accomplit «ce qu’il ne sait pas faire», c’est-à-dire ce qui échappe à sa maîtrise technique acquise. Dès lors, l’activité sportive comprend un élément important: «la célèbration de l’incapacité humaine» (eine Zelebration des menschlichen Unvermögen), une incapacité d’approprier entièrement le corps au vouloir et de déterminer tous les aspects de l’agir[3].

                En dépit d’une telle indétermination constitutive de l’agir sportif, beaucoup sont portés à considérer la performance de l’athlète comme un ensemble complexe d’opérations prévisibles et rigoureusement standardisées. En réalité, les mouvements ont pour principe de réussite «un monde inexplicable sous le seul aspect de l’intention» (eine intentional unerklärliche Welt)[4]. La détermination volontaire se heurte inévitablement à une limite au-delà de laquelle le corps cesse d’être un instrument ou un moyen. Si les produits dopants doivent être éliminés du sport, c’est bien en raison de la négation de l’expérience de cette limite et, partant, de l’élimination de la spontanéité naturelle du corps qui surprend et quelques fois trouble l’action. Car, comme le souligne Steel, pour que le sport puisse conserver son sens, il doit rendre possible l’éruption des énergies impondérables et inventives du corps.

                Ces quelques observations sur l’autonomie du corps en mouvement me paraissent importantes en raison d’une remise en question possible des modèles idéologiques en vigueur aujourd’hui au sujet du sport. Quels sont ces modèles?

                Durant la première moitié de notre siècle, plusieurs idéologies ont été proposées pour décrire et exploiter le sport[5]. Le modèle fasciste voit en le sport un moyen par excellence de développer un corps fort, viril, combattant et d’exalter les aspirations nationalistes et même racistes. Le modèle socialiste souligne plutôt l’aspect hygiénique et rationnel de l’activité sportive et n’hésite pas à comparer l’excellence de l’athlète à la perfection de la machine. Loin d’être désuète, l’idéologie libérale et bourgeoise prône les notions de fair-play, de discipline et de bonne forme physique et estime que le sport est avant tout une école de camaraderie, de solidarité, de respect et de reconnaissance, nécessaire à la santé de la civilisation occidentale.

                L’idéologie dominante des trente dernières années s’efforce de mettre en valeur la volonté humaine de réaliser des performances et le désir de recevoir, grâce à l’organisation des compétitions et à la valorisation des exploits, des records et des victoires, une sorte de compensation pour ses propres faiblesses. Reflet d’une société en quête de rendement et d’efficacité, le sport est alors considéré comme un ensemble d’activités susceptibles d’être mesurées, calculées, traduites en chiffres, exprimées en termes de fonctions et de profits. Ce sont surtout les impératifs de la planification rationnelle et de la recherche de la performance optimale qui servent à expliquer et à justifier les pratiques et les stratégies dominantes du sport.

                Outre la propension à envisager le sport en termes de d’efficacité, de quantité et de mesure, il convient de signaler également l’exaltation d’un idéal et d’un style de vie sportif particuliers. Les discours politiques ne cessent de faire l’éloge de cet idéal et d’inviter les citoyens à s’y conformer. L’une des conséquences inquiétantes d’une louange inconditionnelle des notions de force, d’effort, de combativité, de dureté, d’excellence (thèmes très chers aux protagonistis de nombreuses disciplines sportives) est l’absence de réaction devant les méfaits du sport. Car la gravité des problèmes éthiques actuels n’est pas remarquée tant que l’on obéit presque aveuglement à un modèle et à un code de conduite considérés comme valables une fois pour toutes[6].

                Comme le souligne Steel, ce dernier modèle idéologique méconnaît et déforme les traits et les enjeux véritables du sport d’aujourd’hui[7]. Certes, il serait erroné d’expliquer cette méprise par l’affranchissement du sport des valeurs et des contradictions de la société. En effet, les organisations et les individus liés au sport n’arrivent jamais à se trouver complètement à l’abri des intérêts politiques et économiques; un sport neutre et apolitique n’existe pas. Cependant, ce qui révèle, en premier lieu, un gauchissement idéologique, ce sont la lente transformation du sport en un bien de consommation et l’affaiblissement graduel de son lien à des idéaux sociaux en vigueur, c’est-à-dire au «sérieux» même du sport. Le patriotisme, la coopération, l’ascétisme s’effacent et se trouvent progressivement remplacés par le spectacle, la publicité, le vedettariat et le plaisir éprouvé devant la mise en scène des habiletés et expériences corporelles. L’essor des médias, la multiplication des innovations techniques, la mise sur pied des équipes de gestion, dont la tâche principale consiste en la promotion et la rentabilisation d’une opération fort complexe, facilitent et renforcent la tendance générale à assimiler le sport à l’industrie du divertissement. A cet égard, l’observation de Christopher Lasch n’a encore rien perdu de son actualité: «Dans beaucoup de sports, le nombre d’entraîneurs, de moniteurs, de médecins et d’experts en relations publiques vint à dépasser celui des joueurs. La direction accumula des éléments et données statistiques de plus en plus détaillés, afin de mesurer l’efficacité des systèmes et de maîtriser l’incertitude de la victoire. Entourée d’un vaste appareil d’information et de promotion, la compétition apparaît alors presque secondaire, par rapport à la coûteuse préparation de sa mise en scène»[8].

                Cette déformation idéologique véhicule également toute une conception du corps humain. En mettant la performance en rapport avec les principes de la production rationnelle, elle estime que la manipulation quasi illimitée du corps est non seulement possible mais aussi souhaitable. L’expérience prouve toutefois que le processus d’instrumentalisation et de standardisation des mouvements se heurte inévitablement à une limite laquelle, comme nous venons de le signaler, est franchement positive.  Mais l’idéologie dominante fait abstraction de tous les aspects du sport qui se trouvent affranchis de l’emprise de la logique du rendement, même au niveau du sport de haute performance.

                D’après Steel, si nous voulons entrer en contestation avec une telle transmutation idéologique, nous  devons mettre en relief et faire valoir les facteurs impondérables, voire incalculables de l’activité sportive et introduire le débat philosophique sur «l’autonomie du corps propre» (Verselbständigung des Leibes) de l’athlète.

                Comment le corps arrive-t-il alors à «déjouer» les divers impératifs de contrôle et de régularisation? En quoi consiste précisément son autonomie? Que signifie au juste cette affirmation de Steel: «C'est le corps propre (Leib) qui détermine pour finir ce que peut le corps objet (Körper[9]?

                Il n’est pas rare de voir les athlètes, avant ou durant la phase finale de leur performance, d’inventer des solutions motrices inhabituelles, originales, même intempestives. Nous remarquons qu’ils ont la juste et rapide riposte à un défi lancé par un obstacle imprévu. Certes, toute réponse improvisée à un appel requiert une mobilisation des expériences antérieures acquises au cours de l’entraînement. Toutefois, comme le fait remarquer Paul Ricoeur dans ses profondes analyses de l’habitude, le geste va toujours au-delà de ce qui a été répété et consolidé; il surprend par sa justesse remarquable[10]. Si le comportement moteur arrive de cette façon à transgresser les conduites déjà fixées et maîtrisées, c’est en raison d’une «inventivité», d’une «puissance d’essai» qui habite les pouvoirs corporels acquis et à laquelle l’athlète se remet en toute confiance.

                Cette «inventivité» corporelle peut en outre se manifester dans les situations motrices dépourvues de défis inattendus. Au-delà de la correction appropriée des perturbations, le corps peut aussi expérimenter avec des nouveaux modes de comportement car, comme le remarque F.J.J. Buytendijk, il se trouve investi «d’un sentiment fin de ce qui peut et doit être essayé et risqué, d’une finesse d’esprit»[11]. Il est vrai que les exigences d’une chorégraphie prescrite et l’insistance exagérée sur l’efficacité et le rendement peuvent parfois étouffer le goût de l’inédit et de l’improvisation. Cependant, l’oubli ou l’éloignement momentanés du moule des impératifs et des interdits «donne le feu vert» au corps: celui-ci proposera alors des solutions hardies, tout en «jugeant» les issues possibles des risques.

                Notons que, lors de ces «improvisations déconcertantes» (Ricoeur), la situation motrice n’est pas perçue en termes de données objectives; elle est subjectivement comprise et vécue sous l’angle de significations et en relation avec des capacités corporelles personnelles. L’athlète jauge les caractéristiques (difficile, séduisant, sûr, etc.) du milieu ambiant en tenant compte de ses propres potentialités. La finesse d’esprit dont parle Buytendijk est une capacité du corps d’envisager de nouvelles réalisations motrices (négocier un virage ou accomplir un saut), une capacité instituée à la fois par un sentiment d’à propos et de justesse et par une conscience implicite de ses propres habiletés acquises. Autrement dit, le corps tout seul «connaît» les caractéristiques particulières du milieu ambiant et ses propres ressources disponibles et transposables. Pour inventer et risquer, l’athlète doit non seulement faire confiance à ce sentiment fin mais aussi «posséder» la forme globale du mouvement à venir. Il ne peut représenter ou rendre compte d’une pareille «possession»; son «savoir» se situe dans l’exécution virtuelle et réelle des mouvements au milieu des circonstances sans cesse changeantes[12].

                Il est vrai que l’activité sportive se distingue d’autres activités humaines (du jeu par exemple) par sa tendance vers l’accomplissement de plus en plus parfait des gestes: l’athlète tente sans cesse de se surpasser et ainsi de remporter des victoires. Plusieurs exigences physiologiques, techniques et tactiques doivent être satisfaites pour que la perfection désirée soit atteinte. Mentionnons seulement ici la coordination optimale des diverses parties de la forme motrice globale. Au-delà de ces multiples exigences, la réussite requiert quelque chose de plus: une attitude de disponibilité éveillée ou d’abandon surveillé. Au dire des athlètes, les prestations exceptionelles se réalisent grâce à un renoncement à tout effort de contrôle et de domination volontaire et à une adaptation aux intentions spontanées et naturelles de leur corps. Plusieurs parlent d’un sentiment de détente et de ravissement lorsqu’ils se laissent dériver sur le courant de leurs mouvements dont la «mélodie» se déploie avec aisance, vivacité et une sorte d’infaillibilité. On dirait que leur corps cesse d’être un instrument docile, obéissant aux ordres d’une volonté surveillante et assume le rôle d’un «guide» sûr et ingénieux, offrant à la fois sa «spontanéité naturelle» et sa «disposition habituelle» (Bruaire)[13]. Exploitant avec confiance l’énergie spontanée du corps, les mouvements se réalisent alors selon la «loi de l’effort par ordre inverse» (Law of Reversed Effort), pour reprendre l’expression heureuse de Aldous Huxley. Moins les athlètes font intervenir leur vouloir conscient, plus ils se sentent actifs, inspirés et confiants. En effet, comme le montre Huxley dans plusieurs essais brillants, toute activité réussie et toute création authentique supposent la confluence heureuse entre activité et passivité, effort et relaxation, vouloir conscient et «intelligence physiologique», «moi» et «non-moi». Inversement, l’échec s’explique, en partie du moins, par l’incapacité du moi volontaire de se confondre avec le non-moi spontané. «Dans toutes les activités de la vie, écrit Huxley, à partir de la plus insignifiante jusqu’à la plus importante, le secret du succès réside dans une capacité d’unir deux états apparemment incompatibles - celui de l’activité maximale et celui de la relaxation maximale»[14]. A l’instar des artistes, les athlètes atteignent une plénitude au niveau de l’agir s’ils parviennent à joindre leur maîtrise technique admirable à une recherche d’adaptation aux intentions du corps spontané.

                Les analyses philosophiques et sociologiques du sport d’aujourd’hui semblent minimiser l’importance de la complémentarité entre les habiletés développées et l’involontaire spontané. A coup sûr, plusieurs sont trop vite portés à voir en le sport un pur produit de notre culture technologique, une activité appartenant «au domaine de manque de liberté» (Adorno)[15]. Tant s’en faut, pour de nombreux athlètes, engagés avec ferveur et enthousiasme dans la pratique d’une activité, le sport est plus qu’un ensemble de techniques rationellement perfectionnées et exécutées par un simple appareil moteur réglé, fonctionnel et instrumental.

                Ces brèves réflexions avaient pour but de montrer que le modèle d’intelligibilité selon lequel le sport appartient au seul domaine de domination et de production industrielle et se trouve inexorablement marqué par la logique de la concurrence et de rendement, ignore ou néglige des aspects importants de l’agir, à savoir le caractère incertain de nombreux déroulements moteurs, l’intervention des facteurs affectifs, voire irrationnels dans la décision personnelle, l’attitude de disponibilité et d’abandon, la concentration sur un champ restreint de stimuli, accompagné d’un oubli de récompense extrinsèque, l’expérience de fusion et de synchronisme avec l’ensemble des éléments moteurs que les chercheurs désignent par les termes flow, expériences paroxystiques ou méditatives. Certes, ces dimensions peuvent toujours être éliminées par une rationalisation excessive de l’agir. N’empêche qu’elles sont récupérées à l’occasion puisqu’elles appartiennent non seulement à la structure du sport mais aussi à celle de bien d’autres activités humaines.

     Gabor Csepregi

    Collège dominicain de philosophie et de théologie

    Ottawa

    N.B. Ce texte a d'abord paru dans la revue Carrefour.

     

     


     

    [1] Martin Steel, «Die Zelebration des Unvermögen: Zur Ästhetik des Sports», in Deutsche Zeitschrift für europäisches Denken 47 (1993), 91-100.

    [2] « Der trainierte Körper verwandelt sich für einen Augenblick oder eine Phase in einen selbstständig operierenden Leib. Die absichtvolle Handlung des Sportlers verwandelt sich in den absichtslosen Schwung seines Leibes». Steel, 97.

    [3] Seel, 98.

    [4] Seel, 98.

    [5] Voir à ce sujet John M. Hoberman, Sport and Political Ideology, Austin: University of Texas Press, 1984; John Coleman, «Le sport et les contradictions de la société», in Concilium 225 (1989), 29-41.

    [6] Sur l’absence d’une inquiétude éthique dans le sport, voir notre article «La ética y las crisis del deporte», dans Cuadernos de Etica 15-16 (1993): 103-120.

    [7] Seel, 99.

    Date de création: 2014-02-03 | Date de modification: 2016-08-23

    Informations

    Date de création:
    2014-02-03

    Dernière modification:
    2016-08-23

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     


    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    L’IA (intelligence artificielle) et le transhumanisme forme un couple solide. On imagine mal un transhumaniste qui ne serait pas aussi un inconditionnel de l’IA; quant aux spécialis...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...