• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Le génie et l'amour du monde

    Max Scheler
    Comment le rapport des hommes avec le monde a-t-il pu prendre une forme telle qu’aucune limite ne soit respectée dans les efforts faits pour le transformer à des fins purement utilitaires, quelle conception du monde a présidé à cette grande opération technique conduisant au réchauffement climatique et à l’extinction d’une multitude d’espèces. La pensée écologique ne peut trouver la plénitude de son sens que dans une réponse à cette question. Ce texte de Max Scheler sur le génie et l’amour du monde en est une. Il est tiré de Le saint, le génie, le héros, Eglof, Librairie de l'Université, Fribourg p.150-170.

    Quel est, dans les actes du génie, l'élément fondamental ? Par quel acte positif le génie parvient-il, en dernière analyse, à soustraire sa contemplation et son âme à l'emprise de toutes les valeurs et de toutes les fins qui n'ont qu'une fonction vitale ? Une telle question doit nécessairement se poser. Pour y répondre, il ne suffit pas du tout de parler, avec Kant et Schopen-hauer, d'une « contemplation désintéressée » et d'une appréhension désintéressée des valeurs (pour Kant, ce serait une contradiction dans les termes). En effet, comment comprendre cet « intérêt » ? Et comment peut-on voir, dans une simple négation et une simple restriction, dans ce refus de s'intéresser aux choses ou de considérer les intérêts qu'elles présentent, l'élément déterminant pour cet élargissement du monde dont il a été question ? Si l'on entend par « intérêt » la limitation du champ de la contemplation à ce qui est déterminé et unifié uniquement par les valeurs de l'agréable et de l'utile, il est juste alors de dire qu'une limitation de ce genre n'existe pas chez le génie. Mais si l'on entend par « intérêt » tout engagement de soi, positif et actif, dans les choses et l'acte de pénétrer leur richesse intime, la contemplation du génie est, dans ce cas, intéressée au suprême degré. Ce qui, visiblement, manque à ces penseurs que nous combattons, c'est l'idée d'un principe moteur positif de l'esprit, lequel seul peut nous expliquer comment cette forme inférieure de l'intérêt peut se changer en cette autre forme supérieure, qui est justement le propre du génie, et comment elle peut s'élever jusqu'à elle.

    Dans le même sens, Laurent de Stein, Frédéric Nietzsche et d'autres auteurs ont aussi rejeté avec raison ce principe, purement négatif et quiétiste, de la « contemplation désintéressée ». L'œuvre d'art n'est-elle pas plutôt, se demande Nietzsche, une invitation au bonheur, une « promesse de bonheur » ? Ce qui, selon cette acception inférieure du mot, est soi-disant «désintéressé », est en réalité un intérêt porté à son paroxysme et à un tel degré d'universalité qu'il embrasse l'objet tout entier et dans sa plénitude. Cette plénitude de l'objet est en quelque sorte diminuée par les intérêts qui sont d'ordre inférieur et plus restreints. La joie qui accompagne la contemplation du génie n'est donc pas à identifier, comme le fait Schopenhauer, avec la conscience de certain calme intérieur, pareil au calme de la mer, à un repos du « moteur de la volonté »; tout au contraire, dans cette joie le monde lui-même est embrassé avec un enthousiasme et une générosité, un désir et une ardeur si grands que les non-génies n'en éprouvent de tels qu'aux lèvres de leur bien-aimée. Il s'agit donc là d'un acte positif d'amour spirituel pour le monde. Le caractère purement désintéressé de la contemplation, dont Kant et Schopenhauer ont voulu faire à tort l'essence même et le fondement de la contemplation du génie, n'est que la conséquence de cet amour. Peu importe d'ailleurs que cette contemplation soit une connaissance, une contemplation esthétique, ou une création artistique du monde, et peu importe l'objet sur lequel se porte cet amour suprême du monde.
    Nous avons montré ailleurs! que l'acte d'amour est, dans tous les ordres de valeurs, le véhicule par lequel proprement l'homme élargit et agrandit son monde de valeurs. C'est ainsi que chez le saint l'amour de Dieu devient, à l'égard de l'objet de sa contemplation et sous l'influence de l'activité divine, un principe d'enrichissement: en effet, par cet amour le saint pénètre de plus en plus profondément dans l'être de la divinité et se met dans la disposition voulue pour recevoir d'elle et sur elle de nouvelles révélations. De la même manière, l'amour que le génie porte au monde est pour sa pensée une source créatrice, alors qu'une attitude entièrement désintéressée le conduirait au contraire à un abrutissement complet, à une vue du monde de plus en plus pauvre et même, à la fin du compte, à une absence totale de contenu objectif. Dans la contemplation du génie, l'intérêt que l'homme peut prendre aux choses n'est pas émoussé, mais il est condensé dans l'unité d'un seul acte. La méconnaissance de cet amour positif du monde résulte chez Kant de ce qu'il identifie tout amour à un « intérêt sensible » et que, pour Kant, seuls la raison, et l'ordre formel des phénomènes qui lui correspondent, sont au-dessus de l'ordre sensible; chez Schopenhauer cette méconnaissance vient du fait qu'il veut à tort ramener tout amour à la pitié et à cette « dépersonnalisation » qui est le fruit de la pitié.


    L'amour du génie a pour objectif le monde lui-même tout entier; tout ce que le génie aime lui devient un symbole du monde, ou un moyen par lequel il peut embrasser dans son amour la totalité du monde. Le génie vibre d'une manière secrète et enthousiaste à l'unisson de l'être et de l'essence même du monde, considéré indépendamment de tout ce qu'il contient de choses et de biens particuliers.
    Tandis que le non-génie reste enfermé dans le cercle des valeurs purement différenciatrices des choses et même, la plupart du temps, uniquement dans le cercle des valeurs de leur différenciation sociale, pour le génie, au contraire, l'espace, le temps dans lequel le monde s'étend en durée, l'air, l'eau, la terre, les nuages, la pluie et l'éclat du soleil, tout devient objet de cette joie avec laquelle il contemple amoureusement l'être immense du monde qui embrasse tout. C'est l'être du monde dans sa totalité, cet être cosmique, qui fait vibrer les cordes de son amour, avant même qu'il ne connaisse et qu'il ne voie dans le détail les êtres particuliers qu'il contient.


    L'effet propre de cet amour du monde est double: du côté de l'objet, il est une effusion des choses, une révélation de leur richesse mystérieuse, un resplendissement de valeurs toujours nouvelles, avec, chez l'homme, la conscience que cette épiphanie va durer toujours et qu'elle est inépuisable; du côté du sujet, il délivre l'homme de cette angoisse de la vie qui est le propre d'un esprit lié aux nécessités vitales. La crainte, les prévisions pour l'avenir, les calculs de toute sorte, la prudence, la prévoyance, les vues secrètement intéressées ne sont que des effets secondaires de cette angoisse de la vie qui, dans un certain sens, est l'âme intime de la civilisation, bien plus, de l'esprit civilisateur lui-même. Le génie, ou plutôt le comportement qui correspond à sa nature propre, est le seul à ne plus connaître l'« angoisse du terrestre », comme dit Schiller. L'attitude qui est à l'extrême opposé de cet amour du monde est le souci né de l'angoisse de la vie, cette inquiétude déjà condamnée par l'Évangile. Il est certain que l'angoisse de la vie et que le souci de l'homme sont à l'origine du désir qu'il éprouve d'aménager la terre au moyen de sa technique, à l'origine même de tout esprit civilisateur.


    L'esprit civilisateur, qui met tout en œuvre: prévoyance, prudence, sollicitude, perspicacité, pour se livrer à sa conquête du monde, est donc
    à l'antipode de l'amour du monde. Il se borne à transformer le monde et à le façonner dans des buts utilitaires. Il est nécessaire dès lors qu'une sorte d'hostilité et de méfiance à l'égard des choses devienne la disposition intérieure fondamentale de l'homme dans son travail de civilisation. Voilà pourquoi les systèmes philosophiques qui sont nés d'un amour du monde sont tous à l'extrême opposé des systèmes nés de l'esprit civilisateur. Dans la philosophie de Platon et d'Aristote, — pour autant que celle-ci représente une conceptualisation de la pensée issue du génie grec considéré dans son ensemble, — nous avons un monde qui, avec son royaume de « formes » hiérarchisées, son harmonie et son ordre logique, est certes digne de susciter notre amour, bien qu'il n'ait pas été façonné par une civilisation de la technique. Aussi longtemps que le regard spirituel se porte sur un monde tel que celui-là, qui contient une rationalité et une harmonie immanentes, il est naturel que l'intention de conquérir ce monde et de le transformer par l'action de l'homme fasse totalement défaut. Mais dès que naît cette intention, aussitôt le rapport affectif de l'homme au monde devient un rapport d'hostilité de principe; aussitôt toutes les valeurs que le monde possède paraissent lui avoir été conférées uniquement par l'activité et le travail de l'homme. Bergson dit avec raison que la philosophie et la science exacte se distinguent en ceci que l'attitude fondamentale du philosophe à l'égard du monde est la « confiance », tandis que celle de la science est la « défiance » (qui est une spéculation à la baisse, c'est-à-dire qu'elle ne tient pas compte des personnes libres et des centres de vie).


    Nous concluons de ce qui précède que l'absorption faite par le christianisme de l'amour et de la confiance que les anciens avaient pour le monde dans un amour et une confiance concentrés uniquement sur Dieu, que le mouvement, issu de là et plus ou moins accentué aux diverses époques de l'histoire, de dévalorisation, de déspiritualisation et de désanimation du monde ont préparé ce dernier à la transformation et au traitement par la technique. Le monde devait, en quelque sorte subir tout d'abord une déformation, il devait être dépouillé de sa rationalité et de sa beauté immanentes, avant de pouvoir devenir l'objet d'une activité utilitaire. Et voilà comment, si l'on regarde les choses en gros, le christianisme à tendance exclusivement surnaturaliste se trouve avoir des rapports étroits avec les mobiles qui ont suscité la civilisation mécaniciste des temps modernes. Ce ne sont sûrement pas les amis et les adeptes de la Renaissance ou les panthéistes, tels Giordano Bruno, Spinoza et autres, lesquels ont donné à l'amour que cette Renaissance avait pour le monde sa formulation philosophique classique, ce ne sont pas, dis-je, ces hommes-là qui ont créé la technique moderne et le régime économique capitaliste, mais ce furent des hommes venus de sectes protestantes à tendance surtout calviniste; l'organisation matérielle du monde, pour ces hommes-là, avait comme fin, non pas la jouissance, ou la joie du travail, mais l'accomplissement du devoir auquel on donna une forme ascétique — imposé par Dieu de transformer ce monde et de le rendre confortable, pour la plus grande gloire de ce même Dieu .


    Dans la conception de la Renaissance, dont le fond était, comme Dilthey l'a montré avec beaucoup de pénétration, un « panthéisme dynamiste », il n'y avait rien qui poussait à une civilisation de la technique et qui suscitait ce désir illimité de travail et de gain pareil, à celui qui sert pour ainsi dire de vapeur à toute la machinerie de la civilisation moderne. Au total, la civilisation moderne repose bien plus sur une haine du monde que sur un amour du monde. Seul un monde que l'on croit, en son fond même dépourvu, de rationalité et de valeur, que l'on considère comme une « vallée de larmes », peut faire naître en l'homme cette soif exaspérée de domination qui commande le développement de la civilisation moderne. Cette haine et cette négation du monde ont atteint leur paroxysme dans le pragmatisme moderne. Dans cette doctrine, le monde, en dehors du travail de l'homme, devient un pur mélange de données hétéroclites, indéterminées, chaotiques, futiles et sans valeur, dépourvues de sens et de raison à manutention et à la domination duquel aucune limite n'est assignée.


    Quand on affirme que la civilisation moderne est le fruit et l'effet d'un amour enthousiaste du monde, que le moyen âge, au contraire, n'a pas pu, à cause de son attitude démissionnaire et transcendante à l'égard du monde, parvenir à une telle civilisation, on commet l'erreur la plus pernicieuse qui soit et qui est bien caractéristique d'une certaine conception vulgaire de l'histoire. L'amour du moyen âge pour le monde n'est pas, il est vrai, cet amour exclusif, qui se pose contre l'amour transcendant de Dieu, de la Renaissance — tel qu'il apparaît dans l’amor intellectualis dei de Spinoza ou dans le concept d'amour héroïque de Giordano Bruno —, mais, d'autre part, cet amour du moyen âge pour le monde est certes beaucoup plus grand que celui des sectes protestantes de l'âge moderne. La synthèse de l'idéal chrétien et de l'aristotélisme, au moyen âge, a donné naissance à une conception du monde qui, dans l'harmonieuse disposition de ses éléments, devait susciter un amour bien plus grand que la conception mécaniciste de l'âge moderne, où toute valeur, toute finalité, toute forme, ont disparu. Le peuple qui, d'après les pénétrantes recherches de Sombart, a contribué le plus à établir la domination de la civilisation économique des temps modernes, le peuple juif, est sans aucun doute de tous les peuples celui dont l'esprit racique est le moins porté à l'amour du monde. Ce n'est pas un élargissement du monde, comme celui que tend à créer l'amour du monde, qui a été causé par l'esprit de la civilisation moderne, mais au contraire une limitation et un rétrécissement de la conception du monde: celle-ci fut réduite à la considération unique et immédiate de l'activité pratique de l'homme.
    Il existe plusieurs manières d'aimer le monde: l'une prend, pour ainsi dire, le chemin détourné de la cause du monde, la personne divine et elle aime le monde en et avec Dieu; pour l'autre, le monde est l'objet immédiat d'une contemplation pleine d'ivresse et d'un enthousiasme extatique, où chaque chose particulière et chaque être particulier sont en quelque façon immergé dans les flots de l'Etre du Tout et de la Vie du Tout, communiqués à l'homme qui se trouve dans cet état. Giordano Bruno, Spinoza et, dans les temps modernes, Walt Whitman et Verhaeren ont formulé et prêché cette dernière forme de l'amour du monde. Quant à la première forme, où le monde n'est jamais donné à l'homme d'une manière absolument indépendante de l'amour qu'il porte à la Personne spirituelle, créatrice et providence du monde, nous croyons la trouver, dans sa manifestation la plus profonde et dans un équilibre vraiment admirable d'une part de l'amour de Dieu et d'autre part de l'amour du monde, chez saint François d'Assise, dans sa vie active et dans ses sermons. La forme panthéistique de l'amour du monde, la deuxième que nous avons énumérée plus haut, à mesure qu'elle s'empare plus intensément de la vie, aboutit nécessairement à un quiétisme total et à une soumission passive devant toutes les choses. Si elle devenait générale, à ce moment-là toute activité technique ayant le monde pour objet perdrait son stimulant et sa raison d'être. Car là seulement où l'amour du monde passe, si l'on peut dire, par Dieu, par l'image que Dieu a du monde, par les idées divines et les valeurs qui leur correspondent, peut naître ce désir qui pousse l'homme à surélever et à idéaliser le monde dans le sens des idées et des valeurs divines, phénomène que l'on voit se produire dans la culture et la civilisation. En outre, cet amour panthéistique du monde, dont nous parlons, ou mieux cette ivresse du monde, est totalement dépourvue de principe électif; elle est hostile, dans son fond même, à toute forme particularisée et positive de l'existence. L'amour du monde n'y est pas conciliable, non seulement avec l'amour de Dieu, mais non plus avec l'amour des êtres particuliers et des formes particulières, quels qu'ils soient; ceux-ci en effet sont considérés uniquement comme des sortes de vagues et d'ondulations à la surface de l'Etre universel, lui seul objet de l'amour.


    Au contraire, la forme la plus haute et la plus noble de l'amour théistique du monde, tel que le vivait François d'Assise, évite cet exclusivisme et ces excès. La matière et la personne de Dieu y sont communiquées par une hiérarchie, infinie dans sa richesse, de formes et de valeurs disposées selon leur dignité plus ou moins grande. Grâce à cette disposition hiérarchique des êtres, l'amour peut distinguer ce qui est plus près de ce qui est plus loin de Dieu, et parmi les choses, celles qui, à cause de leur individualité, méritent d'être aimées de celles qui le méritent moins.

    Date de création: 2014-11-30 | Date de modification: 2014-11-30

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2014-11-30
    Dernière modification:
    2014-11-30
    Extrait
    L'esprit civilisateur, qui met tout en œuvre: prévoyance, prudence, sollicitude, perspicacité, pour se livrer à sa conquête du monde, est donc à l'antipode de l'amour du monde. Il se borne à transformer le monde et à le façonner dans des buts utilitaires. Il est nécessaire dès lors qu'une sorte d'hostilité et de méfiance à l'égard des choses devienne la disposition intérieure fondamentale de l'homme dans son travail de civilisation. Voilà pourquoi les systèmes philosophiques qui sont nés d'un amour du monde sont tous à l'extrême opposé des systèmes nés de l'esprit civilisateur.

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    L’IA (intelligence artificielle) et le transhumanisme forme un couple solide. On imagine mal un transhumaniste qui ne serait pas aussi un inconditionnel de l’IA; quant aux spécialis...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...