• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition
    Jacques Dufresne
    Le choc Simone Weil paraissait en février 2014 chez Flammarion. L'auteur, Jacques Julliard, éditorialiste au magazine Marianne est l'un des penseurs de gauche les plus influents de France. S'identifie-t-il toujours à la gauche?  Dans La gauche et le peuple, un échange de lettres entre lui et Jean-Claude Michéa, on le présente comme un social-démocrate déçu, Michéa de son côté étant le marxiste devenu orwellien.

    Nos lecteurs attentifs savent l’importance que Simone Weil a pour nous, de l’Agora, depuis le début de notre aventure encyclopédique. C’est à elle que nous avons emprunté notre principe directeur : «Il faut accueillir toutes les opinions, les loger au niveau qui convient et les composer verticalement.» Cette invitation au jugement de valeur s’avère de plus en plus pertinente au fur et à mesure que s’accroît le nombre d’idées, d’opinions et de faits offerts à notre connaissance. C’est à Simone Weil également que nous devons notre conception de l’enracinement et nos réserves à l'égard de l’humanisme moderne et du progrès.

    Nous avons pensé un moment être les seuls à attacher une telle importance à cet auteur qu'on néglige encore dans les facultés de philosophie; mais viennent de paraître deux ouvrage collectifs, le premier au Québec, Les racines de la liberté, l’autre en France, Radicalité : 20 penseurs vraiment critiques qui consacrent un chapitre à Simone Weil. Son nom apparaît dans les deux ouvrages avec ceux de George Orwell, Jean-Claude Michéa, Pier Paolo Pasolini et Christopher Lasch.

    C’est dans ce contexte qu’est paru Le choc Simone Weil de Jacques Julliard.  Depuis l’étude de Gustave Thibon en introduction à la première édition de La pesanteur et la grâce en 1948 et l’essai de Victor-Henry Debidour, Simone Weil ou la transparence, paru en 1963 c’est, à mes yeux, le meilleur ouvrage consacré à celle qui a écrit, vingt jours avant sa mort : «Les éloges de mon intelligence ont pour but d’éviter la question : dit-elle vrai ou non? » Julliard n’évite pas cette question.

    Thibon et Debidour, hommes de droite, Jacques Julliard, homme de gauche, ont en commun d’avoir admiré Simone Weil par-delà la pesanteur du camp auquel on les rattache, avec cette altitude, cette impartialité que Simone Weil avait elle-même admirée chez Homère. Trop de lecteurs de droite résistent mal à la tentation de ne voir chez Simone Weil que son mysticisme ou ses idées sur l’enracinement; trop de lecteurs de gauche semblent croire que son mysticisme n’a été qu'un épisode obscurantiste sans lien avec ses idées sur la condition ouvrière.

    Jacques Julliard défend énergiquement Simone Weil contre ceux qui voudraient l’attirer dans leur camp ou la réduire à eux-mêmes. «Simone Weil, écrit-il, est d’abord et avant tout une philosophe. On l’a dit et répété. Un peu trop peut-être avec l’arrière pensée de se débarrasser de la militante et plus encore, de la mystique. Or chez elle, les trois activités n’en font qu'une et c’est en cela qu'elle est un personnage exceptionnel, inclassable, en dehors de toutes les séries.»1


    On reconnaît la philosophe chez Simone Weil à son engagement à ne jamais prendre prétexte d’un engagement politique, social ou religieux pour abdiquer son esprit critique. D’où ce mélange paradoxal chez elle d’un sens de la justice qui va jusqu’à la compassion pour les collectivités menacées ou opprimées (la civilisation occitanienne, par exemple) et d'une méfiance telle à l’égard du social qu'elle l’assimile au gros animal de Platon, cette bête que l’on flatte pour mieux l’asservir… et mieux s’avilir par là.

    Au Québec, en ce moment et sans doute en est-il de même dans les nombreux pays où l’on applique des mesures d’austérité, les gouvernants n’ont pas assez de mots doux pour flatter la population. Il faut, répètent-ils, réduire les dépenses partout mais sans jamais porter atteinte aux services qui sont un droit sacré pour la population. À croire que cette population n’a que des vertus, qu'elle n’est jamais en aucune manière complice des excès ayant des effets ruineux sur les finances publiques. Avec comme résultat qu'au lieu d’exiger un effort des individus, comme celui qui consisterait à renoncer à un médicament coûteux dont l’efficacité est douteuse, on glorifie leur narcissisme.

    C’est l’une des formes que prend actuellement l’idolâtrie du social dans les démocraties. Du temps des régimes totalitaires, soviétique ou nazi, l’idolâtrie prenait la forme d’une adhésion inconditionnelle au parti, ce qui inspire à Jacques Julliard, sur les intellectuels de son pays au vingtième siècle, ce jugement sévère et courageux : «La liberté de jugement est une exigence à laquelle Simone Weil ne renoncera jamais, quel que soit l’enjeu, quel qu'en soit le prix. Pas question de s’immerger dans la masse en fusion et d’abdiquer toute fonction critique en une exaltante capitulation devant la force aveugle ou un prétendu sens de l’histoire. C’est pourquoi, je persiste et signe : en un siècle, où la masse des clercs firent assaut de lâcheté devant diverses formes de totalitarisme, Simone Weil fut avec Camus, l’une des rares à ne pas trahir et à mériter – vraiment – le beau nom d’intellectuelle.»2 

    Simone Weil, ajoute Julliard, était une individualiste conséquente. Suite notamment aux analyses de Christopher Lasch, nous appelons individualiste aujourd’hui la personne qui se définit par ses droits et ses choix, par son moi si l’on préfère, au mépris de toute limite. Il s’agit d’un individualisme inconséquent : l’individu sombre bientôt dans une démesure au terme de laquelle il se dissout dans le groupe qui l’a séduit : parti, secte, classe sociale, etc. L’individu conséquent, par opposition, est celui qui se protège lui-même en demeurant critique à l’endroit des aliénations auxquelles l’exercice de ses droits et de ses choix peuvent l’exposer.

    L’esprit ne doit jamais céder à la force. Julliard a raison de souligner, sur ce point, l’influence d’Alain sur Simone Weil. Il faut bien noter que pour elle la force ne se manifeste pas seulement par le biais du «gros animal» mais aussi par des tendances comme le prétendu sens de l’histoire.

    D’où son rejet sans appel de l’idée de progrès, rejet que Julliard a bien compris : «Pour Simone Weil, l’idée de progrès est une idée fondamentalement athée, parce qu'elle nie l’éternité, et une idée profondément matérialiste, parce qu'elle fait surgir le supérieur de l’inférieur.»3

    Le totalitarisme, soviétique ou nazi avait pour effet d’asservir aux deux idoles, l’idole sociale et celle du progrès, ce qui en faisait la force. Dans les sociétés libérales actuelles, le culte du progrès prend la forme extrême du transhumanisme et la forme minimale du «on n’arrête pas le progrès»; quant à l’idolâtrie du social, elle prend, entre autres formes, celle du mimétisme dans la consommation, celle d’un produit présenté comme nouveau, tels les gadgets de Apple.

    Rares sont les individus qui ont la force de résister à la fois au gros animal et au prétendu sens de l’histoire. Qu'est-ce qui les distingue de la majorité conformiste? La vie intérieure, répond Jacques Julliard. «Seuls les individus animés par un esprit bien structuré et une vie intérieure intense sont capables de résister à la pression collective et à la force entraînante du gros animal. Bruno Bettelheim dans Le Cœur conscient a souligné que dans les situations extrêmes, comme celles de la vie dans les camps de concentration nazis, la survie était fonction directe de la conviction intérieure.»4

    Quelle vie intérieure ? Jacques Julliard sous estime-t-il ici l’importance que Simone Weil attache à la grâce, cette grâce qu'elle compare à la photosynthèse ? Il n’y a, aux yeux de l’auteur de La pesanteur et la grâce, de vie intérieure que fécondée par l’énergie provenant du soleil invisible, un soleil invisible qui n’est pas une idée abstraite mais une présence rayonnant à travers l’univers. Si Jacques Julliard hésite à utiliser le mot grâce, il est sensible à sa réalité. Il cite un texte de Simone Weil écrit en 1933, avant son expérience mystique, qui annonce ce qu'elle dira plus tard sur le lien entre Dieu et la beauté du monde : «Réagir contre la subordination de l’individu à la collectivité implique qu'on commence par refuser de subordonner sa propre destinée au sens de l’histoire : [permettant ainsi] d’échapper à la contagion de la folie et du vertige collectif, en renouant, pour son compte, par-dessus l’idole sociale, le pacte originel de l’esprit avec l’univers.»5

    Simone Weil est morte avant l’ère écologique. Ses sources platoniciennes, ses affinités avec la tradition dualiste l’éloignaient de la nature et de la vie, et pourtant la façon dont elle cherche le salut du côté du pacte originel de l’esprit avec l’univers, la façon dont elle parle de l’incarnation, dont elle associe le grand art à l’union intime de l’âme et du corps la rapproche de René Dubos, de Jacques Ellul, de Lewis Mumford, de Bernard Charbonneau, de Ivan Illich, de tous ceux craignaient que l’homme ne soit déjà allé trop loin en direction de l’impasse indiquée par Gustave Thibon : que «l’homme, exilé sur terre, [ne devienne] un exilé de la terre.»

    Notes

    1- p.39

    2- p.51

    3- p.118

    4-p.66

    5-p.52

    Date de création: 2014-10-17 | Date de modification: 2014-10-23
    Loading

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2014-10-17
    Dernière modification:
    2014-10-23

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...