• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Le déclin de la connaissance immédiate

    Jacques Dufresne
    Après l'homme...le cyborg? Extrait du premier chapitre : Les médias et la connaissance médiate        

    Chapitres du livre

    Le déclin de la contemplation, de la connaissance immédiate, fusionnelle
    , la rupture progressive des liens avec le réel

     

     


    la montée consécutive du formalisme,
    le mépris des lois de la nature, du principe de clôture en particulier,

     

     

     

     


    Tous ces facteurs convergent vers le rêve d'un paradis sur terre, au prix d'une désincarnation totale et d'une fausse transcendance.

    ***

    Comment en sommes-nous venus à nous laisser emprisonner dans cette toile d'araignée, dans ce Web des médias? Les médias, le mot le dit, sont des intermédiaires entre l’homme et le réel. On peut donc présumer qu’ils ont quelque rapport avec ce que, dans la tradition philosophique, on appelle la connaissance médiate, laquelle consiste à recourir à des intermédiaires, appelés représentations, pour atteindre le réel. Ces représentations sont le souvenir, l’image et le concept, avec toutes les formes qui y sont liées : jugement, raisonnement et principes.

    Dans la même tradition, on admet aussi l’existence d’une connaissance immédiate, c’est-à-dire sans intermédiaire; elle se confond avec l’attention, elle est intuition du présent. L’être s’y livre tel qu’il est. Cette connaissance immédiate peut être de divers ordres : sensible, intellectuelle, psychologique, métaphysique ou même mystique. Toutes ces formes de connaissance immédiate ont été mises en doute au cours des derniers siècles, à l’exception de la sensation.

    Rien n’évoque mieux la différence entre la connaissance immédiate et la connaissance médiate que le spectacle de la mer enfin aperçue dans sa réalité après un long voyage et des années de rêve. Elle est là, tout à coup offerte à l’attention. Jusque là, nous ne la connaissions que par des représentations.

    Le bon sens nous dit que la connaissance immédiate est supérieure à la connaissance médiate.

    La mer, la mer, toujours recommencée
    Ô récompense après une pensée
    Qu’un long regard sur le calme des dieux (Valéry)

    Toute connaissance immédiate est récompense après une pensée. C’est notre imperfection congénitale qui nous condamne à la pensée, forme par excellence de la connaissance médiate. Nous naissons étrangers au monde parce que confondus avec lui dans l’état fusionnel de la première enfance. Le dur apprentissage de la connaissance médiate nous éloigne du monde, afin que devenus distincts, autonomes, nous puissions nous unir à lui librement par la connaissance immédiate.

    L’idée de la supériorité de la connaissance immédiate est encore si profondément ancrée dans les mentalités, qu’en dépit de toutes les représentations dont nous sommes encombrés, nous cherchons toujours l’amour impossible, où l’être aimé se révélera à nous tel qu’il est et non tel qu’il nous convient de le voir. Aimez-moi donc tel que je suis et non tel que j’apparais! C’est encore le vœu secret de la plupart des êtres.

    Notre connaissance d’autrui est presque toujours médiate; l’autre ne se révèle pas à nous tel qu’il est, mais plus ou moins déformé par les représentations que nous entretenons à son endroit : souvenirs, préjugés, jugements, anticipations, opinions, etc. Ce que nous cherchons dans l’amour, quand ce dernier est plus qu’un caprice de passage, c’est le dépassement de la connaissance médiate par la purification, et l’accès à une connaissance immédiate où l’autre se révèle tel qu’il est.

    Il en est ainsi de notre rapport avec le monde, qui est au point de départ en grande partie faussé par les représentations mêmes qui nous permettent de l’établir. Le roi Midas transformait en or tout ce qu’il touchait. Pour son malheur, la représentation qu’il se faisait du monde devenait pour lui le monde. Le monde prend ainsi la forme de nos désirs quand ces derniers, par leur démesure, s’interposent entre le réel et nous. Dans les grandes traditions, occidentale ou orientale, la voie de la sagesse consiste à entrer dans un rapport avec le monde analogue au rapport avec autrui dans l'amour. Le monde alors se révèle tel qu’il est. Dans les mêmes traditions, il en est du rapport avec Dieu comme du rapport avec autrui et avec le monde. Au terme de la purification, Dieu se révèle tel qu’il est, dans une connaissance immédiate.

    Il apparaît ainsi que le passage de la connaissance médiate à la connaissance immédiate est le sens même de la vie. Encore faut-il cependant que l’on reconnaisse la possibilité de la connaissance immédiate d’autrui, du monde et de Dieu. C’est sur cette question que s’est joué le destin de l’Occident au cours du millénaire qui s’achève. Le fait que, de nos jours, tout est média autour de nous et en nous est indissociable du fait que la connaissance immédiate, à l’exception de la sensation, a perdu progressivement sa légitimité à partir du XIIIe siècle. L’homme traditionnel, tel que le décrit par exemple Gilbert Durand, est capable d’une connaissance immédiate d’autrui, du monde et de Dieu.

    Dans Structure anthropologique de l’imaginaire, cet auteur, s’inspirant d’un éminent spécialiste de l’Islam, Henri Corbin, montre que c’est au XIIIe siècle que l’homme occidental s’est pour ainsi dire déclaré inapte à une connaissance immédiate de Dieu, d’abord, puis du monde et d’autrui : « Il fut un temps où, comme dans le temps édénique, les agneaux et les lions, tradition et philosophie vécurent en bon accord. C’est cette époque que nous décrivent les historiens de la philosophie médiévale, ou plus spécialement de la philosophie romane. Le XIIe siècle est pour l’Occident un siècle d’or, dans lequel s’équilibrent démarches sacrées et démarches profanes, tel qu’il apparaît dans le système pédagogique où le "trivium" (les "voces") équilibre pleinièrement le "quadrivium" (les "res"). Or peu à peu, en sept siècles, la pédagogie de l’Occident va voir les "voces" résorbées dans les "res", et l’homo sapiens ou même philosophans perdre peu à peu ses "voix" au profit des "choses" jusqu’à ce que la philosophie elle-même soit rayée du "cursus" de nos modernes études ».1

    Dans l’Islam médiéval, deux grandes figures émergent, Avicenne le Persan et le cordouan Averroës. Avicenne interprétait la tradition grecque dans la perspective platonicienne, faisant une large place à la connaissance immédiate de Dieu. Averroës appartient à l’école d’Aristote. De façon plus ou moins délibérée, précise Gilbert Durand, l’Occident au XIIIe siècle a accordé sa préférence à Averroës plutôt qu’à Avicenne. « Ce "contresens", cette substitution d’Averroès à l’avicennisme, non seulement va permettre à la physique d’Aristote de s’imposer comme connaissance pré-scientifique d’un monde des "res" coupé du monde des "voces", mais encore et surtout l’adoption par l’Occident du modèle averroïste va couper la réflexion sur l’homme – c’est-à-dire le "Connais-toi toi-même" de la tradition orphique et platonicienne – de tout accès direct à la transcendance ».2

    Cette préférence pour Averroës est, aux yeux de Gilbert Durand, la première d’une série de trois catastrophes métaphysiques, la seconde étant la substitution de la connaissance objective à la connaissance immédiate, au sommet de la hiérarchie du savoir, à partir du XVIe siècle :

    « La seconde catastrophe de l’Occident se situe dans le courant objectiviste, issu des mouvements "réformateurs", qui de Galilée à Descartes officialise les dualismes constitutifs de la philosophie occidentale : monde sacré séparé du monde profane, corps séparé de l’âme, res extensa séparée de la res cogitans […] "Les philosophes" du XVIIe et surtout du XVIIIe siècle vont affermir ces assises de la pensée occidentale moderne en réduisant peu à peu le sacré au profane, la res extensa et en officialisant ainsi une vue mécaniste, déterministe de l’univers où l’homme se trouve aliéné, réduit au simple rang d’un épiphénomène ».3

    La troisième catastrophe c’est l’historicisme, lequel prit sa forme la plus achevée, chez Hegel notamment, dans le contexte créé par le romantisme. L’historicisme c’est la doctrine selon laquelle l’histoire a un sens. Le temps qui passe ne fait pas que passer mais offre à l’esprit à l’œuvre dans le monde une occasion de se déployer en transformant les institutions, les hommes et même les paysages dans le sens d’un progrès.

    Le romantisme, d’abord nostalgie d’un passé où la nature était vierge, et par voie de conséquence, réaction contre la techno-science et la raison qui triomphe alors, renforce paradoxalement le mythe du progrès, fondé sur l’espoir que font naître les sciences, et alimente l’idée que l’histoire a un sens.

    La connaissance immédiate, disions-nous, est l’intuition du présent. Il n’y a donc rien de plus contraire aux exigences de la connaissance immédiate que cet historicisme, ce progrès qui fait toujours apparaître le présent comme inachevé, par rapport à un avenir qui est le véritable lieu de l’achèvement. L’âme emportée par le mythe du progrès en est prisonnière comme le cosmonaute est prisonnier de la capsule qui l’emporte vers la haute atmosphère. L’âme voit défiler les êtres sans être capable de s’arrêter pour leur accorder, dans l’abandon au présent, l’attention qui leur permettrait de se révéler. Quelle sera donc alors la valeur de ces êtres du présent, inachevés par rapport à ceux de l’avenir? Ne sera-t-on pas tenté de sacrifier ces ébauches aux êtres accomplis de l’avenir? C’est précisément ce que feront les chefs d’état s’appuyant sur une doctrine progressiste ou historiciste, tels le marxisme ou le nazisme.

    Si à l’heure actuelle, le libéralisme suscite quelques inquiétudes fondées, c’est dans la mesure où on peut le rattacher à l’historicisme et au mythe du progrès.

    Le discrédit de la connaissance immédiate est maintenant complet. Vue sur cet angle, l’explosion actuelle des médias est l’achèvement d’un processus ayant commencé au XIIIe siècle avec la préférence accordée à la pensée d’Averroës.

    D’autres historiens de la pensée, plus nombreux, font remonter le discrédit de la connaissance immédiate au nominalisme de Guillaume D’Ockham. L’homme traditionnel, explique-t-on dans ce contexte, était rattaché au monde et à Dieu, non seulement par les symboles comme ceux de l’astrologie, mais dans certaines régions du monde, du moins en Occident, par les concepts et les mots, lesquels emportaient avec eux une partie de la réalité, de la substance des êtres et des choses. Certains mots, le mot souffle par exemple, semblent par leur sonorité même être une réincarnation de la réalité qu’ils désignent. D’où le pouvoir d’évocation d’un vers comme celui-ci, de Victor Hugo :

    Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala.

    On appelle réaliste la théorie de la connaissance où le concept et le mot, tels des plantes, ont des racines dans le réel. La théorie d’Aristote, transmise à l’Occident par Averroës, était caractérisée par un tel réalisme. Ce qui incite à penser que Gilbert Durand exagère un peu quand il place l’aristotélisme transmis par Averroës et repris par saint Thomas à l’origine des catastrophes métaphysiques.

    Il y a un plus large consensus autour de l’hypothèse que c’est le nominalisme d’Ockham qui marque cette origine. Le nominalisme, c’est la théorie selon laquelle les concepts, et donc les mots, loin d’emporter avec eux la substance des choses et d’y donner accès, sont de pures conventions, des produits arbitraires d’un esprit humain coupé du réel.

    C’est là le début d’un processus qui conduira à l’idéalisme moderne et au triomphe d’une connaissance médiate de plus en plus apte à permettre la manipulation d’un réel auquel elle est incapable de donner accès directement. Étant donné que les médias favorisent la communication de ces connaissances médiates, il allait de soi qu’ils se développent, en pareil contexte, au point de se substituer à la réalité.

    Ce ne sont toutefois pas les nouveaux médias qui ont créé le danger d’une substitution de la représentation à la réalité. Ce danger n’est lié ni à une technique, ni à une époque particulière. Il est lié à la nature humaine.

    Les mots et les concepts sont, après les images, les médias, les intermédiaires les plus simples, les plus anciens. Pourtant, on peut se demander s’ils n’ont pas davantage servi à éloigner les gens du réel qu’à les en rapprocher. Pensons à l’usage qu’on a fait du mot Dieu, « cet être qu’on trahit rien qu’en le nommant ». Déjà, Héraclite craignait que le mot Zeus ne détourne de Dieu : « L’éternel Principe souffre et ne souffre pas d’être appelé Zeus ». Le mot Zeus peut être pris dans deux sens différents. Si on néglige l’un des deux sens, comme on est tenté de le faire, le mot Zeus éloigne de l’Être qu’il désigne plutôt que d’être un pont vers lui.4

    Les médias sont ambigus? Hélas non! Nous sommes ambigus. Au temps d’Héraclite toutefois, on ne doutait ni de la possibilité, ni du caractère souhaitable d’une connaissance immédiate du monde, d’autrui et de Dieu. C’est en raison de la haute idée que l’on avait de cette connaissance que l’on se méfiait des représentations. La philosophie, pourrait-on dire, doit son existence et son nom même à cette méfiance. C’est Pythagore qui, dans la Grèce antique, a inventé le mot philosophe, celui qui est ami de la sagesse, qui la désire, qui tend vers elle, la sagesse consistant dans la connaissance immédiate du réel.

    « Avant lui, dans le monde hellénique, on était un savant ou un sage, un homme de savoir et de vertu. Pythagore inventa le mot philosophe pour se distinguer, lui et ses compagnons, de ces hommes arrivés, enracinés dans cette bonne conscience qui refuse le progrès personnel. Le philosophe est un homme en quête de sagesse, toujours en route vers l’absolu qu’il ne possède jamais, mais qu’il entrevoit et goûte chaque jour un peu mieux; et ce qu’il affirme n’est que le reflet de cette quête quotidienne ».5

    Pythagore reconnaissait l’existence de toutes les formes de connaissance : sensible, intellectuelle, métaphysique, mystique même. Désormais, on en est à douter même du caractère immédiat de la sensation. L’un des plus grands spécialistes de la question en ce moment, le neurobiologiste Rosenfield, propose que l’on renonce au mot sensation, tant il est persuadé que les représentations interviennent de façon déterminante dans les phases les plus élémentaires, et en apparence les plus immédiates, de la connaissance sensible. Il n’utilise lui-même que le mot perception, mot qui dans la tradition philosophique désigne « une sensation élaborée par l’esprit humain et ses représentations ».6

    La sensation, seule connaissance immédiate sur laquelle on croit encore pouvoir s’appuyer, risque de se dénaturer pour cette raison même. On peut faire l’hypothèse que la connaissance immédiate, d’ordre psychologique, métaphysique ou mystique, correspond à un besoin fondamental de l’âme humaine. À défaut d’être satisfait sur tous ces plans, le besoin d’immédiateté se reporte sur la seule connaissance que l’on présume encore immédiate, la sensation. Et encore faut-il que cette sensation soit aussi élémentaire que possible, car autrement son immédiateté, déjà douteuse, semblerait disparaître complètement. Or c’est dans les médias que l’on trouve surtout ces sensations élémentaires, fortes. On en est donc réduit à recourir aux médias pour échapper aux effets de l’extrême médiatisation du rapport avec le monde!

    Le contexte philosophique que nous évoquons aide à comprendre un autre phénomène qui retient l’attention en cette fin de millénaire : la recherche des expériences fusionnelles, dont l’éventail s'étend de l’expérience mystique authentique à des transes toutes plus ou moins hystériques. L’intérêt que suscitent en ce moment la vie et l’œuvre d’Hildegarde von Bingen, laquelle a vécu avant la première catastrophe métaphysique évoquée par Gilbert Durand, est un bel exemple de l’actuelle recherche de l’unité. On s’intéresse pour les mêmes raisons aux mystiques rhénans, à maître Eckhart particulièrement.

    L’étonnant roman historique que vient de lui consacrer Jean Bédard est traversé par une féconde réflexion sur l’intellect, défini comme une faculté capable à la fois de connaissance immédiate, au sens traditionnel du terme, et de connaissance médiate, au sens moderne du terme. Jean Bédard justifie ainsi son admiration pour maître Eckhart : « Il défendit la capacité de l’intellect à entretenir avec la réalité un dialogue valide. Dans la clarté de la raison, ce dialogue mène à la science et dans le secret de l’âme il mène à la joie. Ces deux dimensions étaient pour lui indissociables. Le laboratoire et l’oratoire constituaient les deux fenêtres de la connaissance. Pourquoi? Parce que Dieu explique dans sa création ce qu’il inspire dans l’âme ».7

    Mais à côté de ces recherches érudites du Graal de la connaissance intégrale, que d’expériences fusionnelles, psychédéliques ou charismatiques, fondamentalistes ou érotiques, ayant en commun l’oubli de la mise en garde de Platon : « Il ne faut pas faire l’un trop vite ».

    1-Durand, Gilbert, Science de l’homme de tradition, Paris, Sirac, 1975, p. 24.
    2 Idem, p. 25.
    3 Idem, p. 29.
    4 Sur cette question complexe, se reporter au livre Fragments d’Héraclite, admirablement traduit et commenté par Marcel Conche. PUF 1986
    5 Gobry, Ivan, Pythagore, Paris, Éditions Universitaires, 1992, p. 28.
    6 Carlos Tinoco, La sensation, Flammarion,1997.
    7 Voir Jean Bédard, Maître Eckhart, Paris, Éditions Stock, 1998.

     

    Date de création: 2012-05-27 | Date de modification: 2013-01-14

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2012-05-27
    Dernière modification:
    2013-01-14
    Extrait
    Dans l’Islam médiéval, deux grandes figures émergent, Avicenne le Persan et le cordouan Averroës. Avicenne interprétait la tradition grecque dans la perspective platonicienne, faisant une large place à la connaissance immédiate de Dieu. Averroës appartient à l’école d’Aristote. De façon plus ou moins délibérée, précise Gilbert Durand, l’Occident au XIIIe siècle a accordé sa préférence à Averroës plutôt qu’à Avicenne. «Ce "contresens", cette substitution d’Averroès à l’avicennisme, non seulement va permettre à la physique d’Aristote de s’imposer comme connaissance pré-scientifique d’un monde des "res" coupé du monde des "voces", mais encore et surtout l’adoption par l’Occident du modèle averroïste va couper la réflexion sur l’homme – c’est-à-dire le "Connais-toi toi-même" de la tradition orphique et platonicienne – de tout accès direct à la transcendance. »2 Cette préférence pour Averroës est, au yeux de Gilbert Durand, la première d’une série de trois catastrophes métaphysiques, la seconde étant la substitution de la connaissance objective à la connaissance immédiate, au sommet de la hiérarchie du savoir, à partir du XVIe siècle

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    L’IA (intelligence artificielle) et le transhumanisme forme un couple solide. On imagine mal un transhumaniste qui ne serait pas aussi un inconditionnel de l’IA; quant aux spécialis...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...