• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition
    Jacques Dufresne

    Parmi les conditions de la réussite de la conférence de Paris, ( du 30 nov. 2015 au 11 déc. 2015) il y a la connaissance des auteurs qui, depuis un siècle, ont sonné l’alarme à propos de divers aspects de la crise que traverse l'humanité. Nous avons regroupé ces pionniers en trois catégories: critique du progrès, écologie, pensée systémique.

    PROJET 50 PIONNIERS : ENC. LAUDATO SI', CONFÉRENCE DE PARIS
    SECTIONS : CRITIQUE DU PROGRÈS, ÉCOLOGIE, PENSÉE SYSTÉMIQUE

    NAOMI KLEIN (1970-    ), CRITIQUE DU PROGRÈS...ET DU CAPITALISME

     

    Dans un article de 1973, le philosophe norvégien Arne Naess a recours au concept d'« écologie profonde » (« deep ecology ») pour désigner un courant de l'écologisme rompant totalement avec une vision anthropocentrique de l'écologie, et qu'il contraste avec la shallow ecology (« écologie superficielle »). Alors que celle-ci ne s'attaquerait qu'aux effets de la pollution, agissant en aval de l'industrie, l'écologie profonde critiquerait les valeurs au fondement même du mode de production impliquant les dégâts environnementaux9.

    On devine les controverses que devaient susciter cet article, notamment par les défenseurs de l’écologie sociale comme Murray Bookchin,

    Nous remercions, Yves Vaillancourt, auteur d’un ouvrage sur le principe responsabilité de Hans Jonas de nous avoir accordé l’autorisation de reproduire sa traduction de l’article de 1973

    THE SHALLOW AND THE DEEP

    ARNE NAESS, Inquiry Philosophical Review, N°16, 1972
    Texte fondateur du mouvement Deep Ecology

    Traduction par
    Yves Vaillancourt

    Le superficiel et le profond

    Paru dans la revue de sciences humaines Médium, N°38, 1990


    L’émergence des écologistes et la fin de leur relative marginalisation est un point tournant pour la communauté scientifique. Mais leur message a été mal perçu. Un mouvement superficiel, bien que présentement puissant, et un autre, plus profond mais moins influent, cherchent à attirer l’attention.

    A. Le mouvement écologiste superficiel entend lutter contre la pollution et la raréfaction des ressources. Son objectif central est la santé et l’abondance pour les citoyens.
    B. Le mouvement Écologie profonde. Arrêtons-nous à cette seconde tendance, dont voici les principes :


    1) La substitution de la représentation « L’homme dans l’environnement » par celle de « champ relationnel total »

    Les organismes sont perçus comme des nœuds dans le « filet » biosphérique, ou des champs de relations intrinsèques. Une relation intrinsèque entre A et B est telle que cette relation constitue A et B, de sorte que sans cette relation, A et B ne sont plus la même chose. Ce modèle du « champ total » dissout non seulement le concept « Homme-dans-l’environnement », mais tout concept considérant un être et son milieu comme deux entités séparées d’abord, et en interaction ensuite, exception faite d’un niveau superficiel et préliminaire d’analyse.

    2) L’égalitarisme biosphérique en principe

    L’ajout de en principe se justifie par le fait que toute représentation réaliste du monde doit faire la part de l’exploitation et de la suppression. L’écologiste travaillant sur le terrain acquiert un respect aux assises très profondes pour les nombreuses formes de la vie. Il recherche une compréhension de l’intérieur, une sorte d’empathie que d’autres réservent seulement au genre humain ou à quelques-unes seulement des nombreuses formes de vie. Pour cet écologiste, le droit de vivre et de s’épanouir est un axiome de valeur qu’il intuitionne clairement. Sa restriction pour les seuls humains est un anthropocentrisme causant des effets préjudiciables à la qualité de vie des humains eux-mêmes. Cette qualité de vie dépend en partie de la satisfaction profonde que nous retirons d’une proximité heureuse avec les autres formes de vie. L’ignorance des liens étroits que nous avons avec ces autres formes de vie et la perpétuation du schéma maître-esclave contribue à l’aliénation des humains eux-mêmes.

    3) Le principe de diversité et de symbiose

    La diversité hausse les potentialités du grand écosystème, à la fois quant à sa pérennité et quant à la création de nouvelles formes de vie. Autrement dit, la diversité engendre la diversité. La soi-disant lutte pour la vie et la survie du plus fort doit être ré-interprétée dans le sens d’une aptitude à coexister au sein d’un réseau complexe d’interrelations, plutôt que dans le sens d’une habileté à tuer, exploiter et supprimer. Vivre et laisser vivre est un principe écologique plus puissant que c’est moi ou toi.

    Ce dernier principe tend à réduire la multiplicité des formes de vie, en plus de créer la destruction à l’intérieur d’une même espèce. Une attitude inspirée de l’écologisme favorisera donc la diversité des modes de vie humains, des cultures, des occupations, des économies. Elle supportera le combat contre toutes formes de domination, qu’elle soit économique, culturelle ou militaire. Elle s’opposera aussi bien à l’extinction des phoques et des baleines qu’à celles de tribus ou cultures humaines.

    4) Une position anti-classe

    La diversité des genres de vie humaine est en partie due à l’exploitation, sinon à la suppression (intentionnelle ou non) de certains groupes. L’exploiteur vit différemment de l’exploité, mais tous deux sont affectés dans leur potentialité de se réaliser. Le principe de diversité ne recouvre pas les différences relevant d’attitudes et de comportements aliénés, entravés ou restreints. Le principe d’égalitarisme écologique appelle la même position anti-classe. L’attitude écologique favorise l’utilisation de ces principes de diversité, d’égalité et de symbiose quand il est question de conflits de groupe, incluant ceux d’aujourd’hui entre les nations développées et celles dites en voie de développement. Ces trois principes rendent prudents vis-à-vis les plans d’ensemble pour le futur, excepté pour ceux adoptant la perspective élargie de la diversité et de la non-discrimination.

    5) Le combat contre la pollution et la raréfaction des ressources

    Dans cette lutte, les écologistes ont de puissants appuis, mais cela se fait quelquefois au détriment d’autres enjeux, qui doivent aussi être pris en considération, et ce dans une perspective globale. Il appert en effet que l’attention générale est souvent braquée sur la pollution et la raréfaction des ressources. Or, il ne faut pas oublier que si, par exemple, l’installation d’équipements anti-pollution se répercute dans le coût des biens nécessaires, les différences de classes se creuseront d’autant. Une éthique responsable implique la mise en relation de tous les enjeux. L’écologie profonde ne repose pas sur un seul principe, mais sur les sept ici présentés.

    6) Pour la complexité, contre la complication

    La théorie des écosystèmes contient une importante distinction entre ce qui est compliqué sans aucun principe unificateur, et ce qui est complexe. Une multitude de facteurs interagissants peuvent opérer de manière à former un système. Les organismes, les voies du vivant et les interactions dans la biosphère, en général, manifestent une complexité d’un niveau très élevé, dont les écologistes nourrissent et leur pensée et leur horizon. En fait, une telle complexité rend inévitable l’obligation de penser en termes de vastes systèmes. Elle approfondit nos perceptions et nous fait prendre conscience, paradoxalement, du caractère incomplet de notre compréhension des interrelations biosphériques et, bien sûr, des perturbations dues à notre action.

    Appliqué aux humains, le principe de diversité favorise la division du travail, non sa fragmentation. Il appuie les actions intégrées par lesquelles la personne entière est active, et pas seulement réactive. Ce principe se conjugue avec une économie complexe, intégrant une variété de moyens de vivre et de travailler : les activités industrielles et agricoles, intellectuelles et manuelles, les occupations spécialisées et non-spécialisées, urbaines et non-urbaines, de travail dans la cité et de récréation dans la nature et de travail dans la nature et de récréation dans la cité.

    Il favorise les technologies douces. Il ne cherche pas tant les prévisions futuristes que l’accomplissement des possibilités d’aujourd’hui.

    7) L’autonomie locale et la décentralisation

    La vulnérabilité d’une forme de vie est, en substance, proportionnelle au poids des influences lointaines, extérieures à la région où cette forme a obtenu un équilibre écologique. Cela doit être mis en relation avec nos efforts visant à renforcer l’auto-gouvernement local, l’autonomie des ressources matérielles et mentales. Ces efforts impliquent un mouvement vers la décentralisation. Les problèmes de pollution, incluant la pollution thermique et le recyclage des matériaux, nous conduisent aussi dans cette direction. Une autonomie accrue, si nous pouvons maintenir constants tous les autres facteurs en jeu, réduirait la consommation d’énergie. Cette autonomie locale serait renforcée par une réduction du nombre de maillons dans la chaîne hiérarchique des décisions. Par exemple, une chaîne consistant en un comité local, un conseil municipal, un conseil régional, un État ou une province membre d’une fédération, les institutions nationale et l’État central, la coalition d’États-nations et une institution globale, pourrait se réduire à une chaîne faite de bureaux locaux, d’institutions nationales et d’une institution globale. Même si une décision est prise selon la règle de la majorité à chaque étape de la longue chaîne mentionnée, plusieurs intérêts locaux sont inévitablement abandonnés ou bradés en chemin.
    *

    En résumé, il faudrait d’abord garder à l’esprit que les normes ou tendances du mouvement écologie profonde ne sont pas dérivées de la science écologique, que ce soit par déduction ou induction. Seul le savoir écologique et le mode de vie des écologistes sur le terrain en ont suggéré, inspiré et fortifié les perspectives. Plusieurs formulations de ce survol sont de vagues généralisations qui exigeraient d’être précisées davantage. On constate cependant que l’inspiration tirée de l’écologie s’est avérée partout remarquablement convergente. Ce sommaire n’avait pas d’autre prétention que d’être un exemple de codification de cette convergence.

    Il faudrait dans un second temps souligner que les positions du mouvement écologie profonde sont clairement normatives. Elles expriment un système de valeurs prioritaires, fondé en partie seulement sur les résultats (ou l’absence de résultats) de la recherche scientifique. Les écologistes essaient d’influencer les décideurs politiques à l’aide de menaces, à partir de sombres prévisions concernant les polluants et la raréfaction des ressources, tout en supposant que ces décideurs acceptent au moins certaines normes en matière de santé et de justice distributive.

    Enfin, les mouvements écologiques retiennent notre attention parce qu’ils sont écosophiques plutôt que simplement écologistes. L’écologie est une science limitée qui use de méthodes scientifiques. La philosophie constitue pourtant le lieu privilégié pour un débat sur les fondements descriptifs aussi bien que prescriptifs. Par écosophie, nous entendons une philosophie d’équilibre et d’harmonie écologique. Une philosophie est une sagesse, ouvertement normative; elle comporte à la fois des normes, des postulats et des valeurs prioritaires, ainsi que des hypothèses scientifiques concernant notre univers. Cette sagesse est politique de sagesse, prescription, au lieu d’être seulement description scientifique et prévision.

    Au plan pratique, l’écosophie peut admettre certaines libertés vis-à-vis les faits. Cependant, les sept valeurs énumérées procurent un canevas acceptable pour un système écosophique. Dans la théorie générale des systèmes, ceux-ci sont le plus souvent conçus en termes d’interactions entre des éléments causalement ou fonctionnellement reliés. Une écosophie, toutefois, ressemble plus à un système philosophique comme celui d’Aristote ou de Spinoza. Il se présente comme un ensemble d’affirmations descriptives et normatives. Entre les prémisses et les conclusions jouent des relations de dérivabilité. Celles-ci pourraient être classées selon qu’elles opèrent d’après un mode déductif, logico-mathématique ou réflexif découlant d’une valeur prioritaire.

    Mais une présentation de l’écosophie ne peut être qu’imparfaite, étant donné l’ampleur du champ envisagé. Soulignons que c’est le caractère global et non la précision dans les détails qui distingue l’écosophie. Elle articule les efforts d’une vaste équipe composée de scientifiques, d’éthiciens et de décideurs.

    Sous le vocable d’écologisme, plusieurs modifications du mouvement ont été endossées au nom de la lutte contre la pollution et la raréfaction des ressources. Mais le fossé grandit toujours entre le Nord et le Sud. Une approche globale de la pollution ne doit surtout pas occulter les différences régionales et continentales.

    Date de création: 2015-11-12 | Date de modification: 2015-11-23
    Loading

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2015-11-12
    Dernière modification:
    2015-11-23
    Extrait
    La théorie des écosystèmes contient une importante distinction entre ce qui est compliqué sans aucun principe unificateur, et ce qui est complexe. Une multitude de facteurs interagissants peuvent opérer de manière à former un système. Les organismes, les voies du vivant et les interactions dans la biosphère, en général, manifestent une complexité d’un niveau très élevé, dont les écologistes nourrissent et leur pensée et leur horizon. En fait, une telle complexité rend inévitable l’obligation de penser en termes de vastes systèmes. Elle approfondit nos perceptions et nous fait prendre conscience, paradoxalement, du caractère incomplet de notre compréhension des interrelations biosphériques et, bien sûr, des perturbations dues à notre action.

    Documents associés


    Youri Pinard

    Daniel Laguitton

    Jacques Dufresne

    Andrée Mathieu

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Daniel Laguitton

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...