• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Relations oct. 2015: un manifeste de la gauche conservatrice

    Jacques Dufresne

    Le dernier numéro de la revue Relations a pour thème le progrès. L’excellent dossier sur cette question m’a intéressé à un point tel que je me suis engagé dans un dialogue tacite avec quelques auteurs. Jean Pichette, Jean-Claude Ravet, Éric Martin, Dany-Robert Dufour, Yves-Marie Abraham, sur le sens des mots clés : gauche conservatrice, liberté, limite, progrès. Je donne forme ici à ce dialogue, qui n’est ni un commentaire, ni une recension. Mais voici d’abord une allusion à deux autres mots qui retiennent l’attention dans le numéro de Relations : admiration et joie

    Joie

    Joie de lire une revue en prenant le mot joie le sens que lui donne l’un des auteurs, Bernard Émond. Il cite d’abord Pierre Vadeboncoeur : «Le bonheur est senti comme une chose à garder et à défendre, tandis que le sentiment de joie est essentiellement distributif. La joie n’est pas une chose que l’on s’approprie, mais une chose que l’on annonce.»

    Admiration

    Dans le même article, Bernard Émond rappelle l’importance de l’admiration, mot en voie d’extinction, précise-t-il, peut-être parce que le sentiment qu’il désigne est impossible là où, tout étant une affaire de goût, il n’y a plus de supériorité, plus de hiérarchie, plus d’occasion, ajouterai-je, de se rappeler ce mot de Goethe : «devant la supériorité il n’y a de salut que dans l’amour.» Un amour qui commence par de l’admiration et se termine par une action.

    Une action qui ne sera possible que si les sources d’inspiration ne se transforment pas en refuges pour esthètes. Il va de soi que Bernard Émond rattache l’admiration à la protection de la nature. «Il faut admirer, dit-il, parce que l’admiration implique une responsabilité, à l’endroit des paysages aussi bien que des personnes et des objets admirés. Ce que prouve la vie des pionniers de l’écologie : John Muir, Aldo Leopold, Rachel Carson, René Dubos : admiration est un mot faible pour désigner leur attachement à la nature. Que devient-elle quand elle est imprégnée de sacré? De l’adoration?

    P.S.Au lecteur qui veut poursuivre sa réflexion sur le sujet je suggère rechercher les occurrences du mot admiration sur le site de notre ministère de l’éducation.

    La gauche conservatrice

    Ce numéro de Relations ressemble fort à un manifeste de la gauche conservatrice, qui prend corps et forme depuis quelques années dans le sillage d’auteurs tels George Orwell, Walter Benjamin, Simone Weil, Jean-Claude Michéa, Pier Paolo Pasolini, Christopher Lasch, Michel Freitag, lesquels ont en commun d’avoir compris qu’il ne suffit pas de rompre les amarres pour être libre.

    On avait pris l’habitude d’une gauche qui accueille tout ce qui est nouveau, rupture avec le passé, progrès. Être de gauche, d’avant-garde, progressiste, c’était la même chose; à l’opposé il y avait ceux qu'on appelait les réactionnaires, sans toujours faire les distinctions qui s’imposent à leur sujet. Comme le rappelle Dany-Robert Dufour, Marx lui-même avait fait rimer progrès technique et révolution. Non sans de bonnes raisons, connues de tous. Les dissonances de cette métrique mirent du temps à apparaitre. Jean-Claude Ravet note à ce propos que le philosophe allemand Walter Benjamin – mort en 1940, sans connaître Auschwitz ni Hiroshima,-- a été l’un des premiers à dénoncer la barbarie qui accompagne la marche triomphale du progrès. Au point d’écrire, dans ses notes préparatoires à ses fameuses thèses sur le concept d’histoire : «Marx dit que les révolutions sont la locomotive de l’histoire. Mais peut-être en va-t-il tout autrement. Il se peut que les révolutions soient plutôt le geste par lequel l’humanité qui voyage dans ce train tire le frein d’urgence.»

    Dois-je rappeler qu’à la même époque un homme de droite, conservateur lui aussi des bonnes choses, et seulement des bonnes choses, Gustave Thibon écrivait: « On croira toujours que c'est trop tôt pour arrêter, tant qu'on ne verra pas que c'est trop tard… Le monde moderne risque de ressembler à un train dont les sonnettes d'alarme ne fonctionneraient qu'après le déraillement.» 1


    Soit en dit en passant, c’est parce qu’il voulait conserver les bonnes choses que Gustave Thibon s’est si bien entendu avec cette Simone Weil dont se réclament la plupart des représentants de la gauche conservatrice.

    La liberté

    L’homme déraciné dont parle Simone Weil, Jean Pichette l’appelle «l’homme sans nombril» Il le voit privé de cette partie de son anatomie «par laquelle il s'inscrit dans une lignée, dans un temps qui le précède et le dépasse.» et il «rêve du jour où la chirurgie plastique arrachera dans notre chair le fantasme d'un individu auto-fondé.»

    Ce fantasme a un nom, précise Éric Martin, «le fantasme de Münchausen, du nom de ce personnage qui se serait sorti d’un marécage en se tirant par ses propres cheveux.» Une liberté qui veut s’affranchir de tout enracinement se construit dans le ressentiment et aboutit au nihilisme, c’est-à-dire dans le vide et dans l’informe.» S’inspirant de Michel Freitag, Éric Martin, précise ainsi sa pensée : «Toute lutte contre l’aliénation doit trouver une façon de surmonter ‘’l’oubli de la société’’.»

    C’est toujours ainsi que j’ai interprété le mot de Nietzsche : «Il y a des êtres qui perdent leur dernière liberté en perdant leur esclavage». C’est ce qui se passe quand on rejette l’interdiction de travailler le dimanche, pour obéir ensuite à employeur qui exige une telle soumission au marché. Voilà un bel exemple de ce qui, parmi par les contraintes imposées par une société a un effet libérateur dont se prive souvent quand on rêve d’une liberté auto-fondée.

    Cela me rappelle l’apologue du grain de sable et du brin d’herbe.«L’individualisme est la pire ou la meilleure des choses selon qu’il s’apparente au destin du grain de sable ou à celui du brin d’herbe. Le grain de sable n’a pas d’attaches, il est libre comme le vent, mais aussi bien le vent l’emporte où il veut pour en faire à la fin un atome anonyme au milieu d’une masse. Le brin d’herbe a des racines dans la terre…et dans le ciel, par la photosynthèse; il est immobile, mais il résiste au pied qui l’écrase comme au vent qui le soulève et avec les brins d’herbe voisins, il forme un peuple.» Une société dirait Freitag. (Source)

    Je le rappelle, cette façon de poser la question de liberté est l’une des caractéristiques de ces conservateurs de gauche, de plus en plus présents sur la place publique. On les trouve rassemblés dans un livre intitulé Les Racines de la liberté, un ouvrage collectif dirigé par Gilles Labelle, Éric Martin et Stéphane Vibert. L’un des passages du livre nous apprend que la liberté suppose des conditions transcendantales, dont il importe de se montrer soucieux si l’on veut que la dite liberté conserve son sens. » (p.6) « Ce n’est pas par le nihilisme de la "transgression" à l’infini ou de la tabula rasa que le monde se transforme – idée défendue par des "intellectuels" au verbe haut, qu’exécrait Orwell, qui valorisent le "risque" à condition généralement que ce soit d’autres qui le prennent à leur place –, mais tout au contraire par un " amour du monde" – de la vie, de la nature et des formes objectivées que l’humanité y a fait naître. »

    Sont-ce là les formes qu’il faut conserver comme conditions de la liberté? Je fais ici allusion à la question que pose Éric Martin à la fin de son article : «Quelles sont les formes culturelles et institutionnelles que nous devons augmenter et sauver pour protéger notre commune?»
    Le choix du mot forme ici, choix qui remonte à Freitag et à Pierre Vadeboncoeur, si l’on en croit Éric Martin, n’est pas des plus heureux. Il prête à confusion. Simone Weil, que les conservateurs de gauche considèrent comme l’une des leurs, emploie le mot grec metaxu, signifiant intermédiaire, pour désigner les conditions dont parle Éric Martin.

    «Qu'est-ce qu'il est sacrilège de détruire? Non pas ce qui est bas, car cela n'a pas d'importance. Non pas ce qui est haut, car, le voudrait-on, on ne peut pas y toucher. Les metaxu. Les metaxu sont la région du bien et du mal.

    Ne priver aucun être humain de ses metaxu, c'est-à-dire de ces biens relatifs et mélangés (foyer, patrie, traditions, culture, etc.) qui réchauffent et nourrissent l'âme et sans lesquels, en dehors de la sainteté, une vie humaine n'est pas possible.» (La pesanteur et la grâce, Plon 1948, p. 168)
    Parmi les metaxu qu’il faut protéger au Québec en ce moment, il y a les Églises et le paysage immédiat dans lequel elles s’inscrivent. Celles qui méritent absolument de survivre en raison de leur beauté ou de leur histoire –ces deux conditions sont souvent réunies- sont nombreuses.

    La limite

    Le thème de la limite et ses origines grecques, point de départ obligé de toute réflexion sur le progrès, sont au cœur du dossier de Relations.
    «Il est donc à craindre, écrit Dany-Robert Dufour, que la rationalité occidentale et son cœur cartésien contiennent une dimension délirante dont il serait temps, avant qu'il ne soit trop tard, de prendre la mesure ou plutôt la démesure.»


    «Cette dimension délirante apparaît parfaitement dès lors que l'on compare la raison grecque antique et la raison occidentale moderne. La philosophie grecque consistait fondamentalement en une mise à l'écart de la démesure -ce que les Grecs appelaient hubris ou pleonexia (le désir, / selon le grand helléniste Jean-Pierre Vernant, d'avoir plus que les autres, plus que sa part, toute la part). Les Grecs n'hésitaient pas à voir en cette démesure et ce désir le signe le plus sûr de la folie (aphrosunë). Or, c'est précisément cette démesure, cette maîtrise totale de la nature en vue de son exploitation, que la raison occidentale moderne, avec Descartes, revendiquera.»

    Dany-Robert Dufour, l’auteur de ce passage est un philosophe marqué par la psychanalyse. Il n’emploie donc pas les mots délire et folie au hasard. Et il n’est pas le seul à voir les choses ainsi. Notre raison serait-elle donc une passion devenue folle?

    Le progrès

    J’avoue que même si, à l’instar des auteurs du dossier, je ne vois de solutions aux problèmes écologiques que du côté de la décroissance, quelque chose en moi se réjouit lorsque j’apprends que l’économie du Québec est en croissance. Nous sous-estimons toujours notre attachement à l’idole du progrès, car il s’agit d’une idole, objet sacré du désir délirant. Les auteurs du dossier de Relations n’ont pas échappé à ce piège.

    «Nous comprenons dès lors que la toute-puissance technicienne actuelle exige un surcroît de vie éthique, de conscience morale, de jugement politique, d'action démocratique, de bonté, de beauté, bref, un approfondissement de notre humanité. »

    Nous ne pouvons que donner raison à Jean-Claude Ravet quand il reprend ainsi à son compte l’appel de Bergson au supplément d’âme. C’est toutefois à un sursaut plus radical, à une véritable conversion que nous sommes appelés. On ne détache pas d’une idole comme répare une erreur de jugement.


    Pour un Grec comme pour un Chrétien l’homme était dieu déchu, son salut, l’immortalité bien heureuse, n’était possible, mais jamais assuré, qu’au prix d’une difficile et longue purification; l’histoire, cyclique, ne promettait que le retour du même. Or voici que l’homme devenu maître de la science et de la technique a voulu donner un sens à l’histoire en l’orientant, notamment vers le paradis sur terre. L’homme dès lors est devenu ivre de lui-même comme il a avait été ivre de Dieu du temps des Grecs et de la pleine chrétienté. Non seulement son salut était-il assuré sur terre, mais encore il échapperait à la douloureuse purification personnelle. La technique et les institutions qu’elle rend possibles prendraient en charge ce qu’on appelait sa vie intérieure. Il accéderait au transcendant par un ascenseur.

    Le progrès devenait ainsi une méga idole en ce sens qu’il promettait l’argent, la puissance, la sécurité et offrait une multitude de distractions aux âmes qui, atteintes par l’ennui, auraient pu tomber dans un vide les incitant à chercher l’absolu en direction de l’Absolu.

    L’attrait qu’exerce cette idole est si fort qu’on y reste sensible même quand on est partisan de la décroissance,  La plupart nouvelles présentées chaque jour dans les médias sont des renforcements d’un conditionnement au progrès déjà bien installé. Tel traité de libre-échange va favoriser le commerce et donc la croissance, tel médicament va prolonger la vie des personnes atteintes de l’hépatite C. Quelle est l’idéologie qui a pu s’appuyer sur une propagande aussi efficace. Mêmes renforcements dans les commentaires : comment peut-on penser ainsi en 2015 dans un pays avancé? C'est en effet la foi dans le progrès fonde cette façon courante de penser.

    C’est pourquoi on hésite toujours, au fond de soi-même, à faire siennes les critiques du progrès les mieux fondées. Tous ces édifices construits à crédit comment les paiera-t-on au terme d’une récession comme celle que la Grèce vit en ce moment? Et que deviendront tous ces vieux qui dépendent de pensions qui a leur tour, dépendent de la croissance. Hors de la croissance point de salut! Enlacée par une telle pieuvre, la raison est impuissante. On ne peut guérir d’un tel délire que par deux conversions à deux réalités qui dépassent la raison : la vie et Dieu.

    La conversion à la vie?

    N’est-ce pas la conversion au progrès qui est la première conversion à la vie? Ne vivons-nous pas plus longtemps que nos ancêtres grâce précisément à la technoscience et au progrès? Il faut introduire ici une distinction entre la vie comme fait et la vie comme qualité fragile. Voici un passage de l’article de Yves-Marie Abraham montrant très bien, comment s’opère en nous le processus que j’ai moi-même appelé l’emmachination, rendant la conversion à la vie nécessaire.

    «En outre, les machines requièrent sans cesse d'autres machines. Le philosophe Günther Anders l'explique ainsi dans Nous, fils d'Eichmann (Rivages Poche, 2003) : « Comme [leur] raison d'être réside dans la performance, et même dans la performance maximale, elles ont besoin, toutes autant qu'elles sont, d’environnements qui garantissent ce maximum. Et ce dont elles ont besoin elles le conquièrent. Toute machine est expansionniste [...].» Ceci implique la formation progressive d'une «méga machine» dont le bon fonctionnement suppose, entre autres choses, que les humains se comportent eux-mêmes de plus en plus comme des machines. D'où les efforts considérables que nous déployons pour augmenter sans cesse nos performances. De la gestion de nos émotions à la manipulation génétique, en passant par la consommation de psychotropes et la pratique du conditionnement physique, s'exprime un même souci d'amélioration qui s'accorde à merveille avec les exigences de ce que le philosophe sociologue Jacques Ellul a appelé le système technicien. L'important n'est plus d'exercer notre capacité de réflexion, comme le voulait l'idéal des Lumières, mais de développer de bons réflexes.»

    Le philosophe Ludwig Klages, l’un des précurseurs de l’écologie profonde, a été parmi les premiers en Occident à reconnaître la nécessité d’une conversion à la vie, à une vie qui englobe le sacré et devient ainsi l’absolu. Objet de controverses qui en ont provoqué l’oubli, son œuvre que le mot Lebensphilosophie résume bien, doit d’abord sortir de l’oubli et être étudiée. On en tirera à coup sûr de précieuses leçons même si on la rejette dans son ensemble.

    La conversion à Dieu

    À un Dieu dont l’amour pourrait susciter un attachement encore plus fort. C’est ce qu’on fait Pierre Rabhi et son ami Jean-Marie Pelt. En leur donnant la parole au milieu de leur dossier, les directeurs de la revue ont donné un sens à leur numéro un sens qu’il n’aurait pas autrement eu même degré. Cette conversion à Dieu se double dans le cas de Rabhi et Pelt à une conversion à la vie. «Le botaniste Jean-Marie Pelt et moi avons écrit Le monde a-t-il un sens ? (Fayard, 2014) pour essayer de comprendre comment la vie s'est développée sur Terre. Pelt y fait bien ressortir que les principes de coopération, d'interdépendance et d'associativité sont des dimensions constantes de la vie. La pérennité de la Terre tout entière est à cette condition

    À lire également,

    Les articles sur la politique internationale, en particulier celui Vijay Prashad sur la Lyvie de Catherine Caron sur la dette grecque.
    Les articles sur les livres, en particulier celui d’André Beauchamp sur La mort médicale, est-ce humain de Hubert Doucet et celui de Pierre Lafrance sur Jean Vanier, portrait d’un homme libre, par Anne Sophie Constant

    1- Gustave Thibon, Les hommes de l'éternet, conférences au grand publics, p.217

    Date de création: 2015-10-15 | Date de modification: 2015-10-15
    Loading

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2015-10-15
    Dernière modification:
    2015-10-15

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...