• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    La hiérarchisation des robots

    Jacques Dufresne
    Voici une première étape dans une réflexion qui devrait conduire à l'établissement d'une liste de critères qui, dans le cadre d'une sorte de loi de l'immigration des robots, devrait servir à faire servir à faire le tri aux frontières des pays.

     

    Quel usage les humains feront-ils des robots qui, en ce moment, dans le monde de la recherche et de l'industrie, suscitent autant d'intérêt que les simples ordinateurs, il y a vingt ans? Cet usage semble exclusivement réglé par les lois du marché. L'entrée des robots dans l'humanité et dans chaque pays est libre. Est-ce là une position défendable? Puisque les pays se dotent de lois de l'immigration sévères pour préciser les critères d'entrée des autres humains sur leur territoire, on ne voit pas comment ils pourraient pratiquer un laisser-entrer total dans le cas des robots.

     Si la diversité biologique est menacée, la diversité robotique est en pleine croissance. Et les robots ne débarquent pas seulement en grand nombre, mais sous les formes et les tailles les plus diverses, depuis le robot abeille de Harvard jusqu'au robot taureau de l'armée américaine.

     Un robot considéré séparément, l'exo-squelette par exemple, pourrait recevoir une excellente note en raison des multiples services qu'il pourrait rendre aux plus fragiles parmi nous, mais s'il est très coûteux, s'il consomme beaucoup d'énergie, s'il fait perdre des emplois ''humains'', on pourrait être amené à limiter leur usage, voire à en interdire tout usage. 

    Pour y voir clair, nous devons faire appel à l'éthique de la complexité, ce qui nous oblige à examiner d'abord l'impact des robots dans leur ensemble. Cet impact peut être de plusieurs types, nous nous limiterons à quatre : social, psychologique, énergétique, écologique.

     L'impact social

    Convenons d'appeler rencontres ces moments oasis où, à l'occasion d'une transaction d'ordre pratique dans une banque ou un commerce, un client peut se transformer en une personne et évoquer des événements de sa vie personnelle à un préposé qui, s'étant lui aussi transformé en personne, l'écoute avec un intérêt bien senti.

     Tout robot qui aurait pour effet de rendre impossibles de tels moments oasis devrait recevoir un point de démérite pour cette unique raison. Les machines distributrices et les répondeurs automatiques, précurseurs des robots, ont déjà eu sur ce plan des effets négatifs dont personne ne semble s'inquiéter. Certains ont cru que leur expansion était terminée. Elles sont, écrit Fabien Deglise, dans Le Devoir du 12 juin 2010, équipées désormais des mêmes processeurs que les robots et passent à l'offensive.

     « Depuis le distributeur à roulettes de gomme à mâcher Tutti Frutti, au XXe siècle, celui qui a donné le ton, oui, les temps ont bien changé. [...] Aujourd'hui, les écrans tactiles remplacent les bons vieux panneaux de commande à boutons, les spirales sans fin (retenant et faisant tomber les produits) font place à de nouveaux modes de distribution, plus précis et surtout imaginés pour enrayer pour de bon la rage de la machine distributrice. [...]

     Avec des capteurs qui s'assurent que le montant de l'achat est porté à sa carte de crédit dès que le produit est tombé — pas avant —, avec des caméras qui évaluent l'âge d'un consommateur en scrutant sa peau et ses rides (pour la vente des produits du tabac), ces machines sont désormais prêtes à tout, comme en témoigne celle que l'on commence à trouver dans les toilettes pour filles de certains bars de l'Ouest canadien : elles proposent des fers à défriser les cheveux en libre-service, contre quelques petites pièces. [...] À Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, la barre est encore plus haute. Elle est aussi en or, la matière première des lingots mis ainsi en vente dans une machine distributrice dans le hall d'entrée d'un hôtel de luxe. Bien sûr, il faut une pièce de 40 000 $ pour faire tomber une barre d'un kilo ».

    Le téléphone institutionnel, quand il y avait encore des personnes au bout de la ligne, pouvait lui aussi créer des occasions de rencontre. Le répondeur automatique a non seulement supprimé ces occasions de rencontre mais les a souvent remplacées par ces rages impuissantes de l'utilisateur contre la voix synthétique qui est programmée pour vous empêcher d'aller au bout de vos questions.

     Selon une étude de la Fondation de France, rendue publique le 1er juillet 2010, l’isolement touche une part importante de la population française, et cela dès l’âge de 40 ans. 33% des Français ne rencontrent pas leur famille au-delà de quelques fois dans l’année (dont 8% n’ont aucun lien, ne serait-ce qu'occasionnel). Cette rareté, ou cette absence de contacts directs n’est que très partiellement compensée par les échanges à distance. Et constat étonnant, les réseaux sociaux virtuels (Facebook) n'aident en rien les Français à se sortir de l'isolement, l'utilisation des réseaux sociaux virtuels étant fonction des réseaux sociaux réels. Face à ce constat, la Fondation de France se sent confortée sur la nécessité de maintenir, de recréer des liens sociaux et de mettre l’Homme au centre de ses actions.

     Quand la masse des nouveaux robots polyfonctionnels aura été admise sur nos terres, l'amour lui-même (voir les travaux sur la lovotique) ne sera plus une occasion de rencontre. Personne évidemment, parmi les vendeurs de ces machines, n'a le sentiment de conspirer à la déshumanisation. Nous sommes tous convaincus que le temps ainsi libéré peut être utilisé à des fins vraiment libres et humaines. C'est là peut-être l'illusion la plus déshumanisante du monde. Quand les activités de la vie quotidienne, y compris le travail, cessent d'être perméables à la présence de l'autre, il faut s'attendre à ce que les loisirs soient eux aussi constitués d'activités opaques.

     Impact psychologique

     Nous faisons ici l'hypothèse que nous devenons ce que nous voyons, que notre imaginaire, tel que l'a façonné l'évolution ne peut qu'être dégradé par le spectacle continu du mécanique et du fonctionnel; c'est le diagnostic formulé dans Les temps modernes de Chaplin. L'âme humaine est broyée par les rouages de la méga machine avant même que le corps ne soit irrémédiablement touché.

     C'est peut-être là le plus important des critères pour l'évaluation des robots, mais c'est aussi hélas! le plus impondérable et le plus invérifiable. Scène d'un restaurant un dimanche matin. Une fillette de sept ou huit ans, sans doute en garde partagée, est assise en face de son père, lequel ne la regarde pas. Il est plongé dans la lecture d'un journal faisant écran entre elle et lui. Pendant ce temps, la petite, écouteur aux oreilles, regarde sur son ordinateur un dessin animé rempli de robots. Ce tête-à -tête dure depuis deux heures. Triste, la fillette est ailleurs; au moment du départ, elle se jette au cou de son père, mais toujours sans le regarder. Personne ne pourra jamais démontrer que c'est là un bien mauvais régime pour une âme d'enfant, mais faut-il attendre des preuves? Le besoin de preuves dans un tel cas n'est-il pas l'indice d'un désarroi profond?

    Il faudrait appliquer le principe de précaution au point de limiter par des règles strictes le nombre d'heures consacrées quotidiennement à la ''contemplation'' des robots et des dessins animés privés d'âme c'est-à-dire de véritable animation. À proscrire donc, dans les vidéos en particulier, tous les monstres mécaniques qui en raison de leur laideur, de leur violence, de leur gigantisme peuvent semer la terreur dans l'imaginaire le mieux trempé! À proscrire aussi tous les robots qui accroissent inutilement la pollution symbolique. C'est le cas de toutes les machines qui relèvent de la lovotique.

     Et ce n'est là qu'un impact psychologique parmi plusieurs autres. Dans Ravage, l'un des classiques du roman de science fiction, le système tout électrique dans lequel l'humanité s'est enfermé, implose subitement et entraîne dans son maelström des populations entières. La chose se passe en France.

     Impact énergétique

     Parce qu'ils consomment peu d'énergie par rapport à nos voitures et à nos systèmes de chauffage, les gadgets numériques entrent dans nos vies en nous persuadant qu'ils nous font faire des économies d'énergie, par l'achat en ligne notamment. L'écart qui ne cesse de s'élargir entre notre point de départ et notre état actuel en matière de consommation d'énergie devrait pourtant nous faire réfléchir. Les hommes, jadis, se nourrissaient exclusivement de ressources renouvelables et accomplissaient par la seule force de leur corps le travail nécessaire à leur survie. La domestication du cheval et du bœuf n'a rien changé d'essentiel à cette loi, mais depuis l'avènement de la machine à vapeur et du moteur à explosion, le danger lié à la consommation démesurée d'énergie non renouvelable ne cesse de s'accroître.

     Cette première génération de machine avait permis de mettre cent esclaves mécaniques au service de chaque être humain. Quand tous les robots et les simili robots auront trouvé place dans nos vies, le nombre de nos esclaves mécaniques aura aussi doublé ou triplé et il en sera de même de notre empreinte écologique. À ce compte les réserves de charbon seront vite épuisées. Ne parlons même pas de celles du pétrole et la planète sera en pleine surchauffe.

     Car chacun de nos clics est énergivore. Un branchement sur Google équivaut en termes énergétiques à une tasse de thé, selon les calculs d'une dame anglaise qui pousse la simplicité volontaire dans sa lutte contre le réchauffement climatique jusqu'à se priver de sa tasse de thé quotidienne. Une source fiable m'apprend qu'un clic équivaut à 1 kilojoules, ce qui équivaut à la quantité de chaleur que dégage en dix secondes le corps d'un personne au repos. Est-ce suffisant pour réchauffer une tasse de thé?

     On estime déjà à 6 % la part de l'énergie consommée mondialement par l'ordinateur, ses variantes, tels les téléphones cellulaires et les infrastructures qu'ils nécessitent. « En 2006, les serveurs et les centres de données ont consommé 61 millions de Mwh soit 1,5 % de l'énergie consommée aux États-Unis. La projection pour 2011 était de 100 millions de Mwh, une augmentation de 12,7 %, ce qui nécessitera la construction de 10 nouvelles centrales nucléaires ou au charbon. Source

     Nous devrons peut-être payer une tasse de thé pour chaque pollinisation d'une fleur. Ce service, les abeilles nous le rendent gratuitement en plus de nous donner le miel qu'elles tirent de l'opération. Cet insecte précieux risque fort toutefois d'être décimé par la maladie, ce qui semble réjouir les chercheurs de Havard; ils pourront vendre alors leur robot abeille dont le prototype existe déjà. Ces abeilles de plastique ne tireront toutefois pas leur énergie des fleurs qu'elles polliniseront, il faudra les équiper de batteries miniatures, provenant elles aussi du charbon.

     Impact écologique

     On ose à peine croire les chercheurs de Harvard quand ils soutiennent que leurs abeilles robots pourraient un jour avoir pour mission de remplacer les insectes amoureux des fleurs pour assurer la pollinisation des arbres fruitiers. Quiconque a déjà vu des abeilles à l'œuvre dans un pommier ou un cerisier en fleurs préférera mourir lui-même plutôt que de voir ces créatures ailées remplacées par un processeur associé à quelques capteurs d'odeurs! Même ceux qui, comme les chercheurs de Harvard, considèrent les abeilles elles-mêmes comme des machines, y perdront au change, car ils ne parviendront pas à fabriquer des copies aussi belles que les originaux.

     On reste inconsolable à l'idée qu'on ne consacrera à la protection des abeilles qu'un pourcentage insignifiant des ressources que l'on consacrera à des solutions artificielles aux problèmes qui résulteront de leur disparition. À la limite, on pourra peut-être confier à des entreprises du secteur informatique le soin d'assurer la pollinisation des vergers à haut rendement, mais qu'adviendra-t-il de toutes les plantes sauvages dont les fleurs ont besoin d'être pollinisées? Les abeilles sont un cas limite : ou bien il faut mobiliser des milliards et des milliards pour assainir les paysages qui ne leur conviennent plus, ou bien il faut se résigner à vivre sur une planète où il ne restera même plus assez de pétrole pour fabriquer des arbres de plastique ni même assez de terre rare pour fabriquer des robots miniatures.

     On doit dire et penser la même chose de tous les services écosystémiques rendus par la nature. Il se trouve que la plupart de ces services, des fruits sauvages au trèfle des prairies, ont pour origine une fleur qui a besoin d'être pollinisée. S'engager en ce moment sur la voie des substituts artificiels est un choix aberrant, car jamais le poète, l'être sensible à la vie et à la beauté qui n'imagine pas une terre sans abeilles et l'apiculteur réaliste qui doit d'abord miser sur ce qui est donné, n'auront eu autant de raisons de s'entendre.

    Le choix : coureurs des bois ou cosmonaute

    Nous avons encore le choix en ce moment entre l'autonomie du coureur des bois et la dépendance du cosmonaute à l'endroit de la tour de contrôle, entre le développement personnel à l'intérieur des limites accompagnant les dons de la nature et le développement par le dépassement systématique de ces limites au moyen  de médicaments, d'implants, de prothèses... L'attrait de ces ajouts paraît déjà irrésistible. Il serait pourtant sage de les limiter aux personnes malades ou vivant avec un handicap ne serait-ce que pour des raisons économiques et écologiques. Le coureur des bois ne coûtaît rien ni à la nature, ni à la société. L'homme médicalisé et déjà numérisé c'est-à-dire augmenté d'ajouts informatisés coûtera de plus en plus cher, si cher qu'il est totalement exclu que la majorité puisse bénéficier des services entre lesquels les plus riches auront le choix.

    Avant même d'avoir pu limiter raisonnablement les effets des inégalités naturelles, la civilisation donnera ainsi naissance à des inégalités de fabrication humaine pires que celle de la nature et plus difficile à accepter parce qu'on ne pourra les expliquer que par les lois du marché, sans jamais pourvoir mettre en cause un Dieu aux desseins mystérieux.

    Certes on ne pourra jamais ressusciter le coureur des bois, mais rien n'empêcherait de fonder l'éducation sur l'autonomie qui le caractérise, ce qui dans le cas de l'éducation physique par exemple signifierait qu'on apprenne aux enfants à distinguer dans leur corps les limites à respecter plutôt que de miser sur des implants et des analyses d'experts pour accroître ses performances

    Date de création: 2012-04-18 | Date de modification: 2013-01-16

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2012-04-18
    Dernière modification:
    2013-01-16
    Extrait
    Nous devrons peut-être payer une tasse de thé pour chaque pollinisation d'une fleur. Ce service, les abeilles nous le rendent gratuitement en plus de nous donner le miel qu'elles tirent de l'opération. Cet insecte précieux risque fort toutefois d'être décimé par la maladie, ce qui semble réjouir les chercheurs de Havard, ils pourront vendre alors leur robot abeille dont le prototype existe déjà. Ces abeilles de plastique ne tireront toutefois pas leur énergie des fleurs qu'elles polliniseront, il faudra les équiper de batteries miniatures, provenant elles aussi du charbon.

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    L’IA (intelligence artificielle) et le transhumanisme forme un couple solide. On imagine mal un transhumaniste qui ne serait pas aussi un inconditionnel de l’IA; quant aux spécialis...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...