• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition
    Jacques Dufresne

     

    Parmi les conditions de la réussite de la conférence de Paris, ( du 30 nov. 2015 au 11 déc. 2015) il y a la connaissance des auteurs qui, depuis un siècle, ont sonné l’alarme à propos de divers aspects de la crise que traverse l'humanité. Nous avons regroupé ces pionniers en trois catégories: critique du progrès, écologie, pensée systémique.

    PROJET 50 PIONNIERS : ENC. LAUDATO SI', CONFÉRENCE DE PARIS
    SECTIONS : CRITIQUE DU PROGRÈS, ÉCOLOGIE, PENSÉE SYSTÉMIQUE

    DAVID SUZUKI (1936-    ), ÉCOLOGISTE


    Dans la biographie de David Suzuki sur le site de la Fondation du même nom, on nous dit ce qu’il a fait : généticien, journaliste, auteur de 40 livres, animateur de l’émission The Nature ou Things. Il a reçcu Prix scientifique UNESCO et une médaille du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). Il est titulaire de 22 doctorats honorifiques qui lui ont été décernés par des universités canadiennes, américaines et australiennes. Il a eu l'honneur de recevoir six noms autochtones et d'avoir été officiellement adopté par deux tribus en raison du soutien indéfectible qu'il a accordé aux Premières Nations canadiennes.

    Mais à en juger ainsi uniquement par ce qu’il fait cet homme ne ressemble à aucun des grands de l’écologie qui, en plus d’agir sur le terrain ont laissé en témoignage une vision du monde indiquant  ce qu’ils ont été, qui ils sont: On lui doit pourtant une admirable synthèse The Sacred Balance paru en français en 2002, à Montréal, chez Fides, sous le titre de L'équilibre sacré.

    On pourra lire plus loin, sous le titre de Corps et âme, un extrait de cette synthèse. Nous présentons d’abord deux nouvelles. La distance entre ces nouvelles et la poésie de Neruda évoque bien l’envergure du personnage.

    Changements climatiques : les terres agricoles du Québec convoitées

    Communiqué, le 9 novembre 2015


    Un nouveau rapport met en garde contre le risque accru d'accaparement des terres agricoles québécoises par des intérêts financiers étrangers
    Montréal — Un nouveau rapport de la Fondation David Suzuki met pour la première fois en relief les risques accrus d'accaparement des terres agricoles du Québec dans le contexte des changements climatiques. Climat d'accaparement : Changements climatiques, accaparement des terres agricoles et sécurité alimentaire au Québec documente les phénomènes d'accaparement et de financiarisation des terres agricoles ainsi que l'impact des changements climatiques sur l'agriculture dans le monde et au Québec et conclut que le Québec doit dès maintenant agir pour éviter de perdre le contrôle de cette ressource stratégique pour sa sécurité alimentaire future.
    Pour Karel Mayrand, directeur pour le Québec de la Fondation David Suzuki : « Les terres agricoles du Québec sont une ressource stratégique qui fera l'objet d'une convoitise accrue au cours des prochaines décennies, au même titre que l'eau douce. Que ce soit au profit d'intérêts financiers québécois ou étrangers, il existe un risque réel que le Québec voit son agriculture lui échapper, mettant du même coup à risque sa sécurité alimentaire. Le Québec doit agir dès maintenant pour conserver le contrôle de cette ressource », a-t-il ajouté.
    Le rapport documente la manière dont les changements climatiques vont affecter l'agriculture à travers le monde et mener à une raréfaction ou à une perte de productivité des terres agricoles. Dans la mesure où le Québec sera relativement moins touché que d'autres régions du globe, profitant entre autres d'un accroissement de la saison de production et de ressources hydriques abondantes, la valeur des terres agricoles québécoises risque d'augmenter aux yeux des investisseurs de partout. Le phénomène d'accaparement observable dans plusieurs régions du monde est également analysé dans le rapport. Source

    Après Keystone, Énergie Est?

    Après des années de tergiversations, et suite à une mobilisation citoyenne sans précédent, l'administration Obama a finalement rejeté le controversé projet Keystone XL qui devait acheminer le pétrole des sables bitumineux aux raffineries du golfe du Mexique. Maintenant que les projets Northern Gateway d'Enbridge et Keystone XL sont respectivement bloqués en Colombie-Britannique et aux États-Unis, et malgré la vague d'espoir citoyenne qui s'est propagée en réponse à ces blocages, la pression se fera de plus en plus forte pour que le Québec autorise le projet Énergie Est, de loin le plus ambitieux projet d'oléoduc en Amérique du Nord. Le Québec trouvera dans la décision d'Obama les arguments pour dire non.

    S'il prend le temps de lire attentivement la décision du Secrétaire d'État américain, John Kerry, le Premier ministre du Québec pourra difficilement accorder son appui au projet Énergie Est. On peut lire dans la décision du Secrétaire d'État sur le projet Keystone XL que :
    Le projet proposé a un impact négligeable sur notre sécurité énergétique. Le projet proposé ne conduirait pas à une baisse du prix de l'essence pour les consommateurs. La contribution du projet proposé à notre économie serait marginale à long terme. Le projet proposé soulève une série de préoccupations au sujet de son impact sur les communautés locales, l'approvisionnement en eau, et les sites du patrimoine culturel. Le projet proposé faciliterait le transport dans notre pays d'une source particulièrement sale de carburant.
    Ces arguments peuvent et doivent être transposés intégralement au cas d'Énergie Est. Source

    Corps et âme

    Nommer une chose crée son identité : les noms déterminent les valeurs et les fonctions ; ils donnent une vie, une existence propre. Nous sommes notre nom de manières indescriptibles; nous nous entendons appelés dans une pièce bruyante, nous avons d'une cer¬taine façon l'impression que les lettres mêmes de notre nom sont nôtres. Le langage, qui tisse des mondes d'être et de sens, est une épée à deux tranchants. En appelant «bois d'œuvre» une forêt, « ressource » le poisson, « matiète première » la nature sauvage, on s'autorise à les traiter en conséquence. La propagande des pratiques sylvicoles destructrices nous signale que « la coupe à blanc est une prairie transitoire ». La définition identifie, spécifie et circonscrit une chose, précise ce qu elle est et ce qu'elle n'est pas : elle est l'ins¬trument de notre superbe cerveau classificateur. La poésie, au contraire, est l'instrument de la synthèse, de l'art narratif. Elle s'en prend aux frontières dans un effort pour signifier davantage, inclure davantage, dénicher l'universel dans le particulier. Elle est la danse des mots qui crée plus que du sens, qui rattache le nom, la chose, à tout ce qui l'entoure.

    Le sens qui coule du cerveau ancien est ma seule boisson,
    Ce que boivent les oiseaux, les herbes et les pierres.
    Que tout reflue
    Jusqu'aux quatre éléments,
    Jusqu'à l'eau et la Terre et le feu et l'air.

    SEAMUS HEANEY, « The First Words »M

    Depuis l'origine de la poésie, poètes et chansonniers ont combattu la dichotomie corps-âme, chantant leur sentiment que l'uni¬vers, le corps et l'esprit évoluent éternellement de concert dans le monde. La poésie prend la créature humaine blessée, mortelle, languissante, et lui redonne le sentiment d'être en symbiose. Les mots ouvrés tentent de résoudre les contradictions de la conscience en saisissant la parole (aussi immatérielle que l'air, aussi fugitive que le souffle) dans son mouvement même et en la fixant dans l'éternel.

    Et j'ai senti
    Une présence qui me trouble comme l'ivresse
    De pensées élevées; une sublime intuition
    D'une réalité bien plus intimement fondue
    Dont le séjour est la lumière des couchants,
    Et l'océan rond et l'air vivant,
    Et le ciel bleu, et dans l'esprit de l'homme :
    Un élan, et une âme qui détermine
    Toutes choses pensantes, tous les objets de toute pensée,
    Et déferle sur tout.

    WILLIAM WORDSWORTH, «Tintern Abbey»27

    Tandis que la vision cartésienne du monde resserrait son étreinte sur l'Occident, les poètes, écrivains et philosophes lançaient une contre-attaque en utilisant leur expérience personnelle de la nature comme une arme contre les principes d'abstraction de la science. À la fin du xviif siècle et au début du xrxe siècle, en Angleterre et en Europe, le mouvement romantique produisait une poésie extra¬ordinaire souvent tenue, aujourd'hui comme alors, pour sentimentale et antirationnelle. En fait, les meilleures pages de la poésie romantique sont foncièrement subversives, s'en prennent à la sagesse conventionnelle de ce temps et du nôtre. Des poètes comme Blake, Schiller et Wordsworth affirment la réalité et la primauté de la perception humaine et la compréhension détermi¬nante qui en découle.

    Des artistes de toute sorte tendent à concevoir leur travail comme similaire, voire identique à celui du monde naturel et à son processus incessant de création. « Les grandes oeuvres d'art, si l'on en croit Goethe, sont tout aussi authentiquement filles de la nature que les montagnes, les rivières et les plaines. » Thomas Huxley, le grand scientifique victorien, a inversé la comparaison : « La nature vivante n'est pas une mécanique, mais un poème. » Paul Klee pui¬sait l'inspiration pour ses tableaux dans toute la création: «Je m'immerge préalablement dans l'univers, puis me tiens dans un rapport fraternel avec mes voisins, avec tout ce qu'il y a sur cette Terre.» Dans bien des sociétés, l'art est pratique (parce qu'il est efficace), c'est une structure indissociable des nécessités de l'exis¬tence : colonnes sculptées qui supportent la toiture et montent la garde devant le lieu de séjour, rituels de guérison, danses de la pluie, peintures de sable. Ces expressions sont des moyens de rendre visibles les structures de l'univers, les câbles qui nous attachent à la Terre. Dans notre société, cette valeur intrinsèque de l'art a été oblitérée. Dans certains cas, une valeur marchande en a pris la place, par exemple dans les folles surenchères pour les Iris de Van Gogh ou dans le prix des billets pour le ballet. Par ailleurs, le discours officiel déclare sans valeur d'autres objets ou procédés: rondes enfantines, chansons de marche des soldats, histoires pour endormir, châteaux de sable (objets des plus paradoxaux, ces constructions fortifiées et crénelées qu'emportera la prochaine marée). Ce ne sont que des jeux, estimons-nous, que des passe-temps. Ce disant, nous sommes pertinemment au fait d'une autre vérité plus fondamentale : le monde, ce jeu auquel s'adonnent ensemble la vie, la matière et l'esprit, n'est ni plus ni moins lui aussi qu'un passe-temps. Nous sommes des participants à ce jeu, nous l'exprimons, nous en relatons le cours. Nous parlons, donc nous communiquons. Nous chantons, donc nous nous joignons à la chanson de la création.

    VIVRE SELON L'ESPRIT

    Une éthique solidement fondée sur l'écologie est la prochaine étape cruciale. D'abord, il nous faut résoudre les contradictions doulou¬reuses de notre existence. Nous savons qui nous sommes, d'où nous venons et la raison de notre présence, mais ce savoir nousimporte peu ; notre culture a tendance à nier ou à dissimuler cette clairvoyance et, convaincus que la vérité est «objective» plutôt qu'incarnée, nous nous en trouvons aliénés et craintifs. Un monde qui n'est que matériaux bruts, ressources, matière inanimée desti¬née à être transformée en biens, n'a en soi rien de sacré. Nous abat¬tons donc le bosquet sacré, le laissons en friche et déclarons cela sans importance parce qu'il ne s'agit que de matière. De la même manière, les négriers d'un autre siècle déclaraient leur marchandise incapable de «sentiment proprement humain». De la même manière aussi, au nom de la recherche, on a sacrifié des générations d'animaux de laboratoire. Des pesticides qui empoisonnent lacs et rivières, le poisson qui disparaît des océans, les forêts tropicales qui s'envolent en fumée — tel est le monde que nous avons appelé si impérativement à l'existence et nous continuerons d'y vivre à moins de chanter une autre chanson, de raconter une autre histoire.

    Nous savons très bien ce qui compte le plus pour nous : les êtres que nous aimons, l'endroit où nous habitons. « Ta patrie est là où est ton cœur » : cet adage incarne une vérité éprouvée. Nous savons aussi ce que nous craignons le plus : la séparation, la perte, l'exclu¬sion, l'exil et la mort — exil définitif. La spiritualité — les moyens par lesquels nous touchons le sacré, résistons à la désintégration — pourrait être notre premier outil d'adaptation locale. Les formes et variétés de croyances spirituelles et de rituels présents dans les cultures sur Terre pourraient bien fournir un autre exemple de l'incroyable et prodigue invention de la vie en matière de moyeni de survie, au fil de l'évolution. Nous ne pouvons pas retourner intégralement à notre ancienne vision du monde qui nous incor¬porait si intimement dans notre écosystème ; trop d'eau est passée sous les ponts. Mais nous pouvons revenir à certaines de nos plus vieilles questions et trouver leurs réponses qui nous crèvent Ici yeux. Quel est le sens de la vie? Réponse: la vie. Pourquoi sommes-nous ici ? Réponse : pour être ici, pour être en symbioid pour être. Le monde fait des tas de choses: il boucle le cycle de l'eau, forme le sol, fait pousser les champignons, crée les bactéries, invente l'or, le granit, le rayonnement électromagnétique, les châ¬taigniers. Et, à travers nous, il devient conscient. Si nous pouvions voir (aussi clairement que nous le voyions jadis) que notre con¬versation avec la planète est réciproque et mutuellement créatricei nous ne saurions nous empêcher de marcher avec précaution dans le champ de la raison d'être.

    Si nous n'étions pas si entêtés
    à maintenir le rythme de nos existences
    si nous nous arrêtions enfin
    peut-être qu'un énorme silence
    pourrait suspendre cette tristesse
    de ne jamais nous comprendre ,
    et de nous menacer de mort.
    PABLO NERUDA"


    David Suzuki, L'équilibre sacré. Montréal, Fides, 2002, p.245-249

    Date de création: 2015-11-12 | Date de modification: 2015-11-12
    Loading

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2015-11-12
    Dernière modification:
    2015-11-12

    Documents associés


    Youri Pinard

    Daniel Laguitton

    Jacques Dufresne

    Andrée Mathieu

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Daniel Laguitton

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...