• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Acharnement préventif

    Pierre Biron
    Attention au bilan médical périodique, au santéisme biologique et au profilage génétique

    La période de la médecine à visage humain que pratiquaient les généralistes est une espèce menacée. Les médecins observaient jadis le malade dans son cadre de vie; au moins ils le regardaient marcher de la salle d’attente à celle de l’examen, ils l’écoutaient plus que 123,4 secondes avant de l’interrompre.

    Une seconde période a vu l’essor d’une médecine technologique centrée sur les systèmes, les organes, les cellules et pratiquée par de véritables ingénieurs du corps humain, ces spécialistes de 2e et 3e ligne bien mieux payés qu’un généraliste dévoué et au bon jugement, même dans les régimes publics de soins. Le progrès médical devint assimilé à celui des spécialisations médicales en milieu hospitalier, nécessitant de couteux appareillages, de couteux médicaments, de couteux entrainements pour savoir s’en servir.

    Dans le sillage de l’engouement pour une bonne hygiène de vie, on vient d’entrer dans une troisième période où l’on commence à valoriser une prévention biologique proactive basée sur des calendriers de dépistage d’anomalies dans les molécules plasmatiques, dans l’imagerie corporelle et bientôt dans les gènes, à la recherche de marqueurs et de facteurs de risque, dont l’importance et l’utilité sera immanquablement exagérée par des intérêts particuliers.

    On traite votre dossier, on ne vous demande plus comment vous allez en général, on ne tient pas compte de votre situation sociale, économique, de votre cadre de vie, de vos habitudes, on ne s’enquiert plus de la stabilité de votre emploi ou de votre couple, on ne vous touche plus, on ne s’attarde pas au langage non verbal qui trahirait une dépression sévère ou une crise d’hypocondrie.

    On effectue le rituel du stéthoscope appliqué par-dessus les vêtements, on tâte furtivement les pouls, on effleure l’abdomen sans conviction, on prend la tension artérielle trop rapidement, on ne cherche plus les ganglions, on examine trop pudiquement les seins, on ne découvre pas le dos où se pointe un mélanome. Votre vie, votre corps, vos soucis sont moins importants que vos dosages sanguins, votre imagerie corporelle, vos réponses à des questionnaires.

    C’est l’acharnement préventif qui après avoir réussi sa phase de médicalisation en donnant des noms de maladie aux symptômes naturels que l’on peut rencontrer au cours d’une vie, entreprend le stade d’un santéisme biologique. Idéologie selon laquelle toute déviation de votre bilan est une maladie que vous devez traiter; si votre bilan est dans les normes, vous êtes en bonne santé. S’il ne l’est pas, vous devez suivre les recommandations officielles et normaliser ce bilan. La voie est ouverte vers la coercition de la population et la fortune pour ses promoteurs.

    La prévention ne devient sérieuse que si elle passe par un bilan périodique imprimé sur une feuille du laboratoire. Le bon cholestérol a pris son envol et maintient son altitude de croisière, tandis que le mauvais demeure bien sage depuis qu’il a appris la promulgation d’un nouveau niveau-cible à ne pas dépasser s’il ne veut pas s’exposer aux foudres d’une statine; la densité osseuse se maintient encore à l’intérieur de quelques déviations standard de celle de vos 20 ans.

    La tension artérielle diastolique conserve son profil bas pour demeurer en deçà de la couverture radar des ayatollahs de la pharmaco-prévention, et la systolique se tient coi en attendant un nouvel abaissement des cibles, promulgué par des comités que les situations de conflits d’intérêt n’empêchent pas de dormir les membres distingués.

    Le PSA garde ses distances d’un seuil critique et évite à l’instar de la lisse rondeur de votre prostate, la consultation en urologie et la mitraillette des biopsies; l’hémoglobine glyquée se rétablit de son déviationnisme observé l’an dernier, l’image mammographique demeure pure et sans tache, le tracé de l’ECG s’avère sans soubresauts ni contretemps, aucun globule rouge n’a osé se faire remarquer sur le frottis fécal, vous avez réussi le questionnaire sur la mémoire. Et vous avez répondu au questionnaire sur la dernière dysphorie ajoutée au catalogue des troubles mentaux (l’infâme DSM), quoiqu’il faille reprendre le test si vous deveniez un chercheur d’emploi moins jeune.

    Votre dossier est en bonne santé. Mais votre bilan fait de vous un patient, un patient sous surveillance. On s’occupe de vous, de vos enfants, de vos parents vieillissants. L’Industrie de la santé vous a à l’œil avec la complicité des gouvernants, des chercheurs, des formateurs, des éditeurs, des médias, tous devenus pharmas-co-dépendants à différents degrés. Co tient lieu de complicité, collusion, compromission, connivence et autres termes débutant par co (Biron et coll. Méd Fam Can 2007; 53: 1643-1645).

    Sous prétexte d’accompagnement personnalisé, les mondiales du médicament auront graduellement accès à votre bilan en attendant que les banques de dossiers médicaux informatisés leur soient vendues ‘pour fins de recherche’. Les technologies de l’information appliquées à la médecine réchauffent le cœur des pdg des industries privées de santé.

    On vous revoit dans 6 mois, c’est la dernière Conférence de consensus qui l’exige, c’est le dernier cri parmi les nouvelles directives de la Fondation financée sans restriction. Quand un prescripteur affirme à un journaliste que « nous avons aujourd’hui beaucoup plus d’outils d’investigation et de traitement… de l’hyperlipidémie, de l’ostéoporose et de la démence! », on se demande quel visiteur médical lui a confié ce scoop.

    La prochaine étape fait peur. Ce sera celle du profilage génétique. Assureurs, employeurs, chasseurs de tête, orienteurs professionnels, agences matrimoniales, cliniques de donneurs de sperme, s’y adonneront à cœur joie, sans compter les fabricants de coûteux dépistages génétiques qui utilisent dans leurs promotions un nouveau sens à l’expression ‘médecine personnalisée’.

    On se demande d’ailleurs pourquoi il y a tant d’associations de malades qui s’y intéressent, considérant que les progrès diagnostiques dans le domaine des maladies génétiques rares n’ont pas été suivis jusqu’à maintenant de progrès thérapeutiques et encore moins de cures, pensons à la fibrose kystique, la maladie de Huntingdon, etc.

    On remplacera l’héritage de la noblesse ou de la richesse par l’héritage biologique, comme on le fait pour la reproduction des troupeaux et l’ensemencement des champs de blé. Il y aura plus de strates génétiques qu’il n’existe présentement de castes aux Indes. Quant à la thérapie génique du futur, c’est la plus dangereuse approche jamais envisagée en médecine moderne. Surtout si la société la laisse aux mains d’intérêts privés.

    Ce que nous dénonçons coûte plus d’argent qu’il n’en sauve. Ses promoteurs et ses prescripteurs ne sont pas mes héros. Mais chapeau-bas aux praticiens qui jouent leur rôle de soignants quand on est malade, n’importe où, n’importe quand, et aussi longtemps que nécessaire, et qui tiennent à bout de bras les régimes de soins de première ligne, notamment dans les systèmes publics.

     

    Pierre Biron

    Professeur honoraire, faculté de médecine, Université de Montréal

     

     


     

    Commentaires reçus (13)

     

    Superbe article cette semaine dans l’Actualité médicale. Tu mets le doigt exactement là où ça fait mal ! Je n’en reviens tout simplement pas quand j’ai (rarement) affaire à des médecins de voir que l’histoire de cas et l’examen sont maintenant choses du passé. Ton article fera sûrement réagir. J’ai hâte de voir le prochain numéro! En attendant, félicitations pour ta détermination. J’ajouterai que tu t’exprimes de façon très élégante... Il n’y a plus beaucoup de médecins qui manient la plume avec tant de bonheur.

    Jacques Saint-Germain, omnipraticien retraité (Lorraine)

     

     

    Votre article est formidable, sur le fond comme sur la forme. Touché !

    Jean-François Julien, omnipraticien (Stoneham)

     

     

    Bravo! Un million de fois Bravo! pour cette présentation dépourvue de toute équivoque, des problèmes liés à l’exploitation commerciale de la prévention. S’il est un domaine qu’il est facile de corrompre en raison des limites des connaissances disponibles, celui de la prévention constitue le prototype par excellence.

    La croissance de la prévention primaire fondée sur la consommation de médicaments, la croyance au dépistage comme méthode de réduction de la mortalité prématurée provoquée par le cancer et l’extension de l’emploi chez les personnes saines, d’instruments dont la seule validité n’a jamais été établie que pour aider à identifier l’explication physiopathologique d’une souffrance sont autant d’illustrations des motifs susceptibles d’expliquer que pour un adulte en bonne santé, il puisse s’avérer plus périlleux d’avoir un médecin de famille que de n’en pas avoir.

    Le professeur Biron vient nous rappeler, qu’au-delà du surdiagnostic qui appelle le surtraitement, il ne faut pas perdre de vue tant développements technologiques qui s’avéreront être des menaces pour la santé humaine longtemps avant de constituer des percées authentiques pour lutter contre la maladie.

    En attendant, il nous faudra bien continuer de s’accommoder des conférences de concertation, en priant de ne pas perdre la capacité de distinguer celles qui restent crédibles parce que désintéressées, de la foule des autres qui ne le sont plus depuis trop longtemps. Avec toute l’élégance qui trahit ses bonnes manières, le professeur Biron vient rappeler que notre profession est, elle aussi, sujette à la corruption portée par les conflits d’intérêts. Qu’on puisse encore tenir pour controversée, l’abomination pour la santé publique, qu’est devenu le dépistage du cancer de la prostate, est proprement sidérant compte tenu de la force probante des études disponibles et du jugement sans équivoque rendu par le United States Preventive Services Task Force.

    Il faut donc accueillir avec reconnaissance, la bouffée d’air frais qu’apporte l’intervention du professeur Biron et remercier l’Actualité Médicale de collaborer à lancer ce débat si essentiel. Ce texte va en défriser plusieurs car il ratisse très large. Les réactions qu’il va provoquer seront sans doute révélatrices.

    Fernand Turcotte, professeur retraité, santé publique (Québec et Montréal)

     

     

    Merci pour votre article dans l'Actualité Médicale. De fait cette médecine dite "personnalisée" présente un danger grave.

    Louise Authier, professeur de médecine familiale (UdM et HMR, Montréal)

     

     

    Bonjour! Je  termine à l'instant l'article du Pr Pierre Biron: un bijou de lucidité et d'humour! Étant dans ma 42e  année de pratique de "médecine générale", je ne puis que souscrire à ses opinions et à ses préoccupations pour la médecine actuelle et future. Merci d'avoir si brillamment exprimé ce que, sans doute, plusieurs collègues de notre génération ressentent face à notre merveilleuse profession.

     

    Comme professeur d'enseignement clinique depuis 34 ans, je ne cesse de répéter à nos résidents qu'on ne traite pas des "chiffres" mais des personnes et qu'il est souvent plus difficile, pour ne pas dire plus courageux, de ne pas prescrire certains traitements ou tests.

     

    L'omniprésence de l'industrie pharmaceutique dans l'éducation médicale continue contamine sournoisement par osmose; combien d'articles, même dans votre journal (Actualité médicale), ne s'avèrent-ils pas réalisés "grâce à la généreuse collaboration de la Cie xxx" dont le produit n'est pas mentionné ouvertement dans l'article, ce qui pousse le lecteur à faire un peu "d'auto formation" pour découvrir la molécule miracle. En terminant, je vous répète que votre texte est probablement l'un des meilleurs que j'aie lu sur le sujet.

    Richard Gosselin, omnipraticien (Granby)

     

     

    Ton article est intéressant et porte à réflexion. Après sa lecture, on pourrait, à la blague, penser que tu es peut-être mieux de ne pas en avoir de médecin de famille... du moins tant que la situation ne sera pas rétablie !Cette description que tu fais de l'exercice dominé par la technologie, même si elle est parfois caricaturale,  résiste bien à l'analyse, tant pour les spécialistes que pour les généralistes qui sont, ne l'oublions pas, devenus spécialistes. Quel euphémisme! La chose m'inquiète davantage pour le généraliste à cause de sa raison d'être fondamentale.

     

    C'est là que le principe d'identité trouve application. Un tel reproche aux spécialistes équivaudrait à nier une bonne partie de la spécialisation, ce qui ne serait pas sans fondement dans plusieurs situations. Il est d'ailleurs évident que le dialogue entre les deux doit être repris pour en arriver à une certaine cohérence dans l'exercice de la médecine.

    Pierre St-George, omnipraticien retraité, ex-cadre au CMQ (Brossard)

     

     

    Bravo ! Excellent texte. Ce texte ne pourrait-il pas être publié dans Le Devoir ? J'aimerais le diffuser autour de moi

    Maurice Leduc, psychiatre retraité (Outremont)

     

     

    J'ai lu avec intérêt votre texte sur l'acharnement préventif, Bravo !!!

    Jean Levasseur, omnipraticien (St-Charles-Borromée)

     

     

    Super !  Bravo !

    Marc Zaffran, ex-médecin de famille ; écrivain, alias Martin Winckler (Montréal) 

     

     

    J'ai beaucoup apprécié votre article. Le commentaire du Dr Gosselin aussi, que j'endosse entièrement.

    René Lavigueur, omnipraticien (Ste-Anne-des-Monts)

     

     

    Excellent article qui touche des médecins retraités comme moi et beaucoup d’autres qui ont vécu et pratiqué dans une période où nous traitions les malades et non la maladie et où le patient était important et respecté, malheureusement il faut être malade pour réaliser que notre médecine est malade

    Jean L’Heureux, médecin retraité (St-Laurent)

     

     

    Vous avez bien raison, docteur Biron. De toute évidence, le système de santé s’est soumis aux intérêts économiques et le jugement professionnel doit de plus en plus céder le pas aux guides de pratique et de dépistage; j’anticipe que bientôt, ne pas se conformer strictement à ces guides sera considéré comme une dérogation aux règles de l’art et donc potentiellement sanctionné. Merci de nous décrire, dans une prose délicieuse, cette triste réalité

    Guy Bouchard, médecin (Tracadie-Sheila NB)

     

     

     

    Source

    L’Actualité médicale 24 octobre 2012 page 16
    Date de création: 2012-11-11 | Date de modification: 2013-01-22
    Loading

    Informations

    L'auteur
    Professeur honoraire, faculté de médecine, Université de Montréal  

    Date de création:
    2012-11-11
    Dernière modification:
    2013-01-22
    Extrait
    Votre dossier est en bonne santé. Mais votre bilan fait de vous un patient, un patient sous surveillance. On s’occupe de vous, de vos enfants, de vos parents vieillissants. L’Industrie de la santé vous a à l’œil avec la complicité des gouvernants, des chercheurs, des formateurs, des éditeurs, des médias, tous devenus pharmas-co-dépendants à différents degrés. Co tient lieu de complicité, collusion, compromission, connivence et autres termes débutant par co (Biron et coll. Méd Fam Can 2007; 53: 1643-1645). Sous prétexte d’accompagnement personnalisé, les mondiales du médicament auront graduellement accès à votre bilan en attendant que les banques de dossiers médicaux informatisés leur soient vendues ‘pour fins de recherche’. Les technologies de l’information appliquées à la médecine réchauffent le cœur des pdg des industries privées de santé.

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    L’IA (intelligence artificielle) et le transhumanisme forme un couple solide. On imagine mal un transhumaniste qui ne serait pas aussi un inconditionnel de l’IA; quant aux spécialis...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...