• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    La personne exposée

    Jacques Dufresne
     Le personne exposée, extrait du chapitre sept de Après l'homme...le cyborg La personne exposée est celle qui n'est plus entourée par cette membrane à la fois protectrice et nourricière qui entoure normalement les êtres vivants.

    Chapitres du livre

    Le déclin de la contemplation, de la connaissance immédiate, fusionnelle,
    la rupture progressive des liens avec le réel

     

     

    la montée consécutive du formalisme,
    le mépris des lois de la nature, du principe de clôture en particulier,

    La personne exposée,

     

     

     


    tous ces facteurs convergent vers le rêve d'un paradis sur terre, au prix d'une désincarnation totale et d'une fausse transcendance.

    ***

    Alieno ex ore sapiunt. Ils goûtent, ils savent par procuration, par une bouche étrangère disait Sénèque, à propos de ces hommes, de toutes les époques, qui sont exagérément sensibles à l’opinion publique. Les représentations forment en eux un être distinct qui se substitue à leur moi authentique, coupant ainsi ce dernier de la réalité. Bien que ce mal soit de tous les temps, nous avons quelques raisons de craindre que la surabondance actuelle des représentations ne l’ait aggravé.

    Depuis longtemps, par exemple, les éducateurs se plaignent de ce que leurs élèves plagient sans même s’en rendre compte. Ils semblent incapables de faire la différence entre une chose qu’ils ont pensée eux-mêmes, et une autre qui est une représentation venue de l’extérieur, dont ils ont tiré une copie. Penser pour eux, c’est photocopier. Ce qu’on appelait le jugement semble avoir disparu. Là est toute la question. Comment la personne, de moins en moins protégée par des corps intermédiaires qui eux-mêmes sont en voie de dissolution, peut-elle conserver son énergie et soumettre les apports extérieurs à son jugement intérieur? Ce n’est toutefois pas au niveau élevé du jugement que se situent les enjeux fondamentaux, mais à celui de la connaissance la plus immédiate que l’on peut avoir de soi-même, celle qui se situe dans le prolongement de l’instinct. Grâce à son instinct, à ses comportements déterminés génétiquement, l’animal fait preuve pour survivre d’une vigilance sans failles : il sait distinguer ce qui lui fait du bien de ce qui lui fait du mal, il sait même respecter les limites en toutes choses.

    Considérées sur ce plan strictement biologique, la conscience et la liberté sont un défaut chez l’être humain. Elles introduisent l’incertitude là où, chez l’animal, tout va de soi, la démesure là où, chez l’animal toujours, tout est mesure, faisant ainsi apparaître le désir qui par définition est illimité, à côté du besoin limité.

    C’est pourquoi l’on peut dire avec les éthologistes que l’homme est un animal dégénéré. C’est uniquement par la culture qu’il peut tirer suffisamment d’avantages de sa conscience et de sa liberté pour devenir supérieur à l’animal. Mais dans cet homme amélioré par la culture, quelle est donc la faculté, qui n’est déjà plus l’instinct et qui n’est pas encore le jugement, par laquelle on peut distinguer ce qui est bon pour soi de ce qui est mauvais? C’est cette faculté qui est en faute lorsqu’une personne se livre à des activités physiques avec une démesure qui provoque une crise cardiaque mortelle, lorsqu’elle choisit une profession qui contrarie sa nature profonde ou lorsqu’elle adopte une conduite qui est contraire à ses besoins spirituels. Il est étonnant qu’il n’existe pas de mot pour désigner une faculté dont dépend au plus haut point l’intégrité physique d’un être, c’est-à-dire sa santé, son intégrité psychologique, c’est-à-dire son bonheur, et son intégrité morale, c’est-à-dire son rayonnement.

    La raison imaginative

    Peut-être la faculté dont nous cherchons la trace doit-elle demeurer obscure, innommée, pour pouvoir remplir son rôle aux portes élémentaires de notre être. Dans L’apologie des sens, un livre qui ne peut pas laisser indifférents ceux qui s’intéressent à cette question, John Cowper Powys écrit : « L’ouverture et la fermeture des vannes qui peuvent livrer immédiatement passage au bonheur obéissent à des lois de notre être intime qui nous demeurent à ce jour obscures et mystérieuses ».2

    Powys nous apprend pourtant que la mystérieuse faculté qui préside à l’ouverture et à la fermeture des vannes a reçu divers noms au cours de l’histoire, dont celui d’intellect agent ou d’estimative dans un certain Moyen Âge, et plus récemment, celui de raison imaginative, « cette faculté que le cardinal Newman appelait le sens illatif. Terme par lequel il entendait, je présume, sensiblement la même chose que ce que le poète Matthew Arnold entendait par l’expression raison imaginative; ce qui me paraît désigner une sorte de vision complexe et sublimée de la totalité de la nature individuelle de chacun, y compris ses cinq sens, ses facultés d’intuition et de connaissance, ses réactions imaginatives et émotionnelles, en même temps que ce que les dieux dans leur bonté, lui ont donné en sus de raison et de logique ».3

    Powys a adopté pour son propre compte l’expression raison imaginative. « Parce que nous avons été enfant avant que d’être homme...» Descartes a commencé ainsi son discours sur la raison du mathématicien. Powys remonte plus loin dans le passé pour fonder son discours sur la raison imaginative : parce que nous avons été animal avant que d’être homme. « La raison imaginative de l’homme a conscience, dit-il, d’une foule de régressions ataviques le reliant à la vie sub-humaine des univers animal et végétal ». Et il poursuit : « Analysant ensuite notre Je suis moi, j’ai découvert qu’il contient des éléments de conscience organique relevant du sub-humain aussi bien que du super-humain ».

    « Bien! Parvenu à ce point je vais prendre la liberté d’inventer un terme pour désigner cette union, dans notre Je suis moi, de ces éléments sub-humains et super- humains. Et cette union, je la désignerai désormais par le terme moi ichtyosaure, afin de mettre en lumière le lointain arrière-plan de l’âme humaine ». 4

    C’est le thème de l’homme coupé à la fois de ses racines dans la terre et de ses racines dans le ciel, de l’élémentaire et du transcendant, pour n’être plus qu’humain, trop humain. Powys reproche à cet homme d’être grégaire, d’en être réduit à chercher dans ses rapports avec ses semblables, à la manière des animaux inférieurs où ne compte que l’espèce, les extases que son double enracinement lui procurait.

    « Si nous semblons de nos jours lamentablement malheureux, tous tant que nous sommes, c’est que les éléments humains grégaires de notre Je suis moi ont chassé de celui-ci les éléments sub-humains et super-humains ». « Ces éléments grégaires, ajoute Powys, sont en passe d’exterminer à petit feu toute forme de bonheur calme et extatique, le seul qui soit réellement digne d’organismes comme les nôtres, avec derrière eux cette longue histoire et devant eux ces amples espérances. […] Une certaine jouissance concentrée des sens et de toutes ces subtiles harmoniques et connotations qui les auréolent – c’est sur ce terrain, mouvant et cependant éternel, que je me place pour défendre mes théories. Je plaide la cause d’un culte de la vie basé sur la contemplation statique, en réaction contre la fièvre d’activité de notre temps ». 5


    Powys a écrit ces lignes en 1930, au moment où l’instinct grégaire était à son sommet, en Allemagne et en Russie. Dans les deux cas, dans le premier surtout, les médias jouaient un rôle crucial comme moyen de rassembler les gens. Le lien entre la rupture du double enracinement et l’importance prise par les médias au cours du présent siècle est évident. Seul subsistait dans l’homme la zone intermédiaire entre la réalité sensible et la réalité spirituelle. Tout s’est passé comme si l’homme avait déployé horizontalement ses anciennes racines verticales vers ce qui allait le relier à la masse de ses semblables : les médias, l’écran de télévision. Alors que ses racines dans la terre le mettaient en contact avec des modèles de vitalité, et ses racines dans le ciel en contact avec des modèles de sagesse, les massmédias, tout en lui proposant des vedettes fabriquées, à la place de modèles, allaient pour l’essentiel lui renvoyer une image de lui-même, celui d’un être unidimensionnel.

    On retrouve ainsi Marcuse à travers Powys. Ce dernier attachait la plus grande importance à la solitude, condition de l’enracinement dans le ciel et dans la terre, par lequel l’homme acquiert sa troisième dimension. Voici ce qui dit Marcuse à propos de la solitude : « La solitude, la condition même qui fortifie l’individu contre la société, est devenue techniquement impossible ».6

    La raison imaginative n’est-elle pas condamnée à l’atrophie dans un tel contexte? Du même coup, la capacité de vivre, de mener une existence digne et heureuse en dehors de l’action frénétique et du divertissement permanent, n’est-elle pas menacée? L’humanité ne serait-elle pas ainsi engagée dans une spirale vers le bas où l’appauvrissement de la raison imaginative provoque un besoin accru d’action et de divertissement, lequel en retour appauvrit davantage la raison imaginative? Au bas de cette spirale, il ne resterait plus de membrane, plus de clôture autour de la personne : son âme serait entièrement constituée par l’information orchestrée par les médias autour d’elle.


    L’alexithymie, mal du siècle


    Peut-être admettra-t-on un jour que la maladie caractéristique du XXe siècle aura été l’alexithymie (du grec lexis, mot, thymos, émotion et a privatif), désignant l’incapacité de faire correspondre des mots à des émotions et divers autres traits qui y sont associés. Celui qui a cru nécessaire de créer ce mot, le professeur Sifneos, de l’Université Harvard, n’hésitait pas à présenter l’alexithymique comme la personnalité de notre temps, indiquant par là que l’ensemble des traits définissant l’alexythimie correspondait « au profil social courant des individus ».

    L’idéal correspondant à ce profil a été bien défini par divers savants appartenant aux disciplines les plus représentatives de notre époque : l’intelligence artificielle et la biotechnologie. Pour Marvin Minsky, l’un des grands prêtres de l’IA, le cerveau humain n’est rien d’autre qu’un meat machine, le corps quant à lui n’est qu’une masse sanguinolante de matière organique, un téléopérateur pour le cerveau, l’un et l’autre pouvant être avantageusement remplacés par des machines. L’important dans les êtres vivants, c’est l’esprit. Et cet esprit, Minsky le définit en termes de structures et de routines, c’est-à-dire de programmation. « L’essentiel, conclut-il, est de dépersonnaliser notre intérieur ».7 Ce chantre de l’alexithymie a son laboratoire au MIT, à quelques mètres de l’Université Harvard où Sifneos étudie les maladies de l’homme-machine.

    Au début du siècle, un autre prophète savant, J.D. Bernal, avait été encore plus explicite que Minsky dans l’exaltation de l’homme coupé de ses sentiments et de ses émotions. Dans un livre intitulé Le monde, la chair et le diable, une réflexion sur l’avenir des trois ennemis de l’âme rationnelle, il écrit : « les trois ennemis de l’âme rationnelle de l’homme sont la nature, le corps, les désirs et les émotions humaines ». Comme moyen d’échapper à la nature, Bernal recommande la vie dans une station orbitale; comme moyen d’échapper au corps, et par là aux émotions et aux désirs, il préconise le maintien des fonctions du cerveau par des moyens mécaniques. « Tôt ou tard, précise-t-il, l’homme va être contraint de choisir entre son corps et sa vie. Après tout c’est l’esprit qui compte ». 8

    Les manifestations alexithymiques dites nucléaires sont au nombre de quatre, explique Jean-Louis Pedinielli, dans le premier ouvrage paru en français sur la question : Psychosomatique et alexithymie.9

    1. L’incapacité à exprimer verbalement les émotions ou les sentiments;
    2. La limitation de la vie imaginaire
    3. La tendance à recourir à l’action pour éviter et résoudre les conflits
    4-La description détaillée des faits, des événements, des symptômes physiques.


    Il existe divers tests permettant de mesurer le degré d’alexithymie d’une personne, et d’établir des corrélations entre cet état psychologique et diverses maladies. Même si les études sur le sujet ne sont encore qu’à l’état d’ébauche, on possède des données significatives permettant de penser qu’il peut y avoir un lien entre l’alexithymie et les maladies en général, qu’elles soient physiques, réputées psychosomatiques ou psychologiques. Sifneos a montré que 44% des malades psychosomatiques qui ont passé ses tests pouvaient être considérés comme alexithymiques, que le taux évolue entre 33% et 47% dans le cas des maladies respiratoires, entre 30% et 66% dans le cas des douleurs chroniques, entre 20 et 45% dans le cas des maladies du système digestif. Dans la population en général le taux d’alexithymie oscille autour de 8%.

    Le principal intérêt de ces études est qu’elles indiquent clairement qu’il y a lien entre la pauvreté de l’imaginaire, que l’on peut connaître par l’étude des rêves, et la morbidité en général. Non seulement faudrait-il, dans ces conditions, revoir les thèses traditionnelles sur les maladies psychosomatiques, mais faire l’hypothèse plus générale qu’en médecine, l’heure est peut-être venue d’accorder à la dimension symbolique autant d’importance qu’à la dimension biologique. Au lieu de miser sur les senseurs pour aider les gens à se familiariser avec leurs propres émotions, il conviendrait peut-être de les aider à découvrir les nourritures symboliques dont ils ont besoin.

    Dans la conclusion de son livre, Pedinielli présente l’alexithymie comme une fermeture au sens.

    « L’alexithymie, écrit-il, est une forme particulière de fermeture au sens des événements internes (émotionnels) comme externes, fermeture dont le mécanisme et les effets sont totalement différents de ceux de la névrose et de la psychose. Cette privation de sens liée au style particulier de communication fait de l’alexithymie l’un des paradigmes de l’analyse de l’élaboration psychique du somatique, aux côtés de l’hystérie, de l’hypocondrie et du langage d’organe ».10


    Il va de soi qu’une telle fermeture au sens des événements internes nuit à la vigilance à l’égard de soi-même. L’alexithymie apparaît comme une déficience de la raison imaginative. Il semble bien qu’il soit possible d’établir une relation entre l’alexithymie et le fonctionnement du cerveau, et du système nerveux en général. Sifneos et ses collègues de Harvard et de France ont commencé des études prometteuses sur cette question infiniment complexe.

    Puisque l’alexithymie est un trouble de la communication, est-il permis d’affirmer que les médias en sont responsables? On pourrait, par exemple, faire l’hypothèse qu’à force de s’identifier à des personnages de l’écran, certains sujets en viennent à ne plus pouvoir reconnaître leurs propres émotions. Qui pourrait répondre à une telle question? L’important, dans un débat aussi fondamental, n’est toutefois pas d’apporter des réponses précises et objectives à des questions de ce genre, mais de bien établir le fait qu’il n’est nullement nécessaire de s’appuyer sur des données scientifiques, qui n’existeront peut-être jamais, pour faire des choix qu’exigent aussi bien l’éducation des enfants que la montée des adultes vers le bonheur et la sagesse.

    L'éveil de la raison imaginative

    Quels soins faut-il accorder à l’enfant pour que sa raison imaginative se développe et qu’il lui soit plus facile, pendant le reste de sa vie, d’exercer une bonne vigilance à l’égard de lui-même? Comment nourrir son imaginaire? John Cowper Powys semble avoir écrit son livre pour répondre à cette question..

    Mais on peut aussi y répondre en énonçant un certain nombre de règles simples :

    L’amour des parents


    Que l’enfant se sente près de ses parents, de sa mère d’abord, attiré vers la vie par leur regard affectueux, attiré vers la parole et la pensée par leur écoute bienveillante, attentive et patiente.

    La vie par la vie

    Que l’enfant soit le plus souvent et le plus longtemps possible en contact direct avec la vie sous toutes ses formes, depuis la fuite des nuages dans le ciel jusqu’à l’attitude extatique de la marmotte dans les champs. Que la somme du temps qu’il consacre à cette fête de la sensibilité soit au moins aussi importante que celle du temps qu’il consacre à l’ensemble des médias. On trouve une belle évocation de cette fête de la sensibilité dans Féerie dans l’île, livre où Gerald Durrell, frère de Lawrence, raconte les années passées avec sa famille dans l’île de Corfou et ses découvertes émerveillées d’enfant.

    Le temps de la vie


    Jusqu’à preuve du contraire, les processus vivants ont une durée incompressible. La grossesse chez les êtres humains est de neuf mois et nous n’y pouvons rien. On peut certes réduire le temps de croissance des plantes, mais pas à l’infini, comme c’est pratiquement le cas pour le volume des données informatiques, par exemple. Et il en est ainsi de tous les processus psychologiques, sociaux et culturels. Présumer qu’on peut comprimer sans risques majeurs tous ces processus, c’est déjà les réduire à la mécanique. La méthode, la rationalisation qui donnent des résultats mirobolants dans l’ordre mécanique, sont inadéquates, voire dangereuses dans l’ordre du vivant et de l’humain. Les parents ne peuvent pas comprimer à l’infini le temps d’attention qu’ils accordent à leurs enfants sans que ces derniers en souffrent au point de perdre goût à la vie. Et combien de fois faut-il relire un poème, et se le répéter après l’avoir appris par cœur, pour qu’il libère dans l’âme tout le sens qu’il contient? Combien de fois et pendant combien de temps chaque fois, faut-il contempler le ciel étoilé pour s’en imprégner au point qu’il devienne une présence amicale? Combien de fois et combien de temps chaque fois, faut-il prêter attention aux données d’un problème de géométrie pour que la solution s’esquisse d’elle-même?

    Vaut-il mieux que l’enfant accède à la poésie par le texte seulement, dit ou écrit, par la chanson ou par un film? Vaut-il mieux, pour prendre un exemple, qu’il découvre L’homme qui plantait des arbres dans le texte de Giono ou dans le film de Frédéric Back? Si le récit est beau, inspirant, s’il a une valeur archétypale, on a sans doute intérêt à y accéder par le plus grand nombre de voies possibles. Ce qui suppose que l’enfant ait beaucoup de temps à consacrer aux œuvres les plus riches, et donc que ses parents ou ses maîtres aient de leur côté veillé à ce qu’il s’impose une discipline impliquant une sélection rigoureuse des images, des sons et des mots qui ont l’honneur de pénétrer en lui. D’où vient qu’à l’énoncé de cette condition on ait déjà l’impression de rêver?

    Les rythmes de la vie


    Il y a des saisons dans la nature. Il y a des jours et il y a des nuits. Au lieu d’être contraint à une existence linéaire systématiquement ordonnée à l’atteinte de certains objectifs, l’enfant doit pouvoir osciller entre des moments de plénitude et d’activité intense et des moments de vide, et de voluptueuse passivité. Les besoins fondamentaux de l’âme s’ordonnent ainsi par couples de contraires. On peut prolonger la liste : risque et sécurité, liberté et ordre. Il est souhaitable que l’enfant oscille entre des aventures (réelles et non médiatiques) et des périodes de parfaite sécurité dans l’enceinte familiale, qu’il ait véritablement l’expérience du risque, qu’il fasse ensuite l’apprentissage de la liberté pour trouver ensuite le repos dans l’ordre régnant dans le groupe auquel il appartient.

    Les pôles de la vie : l’élémentaire et le transcendant

    Il faut que par son contact avec la nature l’enfant permette au pôle animal et végétal de sa propre nature de se développer; mais le sub-humain étant indissociable du super-humain, il faut aussi que l’enfant s’initie à la contemplation, à la vénération, au sens du mystère et du divin.

    Date de création: 2012-05-31 | Date de modification: 2013-01-14

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2012-05-31
    Dernière modification:
    2013-01-14
    Extrait
    C’est le thème de l’homme coupé à la fois de ses racines dans la terre et de ses racines dans le ciel, de l’élémentaire et du transcendant, pour n’être plus qu’humain, trop humain. Powys reproche à cet homme d’être grégaire, d’en être réduit à chercher dans ses rapports avec ses semblables, à la manière des animaux inférieurs où ne compte que l’espèce, les extases que son double enracinement lui procurait.

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    L’IA (intelligence artificielle) et le transhumanisme forme un couple solide. On imagine mal un transhumaniste qui ne serait pas aussi un inconditionnel de l’IA; quant aux spécialis...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...