• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Demain et après ?

    Youri Pinard
    De retour de notre long voyage en famille, nous retrouvons notre village aimé de Waterville au Québec, animé d’un dynamisme communautaire inspirant. Nous nous y sentons chez nous, ce qui nous donne des papillons dans le ventre après onze mois de dépaysement chronique. On ne pouvait espérer un meilleur moment pour réfléchir sur le film Demain.

    Demain, un film socio-financé qui a obtenu plus de 440 000 euros d’appui sur un objectif de 200 000 et qui remporte un franc succès dans les médias sociaux et dans les salles de cinéma. Un film présenté à l’ONU lors de la COP21. Un film qui suggère: “Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien, était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales, que traversent nos pays ?” Quoi? Le monde au bord du gouffre aurait besoin de se raconter une histoire qui fait du bien?

    Demain le film, et la lucidité alors?

    Les petits gestes écolo du quotidien ne semblent pas faire le poids en comparaison de l’importance des changements requis au niveau politique et au sein des industries. On peut légitimement se demander s’ils ne servent pas simplement à engourdir notre sentiment d’urgence pendant que nos élus continuent le dérapage contrôlé d’un système destructeur, accros à la croissance auquel nous n’osons pas encore retirer notre appui tacite.

    À moins que l’action soit justement le mode de scrutin du futur? À moins que jardiner soit un geste aussi politique qu’alimentaire?

    J’avais beaucoup d’espoir en allant voir Demain , le film de Cyril Dion et Mélanie Laurent, mais je redoutais silencieusement de me retrouver devant un film naïf. J’étais fâché contre le mouvement écologiste suite aux révélations de Cowspiracy, un film critiquant ces grandes organisations pour le choix de leurs combats; et je n’avais pas envie de me faire jouer du violon.

    Au lieu de cela, j’ai vu un film plein de joie mais pas naïf qui donne un tout autre sens aux actions qui sont à notre portée. Il ne s'agissait plus de jeter l’emballage de mesclun ayant voyagé 5000 km dans le bac bleu pour se donner la sensation d’être du bon bord de la morale. Le film propose quelques solutions et des modèles de résilience touchant l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. Les petites initiatives locales et intelligentes, à ma portée, étaient à présent une manière puissante d’affirmer et de bâtir un nouveau paradigme. Un mélange de désobéissance civile et de rédaction d’une nouvelle constitution. J’étais gonflé à bloc...

    Prévoir Demain

    Le titre tient en un mot, Demain. Il évoque la capacité propre à l’homme d’imaginer ce que pourrait être le futur. Certes, on se sent parfois impuissant face aux forces de destruction massive des conditions de la vie sur cette planète. Mais il faut alors se tourner vers notre plus profonde liberté, celle de nager à contre-courant, d’agir dans la mesure de nos possibilités, de rester (ou peut-être devenir) Humains alors même que nos systèmes nous poussent, de moins en moins subtilement, vers la déshumanisation. Le film Demain célèbre l’imagination de l’homme capable d’influencer son destin.

    Certes, le public canadien ne réalise pas encore l’ampleur des enjeux, ce qui expliquerait qu’on puisse encore réussir en politique en promettant de la croissance et des emplois tout en refusant d’enchâsser dans la constitution le droit des citoyens à respirer un air qui ne les rende pas malades et à boire une eau potable. Toutefois, j’ai la conviction que le principal obstacle au changement n’est pas le manque d’information mais le manque de mobile profond.

    Pour le dire simplement, nous savons tous plus ou moins distinctement que nous risquons la ruine de la vie humaine sur terre. Or, ce n’est pas la conscience qui nous meut mais le désir. D’où l’importance de nourrir, conduire et ennoblir les désirs plutôt que de les laisser passifs, répondant aux chatouillements du premier marchand venu. Demain est un film qui stimule vos désirs, ces désirs qui reconnaissent la beauté et l’intelligence et vous donnent envie d’y participer.

    Demain, un nouveau récit:

    L’objectif du film Demain n’est donc pas de dresser une liste exhaustive des solutions miracles aux problèmes inextricables que nous nous sommes créés en tant qu’espèce. Il réussit un tour de force: “raconter une histoire qui fait du bien” sans tomber dans le jovialisme et la “pensée positive”. Co-créer des solutions durables apparait non plus comme une opération de décroissance rachitique et de privation mais comme une aventure qui rassemble.

    Demain nait d’un constat lucide et terrifiant en arrière scène, une étude dans la revue Nature qui conclut que si nous n’apportons pas des changements majeurs à notre mode de vie, nous assisterons à l’effondrement global des écosystèmes d’ici 2040-2100.

    Approaching a state shift in Earth’s biosphere” suggère que cet effondrement dont le moment est difficile à préciser se fera de manière soudaine, non pas en quelques décennies, mais en quelques années, rendant l’adaptation concertée impossible à grande échelle. Dans le film, les auteurs disent avoir sous-estimé la vitesse du processus. Ils affirment par ailleurs croire à l’intelligence humaine qui peut multiplier les changements afin d’inverser le cours de ce scénario, mais les changements requis devraient être majeurs et immédiats.

    Tout en faisant brièvement ce constat, le film demeure optimiste et rassembleur, carrément festif. On s’y reconnaît, on a envie de bouger, de se rassembler pour dessiner un futur.

    Cet élan ressenti par plusieurs n’est absolument pas un hasard mais l’exercice d’un art bien maîtrisé. Dans le document pédagogique accompagnant le film, on assume en effet une intention liée aux mythes fondateurs: “Le monde d’aujourd’hui est né du mythe du progrès, qui est un récit auquel nous avons tous largement adhéré. Impulser un nouvel élan nécessite avant tout de construire un nouveau récit.” lit-on. Demain assume donc un des rôles important de l’œuvre d’art: inspirer une autre vision du monde; affirmer qu’une autre relation au monde est possible en montrant qu’elle existe déjà en germe.

    Tous les “héros” du film parlent de résilience. La résilience est improbable lorsqu’on se contente de supporter les difficultés. Quelque chose dans l’être résilient regarde au-delà. Et si une des clés fondamentales de la résilience sociale dont nous aurons tant besoin se trouvait justement dans ce sentiment intime qu’un monde meilleur est possible et surtout de notre souveraine liberté de le choisir en dépit de tout, de le modeler à main nue s’il le faut, même imparfaitement?

    Cette phrase précieuse est tombée sur la table lors d’une conversation avec Jacques Dufresne: “Il est vrai que nous sommes en grande partie des produits de l’histoire, mais si nous renonçons à en être les acteurs tout est perdu”.

    Demain, le point de bascule global?

    Anthony Barnosky et Elizabeth Hadly, interviewés au début du film, se sont spécialisés dans la compréhension de l’extinction des espèces. À la demande d’hommes politiques, ils ont accepté la mission de rédiger l’état du consensus scientifique. Ils ont résumé les conclusions de 126 études et obtenu en plus la signature de 500 autres scientifiques endossant leur rapport visant à rendre les données scientifiques digestes et utilisables pour le public et les leaders politiques.

    C’est ainsi qu’ils ont publié un document de travail alarmant repris par les dirigeants de nombreux pays, “Scientific Concensus on Maintaining Humanity’s Life Support Systems in the 21st Century, Information for Policy Makers.”

    Les scientifiques semblent d’accord: nous sommes en train de compromettre les conditions de la vie humaine sur terre à un rythme tellement rapide qu’il faut absolument changer de cap dès maintenant. Mais certains hésitent à parler d’un point de bascule global. Ce concept de “state shift” ou de “tipping point”, est largement reconnu lorsqu’appliqué à la pièce à différents systèmes et suppose que les pressions sur un système atteignent un point de non-retour après lequel il bascule soudainement vers un nouvel état. Barnosky et Hadly, on conclu qu’il est plausible d’appliquer le même modèle à l’échelle globale, ce qui impliquerait des changements à si grande échelle que les conditions qui ont rendu possible la vie humaine sur terre seraient complètement bouleversées.

    Un basculement global. C’est le concept sur lequel le consensus aurait été le plus difficile à obtenir. “C’est une manière trop simple de considérer les changements globaux induits par l’homme”, écrit Erle Ellis, un scientifique écologiste de l’université du Maryland dans une réponse au consensus. “En fait, cela crée un monde binaire; une ligne dans le sable. Cela donne un faux sentiment de sécurité d’un côté et de l’autre une impression qu’il est trop tard pour agir.” Une réponse qui nous semble plus philosophique de technique.

    Demain échappe à ces deux écueils. Le film propose des solutions pour ralentir la destruction mais surtout il propose des pistes de résilience pour une nouvelle manière de se relier à la nature et de relier les hommes entre eux. Les actions se déroulent sur tous les plans en même temps et sont multipliables. Ces solutions qui développent la diversité, l’autonomie, la création de communautés mieux soudées aideront les collectivités à vivre humainement même quand les grands systèmes seront mis en échec.

    Demain Waterville

    Là où les États ont échoué, les villes peuvent prendre le relais. C’est ce que suggère le film. C’est aussi la stratégie mise en place suite à l’engouement pour le film; un peu partout, des gens se sont réunis. Des “conversations citoyennes” se mettent en place pour explorer les solutions applicables dans leurs milieux. Ce fut le cas la fin de semaine dernière dans mon petit village où quelques amis, des habitués des initiatives communautaires, se sont mis d’accord pour organiser une réunion, notamment avec l’aide de Élyse Audet, ex-conseillère municipale qui continue de s’impliquer en politique par le chemin du communautaire.

    Comme dans le film, lorsqu’on voit naître le mouvement des Incroyables comestibles, on avait mis la table pour environ 15 personnes; il en est venu plus de 30, toutes animées d’un enthousiasme commun. Pour un village de 2000 âmes, c’est très significatif. Le premier plaisir fut de se rencontrer les uns et les autres. On fonde des comités afin d’explorer comment il est possible de bâtir sur ce qui existe déjà tout en donnant un nouvel élan de créativité en s’inspirant et en s’inspirant des mouvements présentés dans le film.
    Tous se sont promis d’inciter d’autres personnes à voir le film; une projection locale a été planifiée destinée à sensibiliser les leaders économiques et politiques locaux et plus de citoyens.

    On goûte dans ces premiers moments d’impulsion enthousiaste la magie des débuts, une énergie de fondation. Lucide, je sais que les changements concrets et profonds se font au prix d’efforts soutenus et partagés et que dans un monde où le temps se raréfie encore plus que l’air pur, le volontariat demeure un défi. Il faudra du courage et de la patience pour que la course folle de la routine ne mine pas cet élan fondateur.

    Des effets secondaires et des points de bascule bénéfiques?

    Lorsqu’on envisage les problèmes de notre siècle, on peut s’inquiéter du fait que tout s’accélère, que les interactions entre les différents facteurs sont difficiles à prévoir et que les solutions simples à un problème créent d’autres problèmes.

    Heureusement, et on n’y pense pas souvent, la même complexité existe dans le déploiement des efforts humanistes sincères et intelligents. En effet, réunissez quelques citoyens sous prétexte d’un jardin collectif, pour manger santé et réduire l’empreinte écologique et vous produirez nombre d’effets secondaires. Des amitiés naissent, des échanges, des solidarités qui ne se créent pas par des programmes sociaux. Le film a bien démontré cet effet d'entraînement positif: l’ouverture d’une piste cyclable pour des motifs écologiques suscita une nouvelle ambiance de confiance, des citoyens qui se parlent, des diminutions dans les coûts de santé et autres bénéfices sociaux insoupçonnés... En créant la place publique on cultive un terreau pour une nouvelle sorte de démocratie.

    Sans rêver à un miracle global, la notion de point de bascule ou “tipping-point” pourrait-elle aussi s’appliquer à des changements favorables? Un basculement des mentalités est-il possible? Et pourrait-il entrainer les changements requis?

    “Le monde manque d’initiatives réjouissantes faciles à mettre en place et qui donnent des idées”. C’est ce que disent deux des personnages, Mary et Pam, les créatrices des incroyables comestibles : il faut commencer dans sa rue, dans son quartier, avec ses voisins, puis mobiliser les chefs d’entreprise, les élus locaux. Quand les gens commencent à faire quelque chose, ils ne s’arrêtent plus, ils continuent, échangent leurs idées, expérimentent, partagent” lit-on dans le document éducatif du film. “La vie naît de la vie” comme l’écrivait Jacques Dufresne.
    S’il faut rester lucide face à des mobilisations spontanées qui sont parfois des feux de paille, il faut aussi faire confiance à cette complexité du vivant. Souvenons-nous de L’homme qui plantait des arbres, ce magnifique film de Frédéric Back inspiré du conte éponyme de Jean Giono. Elzéard Bouffier reboisait, simplement, mais sa seule action généreuse, belle et persévérante, entraina une réaction en chaine qui fit revivre toute une communauté là où régnait la désolation.

    Date de création: 2016-06-15 | Date de modification: 2016-06-15
    Loading

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2016-06-15
    Dernière modification:
    2016-06-15
    Extrait
    Le film propose des solutions pour ralentir la destruction mais surtout il propose des pistes de résilience pour une nouvelle manière de se relier à la nature et de relier les hommes entre eux. Les actions se déroulent sur tous les plans en même temps et sont multipliables. Ces solutions qui développent la diversité, l’autonomie, la création de communautés mieux soudées aideront les collectivités à vivre humainement même quand les grands systèmes seront mis en échec.

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...