• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition
    Andrée Mathieu

     

    Parmi les conditions de la réussite de la conférence de Paris, ( du 30 nov. 2015 au 11 déc. 2015) il y a la connaissance des auteurs qui, depuis un siècle, ont sonné l’alarme à propos de divers aspects de la crise que traverse l'humanité. Nous avons regroupé ces pionniers en trois catégories: critique du progrès, écologie, pensée systémique.

    PROJET 50 PIONNIERS : ENC. LAUDATO SI', CONFÉRENCE DE PARIS
    SECTIONS : CRITIQUE DU PROGRÈS, ÉCOLOGIE, PENSÉE SYSTÉMIQUE

    Léonard de Vinci (1452-1519), PENSÉE SYSTÉMIQUE

    Contexte

    À l'époque de Léonard de Vinci, la vision du monde était encore empreinte de la pensée médiévale et la science dans le sens moderne du mot n'existait pas. Durant la période précédant la Renaissance, il existait une relation permanente entre la religion et la spéculation philosophique, ce qui a fait dire à Léonard:

    "Celui qui se réclame de l'autorité ne met pas en œuvre l'intelligence mais plutôt la mémoire." (evolution-101.com)

    Véritable génie de la Renaissance, Léonard de Vinci possédait un esprit universel. Poussé par une curiosité insatiable, il a remis les connaissances conventionnelles en question. Alors que ses contemporains ne fondaient leurs opinions que sur les croyances médiévales et la lecture des textes anciens, Léonard s'appuya sur l'observation de la nature. Ses travaux, ont contribué à éradiquer la superstition en faveur d'une approche scientifique du monde.

    "Détourne-toi des préceptes de ceux qui spéculent sur le monde, mais dont les raisons ne sont pas confirmées par l'expérience." (evolution-101.com)

    Léonard s'est intéressé à la botanique, la biologie, la mécanique et, surtout, l'anatomie. Sa vie entière a été consacrée à tenter de comprendre la nature du vivant. L'utilisation optimale des sens dans ses observations, la mise à profit de son immense talent d'artiste dans l'étude des formes naturelles et la mise à l'épreuve répétée de ses hypothèses par l'expérimentation ont contribué à faire de lui le véritable pionnier de la science moderne en même temps qu'un des plus grands artistes de tous les temps.

    Léonard de Vinci notait tout dans des carnets: ses réflexions, le dessin d'une plante ou d'une aile d'oiseau, le croquis d'un bâtiment ou les plans d'une machine et même sa liste d'épicerie. On estime son œuvre à plus de 6000 pages de notes et 100 000 dessins. Les feuillets sont parfois rassemblés par thèmes, découpés et collés sur de grandes feuilles cousues ensemble et reliées pour former ce qu'on appelle un codex. Malheureusement, ses manuscrits ont connu un sort pitoyable après sa mort. Ils furent enfouis dans un impénétrable fouillis de paperasses et furent dispersés, laissant ses idées et ses solutions audacieuses dans l'ombre jusqu'au XIXème siècle. Si Léonard avait publié ses notes de son vivant, il aurait pu avoir une immense influence sur la science de la Renaissance.

    Fusion art et science


    L'approche scientifique de Léonard de Vinci était visuelle, l'approche d'un peintre. Sa science ne peut pas être comprise sans son art, et son art sans sa science. Il possédait une exceptionnelle capacité à relier la représentation artistique des formes naturelles et la compréhension intellectuelle de leur nature profonde et des principes qui les sous-tendent.

    Aujourd'hui, nous disposons des outils mathématiques de la dynamique non linéaire pour formuler nos modèles conceptuels. Ces mathématiques n'existaient pas à l'époque de Léonard. Le dessin était donc le véhicule parfait pour décrire les patterns qu'il observait dans la nature et illustrer sa compréhension des fonctions organiques.

    Léonard a acquis la plupart de ses connaissances anatomiques grâce à la dissection d'êtres humains et d'animaux, activité plutôt révolutionnaire pour l'époque. Malheureusement, il a abandonné l'anatomie lorsqu'il s'est installé à Rome, car l'Église interdisait la dissection. Pourtant, Léonard avait un profond respect pour toutes les formes de vie et une compassion spéciale pour les animaux, il était même végétarien. Il disait:

    "Le jour viendra où les gens comme moi regarderont le meurtre des animaux comme ils regardent aujourd'hui le meurtre des êtres humains". (evolution-101.com)

    Les études anatomiques de Léonard de Vinci constituent la base de l'illustration scientifique moderne. Il a analysé chaque recoin du corps humain et en a tiré des centaines de dessins qui révèlent une véritable harmonie entre l'art et la technique.

    Comme Pythagore, qui cherchait dans les nombres la source de toute chose, Léonard a appliqué les principes physiques, mathématiques et mécaniques au corps humain dans sa recherche de la proportion parfaite. L'un de ses plus célèbres dessins, l'Homme de Vitruve, est inspiré de De Architectura, traité rédigé par l'architecte romain Marcus Vitruvius Pollio, dit Vitruve, au cours du premier siècle av. J.-C. Vitruve était convaincu que la proportion d'un temple devait correspondre à la proportion parfaite d'un homme dont le corps est inscrit à la fois dans un cercle et dans un carré. Léonard a redécouvert la divine proportion des parties par rapport au tout, aussi appelée nombre d'or, à partir de ses observations et de ses expériences. Il a ensuite poussé cette notion plus loin en l'appliquant à d'autres patterns de la nature. L'Homme de Vitruve incarne son intention de lier le fonctionnement de l'être humain avec celui de l'univers.

    Léonard faisait souvent une analogie entre l'anatomie humaine et la structure de la Terre, comme dans ce passage du codex Leicester, que Bill Gates a racheté en 1994 pour la rondelette somme de $30,8 millions:

    "Nous pouvons dire que la Terre possède un principe vital de croissance et que sa chair est le sol, ses os sont les strates successives de roches qui forment les montagnes, ses cartilages sont le roc poreux, son sang, les veines de l'eau. Le lac de sang qui entoure le cœur est l'océan. Sa respiration est la croissance et la décroissance du sang dans le pouls, comme l'est sur la Terre le flux et le reflux de la mer." (Capra, p. 4)

    Le codex Leicester est une synthèse de la façon dont Léonard voyait la peinture et représentait celle-ci à l'arrière-plan de ses peintures. Quand Léonard a commencé à dessiner des paysages dans ses tableaux, l'illustration botanique était peu développée. Léonard dessinait la flore en observant directement les espèces naturelles, alors que ses contemporains se contentaient généralement de copier des reproductions. Ses dessins de plantes et de fleurs montrent un grand souci du détail et une unité générale qui font défaut dans les tableaux des autres peintres italiens. Même lorsqu'il les avait choisies pour leur signification symbolique, Léonard plaçait les fleurs dans leur contexte naturel. Ses dessins constituaient une véritable étude botanique.

    On a reproché à Léonard de Vinci une certaine incapacité à aller au bout de ses projets, il finissait rarement ses peintures. On a lié ce fait à son perfectionnisme inné, mais il existe peut-être une autre explication. Comme tout bon scientifique moderne, Léonard réévaluait constamment ses théories et ses modèles au fil de ses nouvelles observations. Voilà sans doute pourquoi il semblait plus intéressé par son processus d'exploration que par le travail complété. Ce qui l'intéressait vraiment, c'était sa démarche scientifique et non le résultat final.

    Méthode scientifique


    Un siècle avant Galilée et Bacon, Vinci a développé à lui seul une nouvelle méthode empirique qu'il décrivait ainsi:

    "Premièrement, je réalise des expériences avant d'aller plus loin, parce que je veux citer d'abord une expérience puis, à l'aide de la raison, montrer pourquoi cette expérience devait se dérouler de cette manière. Et c'est la véritable façon dont ceux qui spéculent au sujet des effets naturels doivent procéder". (Capra, p. 161)

    Sa façon de procéder – observation des phénomènes naturels, formulation d'hypothèses, expérimentation et élaboration des théories – portait déjà les principales caractéristiques la méthode scientifique moderne.

    Selon le physicien Fritjof Capra, qui lui a consacré deux ouvrages, Léonard de Vinci est aussi le pionnier de la pensée systémique. Il parlait avec dédain des réductionnistes de son temps qu'il appelait les "abréviateurs":

    "Les abréviateurs font du tort à la connaissance et à l'amour... Quelle est la valeur de celui qui, pour abréger les parties de ces choses desquelles il prétend donner une connaissance complète, laisse de côté la plus grande partie des choses qui composent le tout?... Oh la stupidité humaine!... Vous ne voyez donc pas que vous tombez dans la même erreur que quelqu'un qui dépouille un arbre de sa parure de branches pleines de feuilles, entremêlées de fleurs odorantes et de fruits, dans le but de montrer que l'arbre est utile pour fabriquer des planches". (Capra, p. 12)

    Ce n'est pas pour rien que l'on considère Léonard comme l'incarnation de la Renaissance.


    Contributions scientifiques

    Léonard était tellement en avance sur son temps qu'il lui aurait fallu attendre la Révolution industrielle pour pouvoir mettre ses inventions en pratique. Il ne s'est peut-être pas fait remarquer de son vivant pour ses inventions mécaniques et ses recherches scientifiques, mais lorsque celles-ci ont été redécouvertes, le monde entier a compris qu'il avait été le pionnier et le précurseur du monde moderne.

    Longtemps avant les avancées technologiques qui ont permis de construire des hélicoptères, des avions, des équipements de plongée, des clepsydres (horloges à eau) ou des bicyclettes, Léonard de Vinci avait imaginé ces machines du futur. Il a conçu des instruments pour mesurer la vitesse du vent et des machines pour fileter une vis, fabriquer des ressorts, des roues dentées et des poulies.

    Léonard n'étudiait pas la science et l'ingénierie dans le but de dominer la nature, comme Francis Bacon le ferait un siècle plus tard. Il s'intéressait à la nature comme modèle et mentor pour ses inventions. Plusieurs idées pour ses inventions lui sont venues en examinant comment la nature créait les structures des oiseaux, des insectes et des animaux. Il ne cessait de s'émerveiller devant la diversité et la complexité des formes, des couleurs, des motifs et des processus naturels. Il voulait les imiter car il ne pensait pas qu'il était possible de faire mieux:

    "Même si le génie humain utilise des instruments différents pour arriver au même résultat que la nature, jamais il ne produira une invention plus belle, plus simple et plus économique, parce que dans les créations naturelles rien ne manque et rien n'est superflu". (Biomimétisme, p. 11)

    Cette façon de considérer la nature comme un modèle et un mentor est une caractéristique de la nouvelle discipline qui consiste à imiter le génie de la nature, d'où le nom de biomimétisme (bio: vie; mimétisme: imitation). De tout temps les humains ont imité la nature, mais ce qu'il y a de réellement nouveau avec le biomimétisme, c'est qu'il a fait de cette recherche de solutions dans la nature une méthode systématique et délibérée dans le but de créer de nouveaux produits, de nouveaux procédés industrielles ou même de nouvelles formes d'organisation compatibles avec l'évolution du vivant. Les éco-designers étudient les patterns et les flux dans la nature et tentent de les incorporer dans leurs propres designs.

    Mais le biomimétisme ne se contente pas de transposer les solutions élaborées par les êtres vivants. Il se distingue par sa profonde conviction que l’humanité fait partie et dépend de l'entière communauté de la vie. Il nous invite à nous reconnecter avec notre besoin inné de vivre en harmonie avec la nature.

    Léonard possédait cette attitude d'appréciation et de respect à l'égard de la nature. Il voyait les patterns et les processus dans le microcosme (le corps humain) comme étant similaires à ceux du macrocosme (la Terre). Ses études scientifiques et ses inventions montrent le lien qu'il faisait entre le microcosme et le macrocosme dans tous les domaines. Il cherchait toujours des relations, des interconnexions. Il avait une profonde admiration et un grand émerveillement devant la complexité et l'abondance de la nature. La synthèse de la science et de l'art chez Léonard est empreinte de sa conscience écologique profonde.

    Forme/pattern


    Pour Léonard, reconnaître les nombreux patterns de relations dans la nature était la marque d'une science universelle:

    "Pour celui qui sait s'y prendre, il est facile de devenir universel"
    (Capra, p. 34)

    La science des formes vivantes de Léonard est une science du flux, du mouvement et du développement. Pour lui, tous les patterns et toutes les formes ne sont que des stades dans un processus continuel de transformation, qu'ils appartiennent aux montagnes, aux rivières, aux plantes ou au corps humain.

    Ses magnifiques dessins juxtaposent, souvent sur la même page, anatomie humaine et architecture, flux de la chevelure humaine et turbulences dans l'eau et dans l'air, patterns de croissance des végétaux et vortex (tourbillons). Chez de Vinci, l'étude systématique des formes vivantes et non vivantes équivalait à une science de la qualité et de la totalité, fondamentalement différente de la science mécaniste de Galilée et de Newton.

    Connaissances générales


    Léonard de Vinci était un incroyable polymathe. Il était contre la spécialisation:

    " De même que tout royaume divisé est bientôt défait, toute intelligence qui se divise en plusieurs études différentes s'embrouille et s'affaiblit." (evolution-101.com)

    Il était donc profondément conscient de la complémentarité des disciplines, de leur interconnexion et de l'importance d'intégrer les connaissances approfondies dans des domaines nombreux et variés. Il connaissait l'anatomie, l'astronomie, la botanique, la géologie, la paléontologie... Il a étudié l'hydraulique, la mécanique, l'astronomie et le génie. Ses explorations scientifiques ont porté sur la dynamique des fluides (flux dans l'eau et dans l'air), la nature de la lumière, le fonctionnement de l'œil et autres phénomènes naturels.

    Les idées de Léonard concernant les étoiles et le ciel préfiguraient celles de Copernic et de Galilée. De même, ses études sur les fossiles et les conclusions qu'il en a tirées (par exemple, les fossiles sont des restes de créatures autrefois vivantes) annonçaient déjà les observations de Charles Darwin.

    Conception systémique de la vie


    Il devient de plus en plus apparent que les problèmes majeurs de notre époque – qu'ils soient économiques, environnementaux, technologiques, sociaux ou politiques – sont des problèmes systémiques. Léonard de Vinci possédait une pensée systémique. Pour lui, résoudre un problème signifiait de le connecter à d'autres problèmes.

    Nous avons un urgent besoin d'une science qui honore et respecte l'unité de toute la vie, qui reconnaît l'interdépendance de tous les phénomènes naturels et qui nous reconnecte avec la Terre vivante. Une nouvelle conception systémique de la vie est en train d'émerger à l'avant-scène de la science, une compréhension en termes de processus métaboliques et de patterns d'organisation, et c'est précisément ce que Léonard de Vinci a exploré toute sa vie.

    C'est seulement maintenant, alors que les faiblesses de la science newtonienne deviennent très apparentes et que la vision mécaniste et cartésienne du monde cède le pas à une conception organique et écologique semblable à celle de Léonard, que nous pouvons commencer à apprécier la puissance de sa science et sa grande pertinence pour notre monde moderne.

    Léonard de Vinci aura pavé la voie à plusieurs des concepts qui constituent aujourd'hui la conception systémique de la vie:
     la génération mutuelle de toutes les parties d'un tout organique (l'autopoïèse)
     la recherche des patterns (les structures dissipatives)
     le concept de l'âme très près de ce que les cognitivistes appellent aujourd'hui la cognition (le processus du vivant)

    Références

    Le physicien d'origine autrichienne Fritjof Capra a écrit deux livres sur Léonard de Vinci:

    The Science of Leonardo, Inside the Mind of the Great Genius of the Renaissance
    Doubleday, New York, 2007, 329 pages

    Learning from Leonardo, Decoding the Notebooks of a Genius
    Berrett-Koehler Publishers, San Francisco, 2013, 384 pages

    Plusieurs citations de Léonard ont été tirées du premier.

    TEISCH, Jessica, BARR, Tracy, GRILLOT, Anne-Carole
    Léonard de Vinci pour les Nuls
    Éditions générales FIRST, Paris, 2005, 376 pages

    MATHIEU, Andrée, LEBEL, Moana
    L'Art d'imiter la nature. Le biomimétisme.
    Éditions Multi-Mondes, Montréal, 2015, 165 pages

    Date de création: 2015-11-26 | Date de modification: 2015-11-26
    Loading

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2015-11-26
    Dernière modification:
    2015-11-26
    Extrait
    Léonard s'est intéressé à la botanique, la biologie, la mécanique et, surtout, l'anatomie. Sa vie entière a été consacrée à tenter de comprendre la nature du vivant. L'utilisation optimale des sens dans ses observations, la mise à profit de son immense talent d'artiste dans l'étude des formes naturelles et la mise à l'épreuve répétée de ses hypothèses par l'expérimentation ont contribué à faire de lui le véritable pionnier de la science moderne en même temps qu'un des plus grands artistes de tous les temps.

    Documents associés


    Youri Pinard

    Daniel Laguitton

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Daniel Laguitton

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...