• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Quand le prophète Harari annonce la venue d’Homo Deus

    Le transhumanisme avait son gourou informaticien, Ray Kurzweil, son philosophe d’Oxford, Nick Bostrom, il a maintenant son historien prophète, Yuval Noah Harari, lequel utilise le mot techno humanisme pour désigner les mêmes faits et les mêmes prédictions, ceci dans un fast book intitulé Homo Deus. Un fast book est un livre écrit à la hâte suite au succès d’un livre précédent et promis à un succès encore plus rapide.

    L’imprimatur de la Silicon Valley

    Voici ce qu’on a pu lire ou entendre dans plusieurs médias français, dont l’Express du 10/09/2017, à propos de Sapiens, le livre précédent de Harari, au moment où paraissait Homo Deus:

    « Le fan-club de Harari est le plus huppé de la planète. Le président Obama a adoré cette "histoire de l'humanité vue du ciel". Bill Gates a chaudement recommandé ce livre "vivifiant". Mark Zuckerberg l'a distingué dans son "club du livre" Facebook. On pourrait également citer des gens aussi différents que le musicien Brian Eno, l'artiste contemporain Damien Hirst ou l'ancien ministre des Affaires étrangères de François Mitterrand, Hubert Védrine. »

    Faites une recherche dans diverses langues sur Harari, Gates et Obama et vous serez étonnés de la ressemblance des résultats. Partout on a fait un copier-coller du texte promotionnel du livre avec l’assurance de convaincre le grand public qu’il s’agit d’un chef d’œuvre. Il s’agit plutôt d’une mise à jour vulgarisée des grands thèmes du scientisme depuis plus d’un siècle:  Dieu est mort, il n’était d’ailleurs qu’une création de l’homme, une fiction; fictions aussi les religions et les mythes, fictions qui furent utiles en leur temps certes, car elles ont permis à Sapiens d’accéder à une solidarité sociale favorable à sa survie, mais qu’on peut assurer aujourd’hui par des moyens plus concrets. Quant à l’âme et à la liberté dont elle est le lieu, on ne les trouve pas plus en explorant l’être humain qu’on ne trouve Dieu en explorant l’espace. Et je cite : «au cours du siècle dernier, les chercheurs ont ouvert la boîte noire de Sapiens : ils ont découvert qu’il n’y avait en lui ni âme, ni libre arbitre, ni « soi » ; uniquement des gènes, des hormones et des neurones obéissant aux mêmes lois physiques et chimique qui gouvernent le reste de la réalité. »1

    Le succès de cette mise à jour confirme l’analyse de l’équipe de Pièces et main d’œuvre sur celui du transhumanisme :

    « Si le transhumanisme progresse sans encombre, c'est que la technocratie le vend sous les couleurs de la rationalité économique. Il habille, comme représentation et comme projet, un fait accompli : l'artificialisation du monde, de la vie et des humains. Voilà pourquoi ses promoteurs n'ont, au fond, que peu d'efforts d'argumentation à fournir. Dévalant au fil du courant technologique, il leur suffit de quelques slogans simples et brutaux. La techno-industrie travaille pour nous, se félicite Nick Bostrom. »2

    Quelle que soit leur valeur réelle, les livres de ce genre ont toutefois l’avantage de susciter à l’échelle mondiale un débat sur les perspectives d’avenir d’une portée elle-même mondiale, quitte à ce que quelques décennies plus tard le livre en question ait sombré dans l’oubli à la vitesse de son ascension.

    En 1992, quelques années après la chute du mur de Berlin, paraissait un autre fast book mondial La fin de l’histoire et le dernier homme de Francis Fukuyama. Le mot fin dans ce titre signifie clôture et non pas but. L’auteur soutenait en effet que la démocratie libérale allait s’imposer à jamais partout dans le monde. Vingt-cinq ans plus tard, force est de reconnaître que cette prédiction à haut risque subira encore quelques démentis avant de se réaliser. L’un de ces démentis pourrait bien être cette dictature de l’IA (Intelligence Artificielle) que Harari appelle dataism laquelle est dans son esprit la conséquence logique des faiblesses du libéralisme. Le même sort attend sans doute les prédictions de l’historien Harari.

    http://agora.qc.ca/documents/francis_fukuyama--la_fin_de_lhistoire_selon_fukuyama_par_maurice_lagueux

    Humanisme

    Dans sa mise à jour du scientisme Harari a fait preuve d’une habileté qui se manifeste notamment dans l’ambigüité qu’il laisse planer sur bien des questions cruciales. Les tendances qu’il observe sont-elles de simples faits neutres ou des faits devant lesquels il faut s’incliner parce qu’ils sont aussi des valeurs ? La question se pose à propos des positions qui sont les plus intéressantes du livre, celles sur l’humanisme et le dataïsme.

    Pour ce qui est de l’humanisme, il ne fait pas de distinction entre les humanismes ancien et classique, tous deux ouverts sur le transcendant et l’humanisme moderne. Seul l’humanisme moderne a un sens à ses yeux parce qu’il constitue une vision du monde gravitant exclusivement autour de l’homme. Voici comment s’ouvre le chapitre Révolution humaniste :

    « Le deal moderne nous offre le pouvoir à condition que nous renoncions à notre croyance en un grand plan cosmique qui donne sens à la vie. Quand vous examinez ce marché de près, vous découvrez une clause dérogatoire astucieuse : si les hommes parviennent tant bien que mal à trouver un sens sans le fonder sur quelque grand plan cosmique, cela n’entraîne pas la rupture du contrat.

    « Cette clause dérogatoire a été le salut de la société moderne, car il est impossible de maintenir l’ordre sans le moindre sens. Le grand projet politique, artistique et religieux de la modernité a consisté à trouver un sens à la vie qui ne s’enracine pas dans quelque grand projet cosmique. Nous ne sommes pas les acteurs d’un drame divin, personne ne se soucie de nous et de nos faits et gestes, personne n’assigne donc de limites à notre pouvoir ; mais nous demeurons convaincus que nos vies ont du sens. »3

    Notons au passage qu’il y a dans ces lignes une transparence à la fois naïve et bête. « Personne n’assigne de limites à notre pouvoir. » Quel auteur possédant quelque sagesse et n’étant pas en état d’ébriété ferait une telle profession de foi en la démesure ? Il fait toutefois preuve de cohérence à ce propos car il range le communisme et le nazisme parmi les trois grands humanismes modernes, le troisième étant l’humanisme libéral. Il met ainsi fin à une confusion assez répandue entre l’humanisme au sens de vision du monde gravitant exclusivement autour de l’homme et un humanisme bon enfant qui demeure ouvert sur le transcendant et connote la mesure et l’aménité. Ce qui l’amène à une prise de position assez gênante pour ceux qui se présentent comme humanistes sans préciser le sens de ce mot. Il minimise en effet les différences qu’il peut y avoir entre les trois humanismes. « Initialement, les différences entre l’humanisme libéral, l’humanisme socialiste et l’humanisme évolutionniste (nazisme) paraissaient assez frivoles. Au regard des abîmes séparant toutes les sectes humanistes du christianisme, de l’islam ou de l’hindouisme, les conflits entre les diverses versions de l’humanisme étaient insignifiants. »4 Ce qu’il entend par là c’est que dans les trois voies en question on est à la recherche d’un paradis sur terre dominé par des surhommes. Pour cela on mise exclusivement sur une volonté humaine utilisant la technoscience propre à son époque. «Une seconde révolution cognitive pourrait bien donner à Homo deus accès à de nouveaux domaines insoupçonnés pour en faire le seigneur de la galaxie.

    Cette idée est une variante actualisée des vieux rêves de l’humanisme évolutionniste (nazisme) qui, voici déjà un siècle, prônait la création de surhommes. Toutefois, tandis que Hitler et les siens comptaient créer des surhommes via la reproduction sélective et le nettoyage ethnique, le techno-humanisme du XXIe siècle espère atteindre cet objectif bien plus pacifiquement, avec le concours du génie génétique, des nanotechnologies et des interfaces cerveau-ordinateur.»5 L’évolution de l’eugénisme, devenu libéral après avoir été étatique, illustre bien la  ressemblance entre ces deux modèle.

    Harari n’idéalise toutefois pas l’humanisme libéral, comme l’avait fait Fukuyama. Il se rend parfaitement compte du fait que la liberté individuelle réduite au choix et elle-même illusoire pour cette raison, peut en sombrant dans une inévitable démesure aboutir à l’implosion du soi. Les individus ayant échappé à l’emprise des religions et de leur plan cosmique deviendraient des pantins à l’intérieur du grand nuage numérique. C’est cette sujétion que Harari appelle le « dataïsme ». Vous désirez manger de la viande rouge, mais l’un des nombreux senseurs greffés sur votre organisme vous conseille plutôt de manger des lentilles. Vous serez captif de votre capteur. Vous lui donnerez raison parce que son immersion subtile dans votre organisme, augmentée de son lien avec une base de données illimitée le rapproche de la vérité objective alors que votre intuition peut vous en éloigner. Le même type de prise en charge vous dira quels films vous devez voir, quels livres vous devez lire. Vous serez enfin aux ordres d’une tour de contrôle comme ce cosmonaute qui vous fait rêver depuis des décennies. Ou si vous préférez une autre métaphore, vous deviendrez une voiture sans chauffeur. C’est la conséquence logique de la négation de cette âme que Marc-Aurèle appelait le principe directeur.

    Ce dataïsme, Harari le considère comme la nouvelle religion. « La religion émergente la plus intéressante est le dataïsme, qui ne vénère ni les dieux ni l’homme, mais voue un culte aux data. »6 Compte tenu de son mépris pour les religions traditionnelles, faut-il voir là de sa part une opposition à cette tendance? C’est ici que l’ambiguïté de sa pensée atteint son sommet. La satisfaction du besoin illimité de puissance des humains aboutissant au dataïsme fait de toute évidence son admiration, mais d’autre part l’individualisme est à ses yeux la fine fleur de la modernité.  Il lui reste une solution de compromis : « le techno-humanisme », sorte de transition, comme le transhumanisme, entre l’humanisme moderne originel et le post humanisme qu’est le dataïsme. « Le techno-humanisme est ici confronté à un dilemme insoluble. Il tient la volonté humaine pour la chose au monde la plus importante, et pousse donc l’humanité à élaborer des technologies qui puissent la contrôler et la remodeler. Après tout, il est tentant de contrôler ce qu’il y a de plus important dans l’univers. Or, si nous obtenions un tel contrôle, le techno humanisme ne saurait qu’en faire car l’être humain sacré ne deviendrait plus qu’un produit manufacturé parmi d’autres. Tant que nous croirons que volonté et expérience humaines sont la source suprême de l’autorité et du sens, il nous sera impossible de composer avec ces technologies. »7

    La tentation de contrôler ce qu’il y a de plus important dans l’univers est si forte en effet que Harari est le premier à y succomber. Son ambiguïté est un procédé rhétorique destiné à rassurer les lecteurs qui ne sont pas aussi gagnés que lui à la cause d’un progrès dont l’aboutissement est le dataÏsme, autre nom du Meilleur des mondes.

    Ce n’est pas par dérision qu’il identifie les super cyborgs de ce monde à des dieux. Tout indique au contraire qu’il adhère au dogme central du transhumanisme selon lequel une nouvelle espèces, hybride de l’homme et de la machine, est en voie d’émergence. C’est pour cette raison qu’il accorde une si grande place à l’animal dans son livre.

    « Dans la première partie, je me pencherai sur la relation entre Homo sapiens et les autres animaux pour essayer de comprendre ce que notre espèce a de si particulier. Certains lecteurs se demanderont peut-être pourquoi accorder tant d’attention aux animaux dans un livre sur l’avenir. À mon sens, on ne saurait discuter sérieusement de la nature et du futur de l’humanité sans commencer par nos comparses du monde animal. Homo sapiens fait tout pour l’oublier, mais c’est un animal. Et il est doublement important de nous souvenir de nos origines à une époque où nous essayons de nous métamorphoser en dieux. Aucune investigation de notre futur divin ne saurait ignorer notre passé animal ni nos relations avec les autres animaux, parce que la relation entre humains et animaux est le meilleur modèle que nous possédions des relations futures entre surhumains et humains. Vous voulez savoir comment des cyborgs super-intelligents pourraient traiter des humains de chair et de sang ordinaires ? Mieux vaut commencer par étudier comment les humains traitent leurs cousins animaux moins intelligents. L’analogie n’est pas parfaite, bien entendu, mais c’est le meilleur archétype que nous puissions réellement observer et non simplement imaginer. »8

    Après l’ambiguïté, le paradoxe. L’appel de Harari à une réconciliation avec l’animal en nous et hors de nous révèle un amoureux de la vie chez un homme qui d’autre part s’enthousiasme pour les abstractions d’où Sapiens tire sa puissance dévastatrice à l’endroit de la nature. Le mot de Pascal vient à l’esprit : « qui fait l’ange fait la bête » façon concise de diagnostiquer une schizophrénie. Mais tout se complique ici. Dans la tradition à laquelle appartenait Pascal, l’incarnation est omni présente, l’homme est lui-même le résultat d’une incarnation de l’esprit dans la matière, de l’union intime d’une âme et d’un corps. C’est là une chose exclue de l’univers matérialiste, unidimensionnel de Harari, où l’homme est un animal machine capable de raisonnements tout puissants appelés algorithmes. On ne s’étonnera donc pas de ne trouver dans Homo Deus aucune occurrence du mot incarnation dans le sens que nous venons de lui donner. Homo Deus est un hymne abstrait à la désincarnation. Quant à la vie, au sens que lui donnent les romantiques, de phénomène qualitatif irréductible à la physico chimie, Harari ne s’y intéresse guère.

    À la vérité, rien ne semble l’intéresser en dehors de ses propres idées, du scientisme et du transhumanisme auxquels elles se rattachent. Une confrontation avec les grands critiques de la technique et du progrès, Mumford, Ellul, Charbonneau, Illich, Wendel Berry aurait donné à sa pensée dans Homo Deus une consistance dont elle est pour l’instant dépourvue. Hélas on chercherait en vain dans le livre la moindre ébauche d’une telle confrontation. Harari aurait-il survécu à un face à face réel avec l’un ou l’autre de ces auteurs?

    Parce qu’il invoque de nombreux faits bien établis, son livre jouit du prestige que confère le mot science à tout ce à quoi on l’associe; or il résisterait encore plus mal à une critique de Karl Popper qu’à une critique d’Ellul. Quant aux historiens, ils exigeraient au moins de l’auteur qu’il tienne compte des travaux antérieurs sur le même sujet, par exemple Walden Two (1947) de B.F. Skinner et Vous serez comme des dieux (1959, 1985) de G.Thibon.

    http://encyclopedie.homovivens.org/documents/walden_two
    http://encyclopedie.homovivens.org/documents/vous_serez_comme_des_dieux

    La grande question

    Qu’est qui est préférable pour l’homme :  Les lendemains mystérieux de la mort après les moments d’éternité et les petits miracles d’une vie à haut risque ou la répétition sans fin des mêmes bonheurs sécurisés ?

    Voici un aperçu des réponses de Skinner et Thibon à cette question fondamentale.

    Skinner. Le principal souci des ingénieurs de Walden Two est de prendre le contrôle de la société pour faire son bonheur, malgré elle s'il le faut. À leurs yeux l’homme est une table rase sur laquelle on peut, par le moyen du conditionnement, construire et réparer des individus et des sociétés. Ils veulent améliorer la vie de leurs semblables en cultivant en eux les émotions positives. « Mais quand une émotion n’est plus une composante utile d’une réponse behaviorale, nous faisons le nécessaire pour l’éliminer. »9 Ce mal dans l’homme que les morales n’ont pu contenir, nous allons l’éradiquer par la science du conditionnement. Walden Two a dépassé les deux millions d’exemplaires vendus.

    Thibon. Dans Vous serez comme des dieux10, un dialogue métaphysique en forme de pièce de théâtre, Thibon pousse à sa limite, sous la forme d’un paradis sur terre attrayant, une vision du monde dont les prémisses avaient déjà imprégné les mentalités de l’époque. Nous sommes en 1959. Ce paradis est une préfiguration étonnamment précise de celui que les transhumanistes semblent sur le point d’achever en ce moment. Le message de Thibon à ses contemporains est sans ambiguïté : ou bien vous considérez la technoscience triomphante comme un instrument de purification de l’idée que vous vous faites de Dieu, et alors vous adorerez un Dieu faible et aimant; ou bien vous êtes convaincus que ce Dieu transcendant et mystérieux est mort en même temps que le Dieu puissant, interventionniste et vengeur imaginé par l’humanité enfant, et alors vous demanderez tout à l’homme, le suppliant de mettre sa technoscience au service de la volonté de puissance dont il a dépouillé Dieu à son profit. Si cela ne vous satisfait pas, il vous restera la possibilité de redevenir mortel par choix, un choix que vous devez faire dès aujourd’hui car votre imagination vous a déjà transporté dans le paradis sur terre. Toute la pièce gravite autour de ce choix : l'héroïne, Amanda a mis toute la contrée des immortels en état de choc en annonçant qu'elle redeviendrait mortelle. On la considère comme malade, de cette maladie d'avoir une âme ayant la nostalgie d'un autre monde. À défaut de réussir à la guérir, on en tire un clone, une copie conforme à tous égards mais sans âme. La vraie Amanda s'adresse en ces termes à Hélios, l'homme qu'elle aime et qui l'aime: « Choisis. Moi je vais mourir. Je ne veux pas t'entraîner dans cet abîme — néant ou Dieu — dont je ne sais rien, sinon qu'il m'attire et que je le préfère à tout. Celle-là sera tienne éternellement, vous serez heureux de tout ce bonheur que j'ai refusé : aucun Dieu ne lui parlera, aucune mort ne te la prendra. Choisis ! »11

    Harari ne pose pas la question de ce choix tant il semble assuré que le paradis/enfer sur terre est la seule issue possible et souhaitable. Il est du côté de ceux qui veulent achever le programme de Skinner.

    De l’inspiration à la motivation

    Me permettra-t-on de soulever, en conclusion, une question troublante qui s’impose à moi avec la force de l’évidence. Aussi longtemps qu’il a conservé la nostalgie de la source divine de toute vie, l’homme a été habité par un désir d’absolu qui l’a rendu apte à produire des œuvres d’art elles-mêmes vivantes et nourricière, dont celles des cavernes et plus tard celles de Giotto et de Bach sont de beaux exemples. À mesure que s’achève la rupture de son lien avec la Source, tout porte à croire qu’il se réduit à ne plus pouvoir créer que des machines, logiques et physiques et de pseudo œuvres d’art évoquant la matière en décomposition. L’inspiration, orientée vers une fin non représentable est remplacée par la motivation behavioriste tournée vers des objectifs chiffrables.

    Et à mesure que disparaît, sous le choc des promesses d’immortalité sur terre, le sentiment de l’irrémédiable fragilité humaine, se met en place une gouvernance impitoyable, celle des humanismes totalitaires d’hier, puis celle de Skinner et celle du dataïsme. Sans Dieu, sans pardon? Il ne reste plus qu’à éliminer les mauvaises émotions.

    Sans pouvoir éliminer les mauvaises humeurs de la planète. Quid en effet des guerres, de l’éclatement de la nature en incendies et en inondations meurtrières, des famines et des pauvretés qui en résultent, d’autant plus insupportables qu’elles succèdent à un gavage alimentaire et à tous les conforts produits par la technique. Quid des millions d’humains que les surhommes évacueront froidement de leurs délires techniques? Car seule une caste pourra devenir transhumaine.

    Notes

    1. Yuval Noah Harari, Homo Deus, Albin Michel, Paris, 2017, p.359 (édition numérique)
    2. Équipe de Pièces et main d’œuvre, Éditions Service compris, septembre 2017, p.160. service compris38@free.fr,
    3. Y. N. Harari, op.cit. p.288
    4. Ibid.,p.355
    5. Ibid., p.443
    6. Ibid., p.461
    7. Ibid., p.461
    8. Ibid., p. 90
    9. Walden Two, MacMillan Pub. Co. New York, 1962, p. 102.
    10. G. Thibon, Vous serez comme des dieux, Fayard, 1959
    11. Ibid., p.176

     

    Date de création: 2017-11-01 | Date de modification: 2017-11-16

    Informations

    Date de création:
    2017-11-01
    Dernière modification:
    2017-11-16

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    L’IA (intelligence artificielle) et le transhumanisme forme un couple solide. On imagine mal un transhumaniste qui ne serait pas aussi un inconditionnel de l’IA; quant aux spécialis...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...