• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Santé : de Radisson à Ray Kurzweil

    Jacques Dufresne
     Version remaniée d'une conférence donnée à Québec le 27 avril 2016 dans le cadre d'une soirée organisée par la revue Relations et les Amis de la terre de Québec.

    Je vous propose ici une réflexion conséquentialiste sur les systèmes de santé contemporains. Pour juger un acte médical, on tient compte d’abord de la compétence et de l’efficacité du praticien et de ses qualités humaines, son attention à l’autre notamment. Il faudrait aussi tenir compte de la tendance à long terme dans laquelle s’inscrivent les actes. Conspirent-ils à accroître l’autonomie ou au contraire à accroître l’hétéronomie? L’être autonome se gouverne de l’intérieur. Autos nomos : avoir sa loi en soi-même. L’autonomie est la caractéristique première du vivant. L’être hétéronome est gouverné de l’extérieur, comme une machine. Eteros nomos : avoir sa loi dans un autre que soi.ù


    La prise en compte de l’autonomie implique que l’on croie, comme Hippocrate, au pouvoir guérisseur de la nature et que l’on fasse en sorte que toutes les interventions, tant préventives que curatives, aient pour but, outre la guérison et le simple mieux-être immédiat, de maintenir, voire de renforcer ledit pouvoir guérisseur.

    «L’homme dégénéré disait Nietzsche ne sait plus distinguer ce qui lui fait du mal.» Il a de plus en plus besoin du diagnostic d’un expert ou d’une machine qui joue son rôle. Le célèbre médecin américain Lewis Thomas a dit la même chose dans une réflexion sur ses compatriotes :
    « En tant que peuple, nous sommes obsédés par la santé. Il y a là quelque chose de fondamentalement, radicalement malsain. Tout se passe comme si au lieu de nous abandonner à l’exubérance de la vie, nous ne songions qu’à conjurer les troubles et à éviter la mort; nous avons perdu toute confiance dans le corps humain1».

    Le cosmonaute et le coureur des bois

    Il y a une trentaine d’années, on me demandait souvent une conférence ayant pour titre : «Branché ou autonome». Branché comme le cosmonaute ou autonome comme le coureur des bois. L’organisme du cosmonaute est littéralement gouverné depuis une tour de contrôle extérieur à lui. Radisson, le plus célèbre de nos coureurs des bois, a fait trois fois, au dix-septième siècle, le trajet de Québec à la Baie d’Hudson via les Grands lacs. On est pris de vertige à la pensée des risques auxquels il s’exposait. Sans doute connaissait-il les plantes médicinales utilisées par les Amérindiens, mais il n’a pu survivre que grâce à une prodigieuse capacité de distinguer ce qui lui faisait du bien et non du mal. Comme cultiver cette capacité en nous-mêmes? C’est la première question que nous devrions nous poser. Au lieu de cela, nous réclamons un médecin de famille pour chaque citoyen, bien portant ou malade.

    Je demandais aux gens quelle était la tendance à leur avis et où nous mènerait-elle. En 1980, le cosmonaute avait déjà plus d’admirateurs que le coureur des bois. Le glissement vers l’hétéronomie était déjà manifeste à l’époque, mais la voie vers l’autonomie n’était pas fermée. C’était la première heure de gloire des médecines douces, le retour de l’idéal hippocratique. Cette tendance persiste mais elle est marginalisée par rapport à la tendance inverse vers l’hétéronomie. Nous serons bientôt bardés de capteurs qui nous feront ressembler à la voiture sans chauffeur.

    Ray Kurzweil : un modèle d’hétéronomie

    Nous pouvions depuis longtemps pressentir l’avènement de Ray Kurzweil.2Ce savant est en ce moment le chercheur en chef chez Google, il est aussi le fondateur du mouvement transhumaniste. Il se flatte de dépenser un million de dollars par année pour manger et se soigner correctement. Il avale 100 pilules par jour, selon les indications que lui donnent ses capteurs. On peut en effet greffer un grand nombre de capteurs sur un même organisme. Chaque capteur décelant de nouvelles anomalies crée ainsi de nouveaux besoins de médicaments. Ce que me dit la science est plus important que ce que me dit mon corps. Les souris ont toujours raison. Dans Un monde sans humains, John Smart, le bien nommé, futurologue, directeur de Acceleration Studies, pose la question cruciale. «Supposons, dit-il, que dans dix ans on puisse installer dans votre corps une puce électronique qui communiquera avec votre iphone pour vous apprendre que le taux de sucre dans votre corps est trop élevé, que vous devez cesser de manger du junk food, que vous réduirez votre taux de cortisol de moitié si vous allez faire une marche de trente minutes, etc. Et si je vous apprends ensuite, poursuit notre surhomme, qu'avec ce procédé on a réussi à doubler l'espérance de vie d'un groupe de souris, ne serez-vous pas tenter d'acheter l'appareil en question? »

     

    Esquisse d’un portrait de l’être autonome

  • Il a confiance dans son corps. Il sait distinguer ce qui lui fait du mal.
  • Il consulte les experts et ne se soigne que lorsqu’il est malade.
  • Il boit quand il a soif!
  • Il fait de l’exercice et se soucie de bien manger beaucoup plus par une sorte d’instinct que par conformité aux recommandations d’Hippocrate reprises par la médecine actuelle. Il arrête de courir et de marcher quand il est fatigué.
  • Il vit autant que possible en symbiose avec son environnement, de façon à avoir un minimum d’efforts de volonté à faire pour bouger et se nourrir.
  • Il cultive sa faculté de distinguer ce qui lui fait du bien et non du mal. Comment? On peut présumer qu’en cultivant sa sensibilité à la nature extérieure il cultive aussi sa sensibilité à sa nature intérieure.
  • Il tempère par la poésie et la musique l’importance des chiffres dans sa vie.
  •  

    Esquisse d’un portrait de l’être hétéronome


  • Il n’a pas confiance en son corps, il ne sait pas distinguer ce qui lui fait du mal.
  • Il consulte les experts à temps et à contretemps parce qu’il est persuadé comme le docteur Knock que «le bien portant est un malade qui s’ignore».
  • Il suit la règle du 8 verres d’eau de 8 onces par jour plutôt que de boire quand il a soif.
  • Il fait de l’exercice sous contrôle médical et attend pour se reposer qu’un capteur lui dise qu’il est fatigué…
  • Il fait ses exercices à coup d’efforts de volonté dans des centres spécialisés généralement laids et purement fonctionnels et il mange en suivant les indications des agences gouvernementales.
  • Il laisse s’atrophie sa faculté de distinguer ce qui lui fait du bien en s’entourant de machines, dans un environnement fonctionnel.
  • L’auto mesure lui tient lieu de poésie.

  • Cette hétéronomie, il y a trente ans, on pouvait l’estimer inévitable, mais on ne s’en réjouissait pas. Dans le contexte du transhumanisme actuel, elle est devenue un idéal. Le transhumanisme est un courant de pensée selon lequel l’homme fragile, mortel, mais autonome et résilient évolue vers une nouvelle espèce, le cyborg, caractérisé par la greffe de prothèses et de capteurs sur l’être de chair et de sang que nous sommes, greffe qui devrait permettre de vaincre la mort dans un avenir rapproché.

    Ce glissement vers l’hétéronomie est-il irréversible?

    Il est soutenu par divers facteurs dans la société :

  • un besoin de sécurité beaucoup plus fort que le besoin de liberté,
  • un hédonisme qui accroît l’intolérance à la souffrance,
  • l’effondrement de la religion qui rend le rêve d’une immortalité sur terre plus séduisant,
  • la montée du formalisme qui nous éloigne de l’incarnation et nous rapproche de l’emmachination,
  • le complexe d’Anders, ou la honte d’être né, qui nous pousse inconsciemment vers l’hétéronomie, vers l’identification à la machine,
  • la cupidité de l’industrie pharmaceutique,
  • La volonté de puissance des professionnels de la santé. (Tout groupe et tout individu tend à accroître sa puissance. Dans le cas des professions de la santé la volonté de puissance devient irrésistible en raison du besoin de sécurité des gens).
  • La démagogie des gouvernements. Quel est le gouvernement qui oserait dire à ses citoyens que leur inclination à l’hétéronomie est ruineuse pour l’État?

  • Inclination ruineuse! Là se trouve le premier obstacle. Caractéristique de la vie, l’autonomie ne coûte pas cher. Elle fait partie, comme les insectes pollinisateurs et les arbres qui produisent de l’oxygène, des services écosystémiques. Dans un domaine où les besoins sont illimités, l’hétéronomie coûtera de plus en plus en plus cher. Déjà en 2010, les téléphones portables et autres gadgets qu’on veut mettre au service de la santé, consommaient 6% de l’énergie disponible à l’échelle mondiale!

    Ray Kurzweil et ses amis sont bien conscients de cet aspect de la question. Ayant compris que ce type de médecine n’est viable que pour le 1% de milliardaires…ils rêvent d’aller vivre ensemble sur une île artificielle du Pacifique.

    Et ce n’est là que l’aspect le plus superficiel de la situation. L’aspect le plus profond se ramène à la question suivante : préférons-nous rester mortels mais vivre, ou nous limiter à fonctionner dans l’espoir de devenir immortels sur terre? Le coureur des bois est-il mort à jamais? Ray Kurzweil est-il le seul modèle dont nous pouvons nous inspirer?

    La question déborde le cadre de la médecine. Nous sommes de plus en plus nombreux à le dire : le nouveau clivage se trouve entre les «bio conservateurs et les transhumanistes.» Ce sont les mots de Laurent Alexandre, le leader des transhumanistes en France. Dans l’Express du 5 novembre 2015, Jacques Attali, allait dans le même sens : «Depuis longtemps déjà, j'annonce le moment où deux forces considérables, porteuses du meilleur et du pire, pourraient se rejoindre en une idéologie nouvelle, absolument explosive.» À la place de ce que Alexandre appelle les bio conservateurs, il voit deux forces à l’œuvre: «Ces deux forces, dit-il, sont encore distinctes. L'une s'occupe de la protection de la nature, tant qu'elle existe ; l'autre de la protection de l'âme, si elle existe. L'une et l'autre ont en charge une certaine forme d'immortalité. L'une et l'autre sont éminemment respectables. L'une et l'autre sont menacées par le choix fait par l'humanité, et d'abord par l'Occident, de privilégier une valeur, celle de la liberté individuelle, contre toutes les autres, et d'en accepter les conséquences, notamment la priorité donnée à la croissance marchande, au caprice, à l'immédiat.» Il manque un mot à cette phrase : transhumanisme.

    Le jardinier et le démiurge

    Dans son dernier livre, La haine du monde3, Chantal Delsol oppose plutôt, mais dans le même esprit, le «jardinier» et le «démiurge», le jardinier qui veille sur le monde, sans prétendre le refaire et le démiurge qui veut le refaire à son image. Le jardinier qui compose avec la nature et en respecte les limites et le démiurge qui veut substituer ses inventions à la nature sans s’imposer à lui-même la moindre limite.
    Les catégories de jardinier et de démiurge sont plus englobantes que celles de gauche et de droite, et pour cette raison, rendent mieux compte des grandes orientations actuelles. Une partie de la gauche (écologiste et antimatérialiste) est du côté du jardinier, l’autre partie, (égalitariste et progressiste) est du côté du démiurge. On observe une division semblable dans la droite, la droite traditionnaliste étant du côté du jardinier et la droite libertaire du côté du démiurge.

    La médecine de pointe actuelle étant le fer de lance de l’approche démiurgique et transhumaniste, c’est par une mise en question de cette médecine que la tâche des jardiniers et des bio conservateurs devrait logiquement commencer. Encore faudrait-il pour cela qu’il y ait dans les partis politiques une certaine familiarité avec ces nouveaux enjeux et ce nouveau clivage. Il y a des démiurges et des jardiniers dans tous nos partis politiques. Si l’on veut éviter de continuer à dériver béatement vers le paradis sur terre transhumaniste, il faut que les jardiniers de tous les partis se regroupent. Si les partis politiques laissent tant de gens indifférents en ce moment, c’est peut-être parce qu’ils constatent que lesdits partis restent enlisés dans des clivages et des enjeux dépassés.

    La révolution délibérante

    Rien toutefois n’oblige à attendre le réveil intellectuel des partis pour lancer la révolution qui s’imposent dans le secteur de la santé. Cette révolution consiste à faire exactement l’inverse de ce qu’a fait notre gouvernement de médecins, c’est-à-dire à remettre les responsabilités essentielles à la population plutôt qu’à les concentrer dans le bureau du ministre de la santé.

    Le modèle de l’Oregon constitue un précédent fort intéressant à ce propos. Il y a une vingtaine d’années, dans cet état progressiste de l’Ouest des États-Unis, on a eu recours à la formule des sondages délibérants pour demander à des représentants du public de dresser, dans le cadre d’un budget établi à l’avance, la liste des actes médicaux offerts gratuitement. Rien ne nous empêcherait d’ajouter à l’ordre du jour, les choix politiques suscitant la controverse dans une expérience québécoise du même genre.

    Dans un sondage délibérant, les citoyens élus ou choisis se réunissent pendant quelques jours et entendent le point de vue de divers experts avant de prendre leurs décisions. Accepteraient-ils de dépenser plusieurs centaines de millions par année pour des statines destinées aux bien portants? De débourser 80 000 $ pour un traitement contre l’hépatite C? Pour réduire le temps d’attente des chirurgies nécessaires et efficaces, accepteraient-ils d’interdire le remboursement de tout traitement, de tout médicament, dont l’efficacité se limite à quelques semaines ou quelques mois de survie en mauvais état?

    Dans la pire des hypothèses, l’écho de ces discussions dans les médias aurait pour effet d’élever d’un cran le niveau de la culture médicale commune. Une paix sociale plus authentique s’ensuivrait. Les gens pourraient difficilement se plaindre des conséquences des choix qu’ils auraient faits. Tant qu’un exercice de ce genre n’aura pas eu lieu, les gens continueront à chanter le triomphe de la médecine à l’unisson avec le docteur Knock (cette fameuse pièce de Jules Romain).

    Le magazine Newsweek nous apprenait hier qu’un chirurgien italien s’apprête à tenter la greffe d’une tête en deux étapes. Nouvel espoir pour la médecine transhumaniste qui rêve de greffer sur un corps humain ou un robot un logiciel calqué sur un cerveau humain afin d’assurer l’immortalité du porteur dudit cerveau.

    Notes

    1- Lewis Thomas The Medusa and the Snail, Bantam New Age Books, New-York 1980, P.37-38
    2- Business Insider, 13 avril 2015
    3-http://www.businessinsider.com/ray-kurzweils-immortality-diet-2015-4

    P.S. Pour en savoir plus, visiter notre page sur l'autonomie.

     

     

     

     

    Date de création: 2016-05-10 | Date de modification: 2016-05-10

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2016-05-10
    Dernière modification:
    2016-05-10
    Extrait
    Caractéristique de la vie, l’autonomie ne coûte pas cher. Elle fait partie, comme les insectes pollinisateurs et les arbres, qui produisent de l’oxygène, des services écosystémiques. Dans ce domaine de la santé où les besoins sont illimités, l’hétéronomie coûtera de plus en plus en plus cher. Déjà en 2010, les téléphones portables et autres gadgets qu’on veut mettre au service de la santé, consommaient 6% de l’énergie disponible à l’échelle mondiale! Ray Kurzweil et ses amis sont bien conscients de cet aspect de la question. Ayant compris que ce type de médecine n’est viable que pour le 1% de milliardaires…ils rêvent d’aller vivre ensemble sur une île artificielle du Pacifique.

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    L’IA (intelligence artificielle) et le transhumanisme forme un couple solide. On imagine mal un transhumaniste qui ne serait pas aussi un inconditionnel de l’IA; quant aux spécialis...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...