• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    La crise médico-pharmaceutique perdure

    Pierre Biron
    Un manifeste en sociologie du médicament



    L’ÉTAT DES LIEUX DE A à Z

    a) L’envolée du prix des nouveaux médicaments, et même d’anciens et d’essentiels, malgré les fusions, malgré l’évasion fiscale, malgré la sous-traitance aux entreprises de recherche à contrat, malgré la délocalisation en pays en développement des essais cliniques et de la fabrication. Les dépenses pharmaceutiques étranglent lentement les budgets publics et aggravent les inégalités sociales ;

    b) L’inféodation du savoir médico-pharmaceutique. La conception, la conduite, l’analyse et la communication des essais cliniques par les propriétaires des médicaments évalués sont monnaie courante et en font des juges et partie. Le contrôle des commanditaires sur la diffusion des résultats trahit les volontaires participants et trompe les auteurs de synthèses méthodiques. Les formations continues et les recommandations cliniques sont trop souvent préparées par des meneurs d’opinion commandités, et l’obligation récente de divulguer leurs liens d’intérêts n’en abolit pas leur influence ;

    c) Des agences du médicament aux législations et règlementations sciemment trouées, sous l’emprise des firmes et des décideurs politiques complices. Leur financement, majoritairement par les redevances des entreprises, les détourne de leur mission de protection des malades qui sont des consommateurs malgré eux. Elles ont souvent recours à des conseillers en conflits d’intérêts pas toujours divulgués ;

    d) Des pénuries inacceptables de médicaments essentiels devenus moins rentables. Il y a de ces ruptures d’approvisionnement qui précèdent une remise à disposition - ou la promotion d’une nouveauté – considérées plus rentables ;

    e) La biologisation de la psychiatrie. Elle alimente la surmédicamentation. Le dictionnaire des maladies (alias DSM) est en soi un élément déterminant du surdiagnostic. La surutilisation des antidépresseurs, celle des psychotropes au long cours, tout comme la surpsychiatrisation des jeunes, sans prise en compte des contextes de vie, sont souvent pointées du doigt ;

    f) La panne d’innovations thérapeutiques tangibles. On en compte quasi aucune depuis les trois dernières décennies. Malgré de nombreuses innovations technologiques sans intérêt pour les vrais malades ;

    g) La vitesse injustifiée des autorisations de mise sur le marché avant une évaluation correcte de la sécurité. Dans ce contexte, on peut dire que la vitesse tue; il faut plusieurs années de recul, si on ne veut pas que nos patients servent ainsi de cobayes, avant de prescrire les nouveautés. Rappelons que des couts prohibitifs retardent l’accès des moins nantis aux produits utiles et le font davantage que la durée de l’évaluation règlementaire avant commercialisation ;

    h) La promotion. Elle se fait agressive auprès des prescripteurs, elle se fait directement et indirectement au public. Les produits vraiment utiles ou supérieurs n’en n’ont guère besoin. Les patients n’ont pas à être désinformés. La publicité directe amoindrit l’autonomie des prescripteurs. L’accueil des représentants pharmaceutiques et de leurs échantillons encourage le colportage jusqu’en milieu hospitalier, l’encombrement de nos salles d’attentes surchargées, la promotion des usages hors-indication et la diffusion d’informations tronquées sinon trompeuses ;

    i) Le soutien aux associations de professionnels de la santé et à celles de patients, ouvert ou dissimulé, les transforment en intermédiaires crédibles pour véhiculer des objectifs de marketing. Sans compter la création de fondations écrans dans le même but ;

    j) Le partage des données avec l’industrie tels que nos profils de prescriptions et nos dossiers médicaux informatisés. L’accès d’intérêts privés à ces bases de mégadonnées alimente leur interprétation partiale, soutient le marketing et renforce le lobbying ;

    k) La partialité de plusieurs périodiques même savants et renommés. Elle favorise les résultats positifs (ou présentés comme tels) et la pensée dominante. Des rédactions filtrent les critiques indépendantes, refusent de rétracter des articles erronés voire frauduleux. Des éditorialistes endossent des conclusions injustifiées sources de surmédicalisation ;

    l) Des amendes civiles et criminelles récurrentes. Elles totalisent des dizaines de milliards, imposées année après année aux multinationales qui commettent des « irrégularités » payantes pour les actionnaires. Tandis que perdure l’impunité de ses dirigeants, quand il ne bénéficient pas d’une promotion ;

    m) Une culture du secret entourant les résultats négatifs, les effets indésirables et les données brutes. L’industrie s’oppose à les divulguer aux méta-analystes indépendants, et même aux chercheurs cliniques qu’elle utilise pour conduire ses essais ;

    n) Les extensions abusives des brevets par réglementation et par guérillas juridiques des innovateurs contre les « génériqueurs » pour prolonger l’exclusivité et les prix élevés ;

    o) La neutralisation directe ou institutionnelle des lanceurs d’alerte par bâillonnement, intimidation, dénigrement ou congédiement. La science devrait pourtant être ouverte aux critiques et les dénonciateurs devraient être protégés sinon encouragés ;

    p) Un désintérêt pour les maladies médicamenteuses et les effets indésirables. Ceux-ci sont mal surveillés, mal enseignés, mal recueillis, mal communiqués, mal pris en compte et mal pris en charge ; la pharmacovigilance et le Primum non nocere demeurent des parents pauvres de la pensée médicale dominante;

    q) La procrastination dans le bannissement des produits trop dangereux avérés comme tels seulement après commercialisation. On attend trop de victimes, trop de décès, avant de sévir par mises en garde, restrictions ou retraits du marché. La mortalité d’origine médicamenteuse est d’ailleurs en hausse préoccupante ;

    r) L’insuffisance criante de financement public d’études pertinentes aux soins, et d’évaluations pharmaceutiques indépendantes, indispensables pour contrecarrer les méfaits de la recherche commanditée, de la promotion débridée et des battages médiatiques;

    s) La concentration des mises au point sur des secteurs profitables mais à distance des besoins réels de santé dans la population :

    (1) produits pour traiter des maladies rares ou des cancers avancés, dont l’approbation de plus en plus accélérée et facilitée présage de risques inattendus et inacceptables;
    (2) certains vaccins et antiviraux; certaines hormones biosynthétiques essentielles;
    (3) produits préventifs aux bienfaits aléatoires ou minimes souvent prescrits « à vie »;
    (4) médicaments de l’amélioration de soi, de style de vie, de performance;
    (5) imitations faciles (alias me-too) de produits vedettes, toujours plus chères, souvent non supérieures, parfois plus dangereuses

    t) La revendication d’une médecine scientifique, dite factuelle. Pourtant on en trahit l’esprit et la lettre quand son application laxiste et partiale mène à des conclusions favorables aux entreprises, conclusions endossées par des instances règlementaires et médicales à la remorque de meneurs d’opinion en conflits d’intérêts.

    u) La déviation de la conception même de la santé et de la maladie et de leur vocabulaire, pour transformer la bonne santé en pré-maladie, en entités subcliniques qui s’ignorent chez les bien portants. Le Dr Knock est de retour et dépassé.

    v) L’abaissement des seuils de normalité des facteurs de risque et l’utilisation de tests diagnostiques mal validés, du type listes à cocher ou cliquer, menant à l’acharnement préventif médicamenteux sur des centaines de millions de consommateurs. Notamment en prévention cardiovasculaire. Et en gériatrie et maisons d’hébergement. Cet acharnement peut facilement devenir péremptoire, présomptueux et tyrannique ;

    w) La paternité d’articles (alias ghostwriting) rédigés par des statisticiens d’entreprise mais signés par des meneurs d’opinion commandités qui n’ont même pas accès aux résultats bruts.

    x) Des campagnes de peur entraînant surdiagnostic et surmédicamentation. Elles alimentent les dépistages et les bilans périodiques de santé inutiles, et des ordonnances à titre purement préventif qui en découlent.

    y) Des Santés publiques sensibles aux lobbies des industriels de la prévention. Comme celles qui ajoutent des vaccins à leur calendrier sous l’influence d’un marketing bien orchestré et vont jusqu’à assumer la réparation des torts post vaccinaux aux dépens des fonds publics plutôt qu’à ceux des fabricants.

    z) Le dévoiement du savoir et le détournement des priorités sanitaires. Ils sont au rendez-vous quand commerce et science, promotion et formation, marketing et médias, firmes et universités, libéralisme économique et santé des populations, se côtoient de trop près.

    UN APPEL EN 10 POINTS S’IMPOSE

    Si la société civile réalisait à quel point les habitudes de prescription peuvent être manipulées, elle se mobiliserait pour que le corps médical :

    a) Ose reconnaître la situation à titre de témoin privilégié et membre d’un service public essentiel ;

    b) Oublie pour un instant ses intérêts corporatifs ;

    c) Résiste aux faveurs des firmes et défraye sa formation continue pour qu’elle soit libre d’influence. La profession en a les moyens ;(selon la Ramq, en 2014 le revenu moyen des spécialistes était de 393 656$ et celui des omnipraticins de 242 604$; et plusieurs se sont incorporés pour réduire leur impôt)

    e) Préfère penser par soi-même (à la Emmanuel Kant), utiliser leur gros bon sens, répondre aux besoins véritables des patients. Plutôt que suivre aveuglément certaines directives ou recettes simplistes, téléguidées, infantilisantes, incertaines, médiocres ou éphémères, provenant d’intervenants mal avisés tels des meneurs d’opinion commandités, des payeurs à la performance ou des bureaucrates coercitifs ;

    (f) Consente financièrement et intellectuellement à s’éloigner des industries de la santé. À force de les cotoyer on finit par penser comme elles. Rien n’oblige plus qu’une subvention sans restriction, comme tout autre cadeau d’ailleurs ;

    (g) Encourage les revues médicales à se distancier des promoteurs et à exiger l’intégrité scientifique. La corruption du savoir médical doit cesser; les observateurs avertis ne cessent de le réclamer. Il n’y a pas de science valide et ouverte à l’analyse critique, sans indépendance ;

    (h) Exige des fabricants une transparence totale entourant l’évaluation clinique de leurs produits, au lieu d’en dissimuler les résultats gênants sous le couvert du secret industriel, au détriment des prescripteurs et des patients; et plaide en faveur d’une recherche clinique au financement public, impartiale et pertinente ;

    (i) Demande aux autorités de resserrer les critères d’autorisation et ceux de remboursement au lieu d’en abaisser les exigences comme cela se fait de plus en plus ;

    (j) Appuie une politique publique d’achat rationalisée (objectif de la proposition dite Pharmacare au Canada), à l’instar de plusieurs pays développés qui paient leurs médicaments moins cher.

    ET ALORS?

    Alors la relation patient-médecin y gagnerait en autonomie, les profils d’ordonnances s’assainiraient et un budget pharmaceutique aminci serait réparti avec plus de justesse, d’équité et d’efficience.

    En amont le problème est politique et interpelle nos élus de toute allégeance. Un nouveau pacte, une renégociation des règles du jeu s’impose pour mettre les intervenants cités à l’abri du discours et du démarchage des mondiales du médicament, dont les marges de profits et la cupidité sont carrément indécentes.

    Les accords économiques et commerciaux supra-nationaux des Partenariats transatlantiques et transpacifiques prévoient imposer aux États-nations des dispositions carrément abusives concernant la propriété intellectuelle, les droit d’exploitation, les brevets, la règlementation et le contrôle des prix.

    Il faut des contre-pouvoirs pour redresser le cap de la politique du médicament. Une résistance citoyenne pourrait s’avérer essentielle pour déclencher une véritable révolution dans les relations entre entreprises, gouvernants, universités, éditeurs et prescripteurs. Et ainsi ralentir la détérioration de la qualité de la pharmacothérapie par l’Argent et ses bénéficiaires.

    Date de création: 2016-05-09 | Date de modification: 2016-05-17

    Informations

    L'auteur
    Le docteur Pierre Biron est professeur honoraire de l'Université de Montréal

    Date de création:
    2016-05-09
    Dernière modification:
    2016-05-17
    Extrait
    Il faut des contre-pouvoirs pour redresser le cap de la politique du médicament. Une résistance citoyenne pourrait s’avérer essentielle pour déclencher une véritable révolution dans les relations entre entreprises, gouvernants, universités, éditeurs et prescripteurs. Et ainsi ralentir la détérioration de la qualité de la pharmacothérapie par l’Argent et ses bénéficiaires

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    L’IA (intelligence artificielle) et le transhumanisme forme un couple solide. On imagine mal un transhumaniste qui ne serait pas aussi un inconditionnel de l’IA; quant aux spécialis...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...