• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Plus de sport, moins de sportifs

    Jacques Dufresne
    Plus de sport, moins de sportifs ! Pour inverser cette tendance, une révision de la conception dominante du sport

     Trois semaines avant l’ouverture des Jeux de Sotchi, la Société Radio-Canada avait déjà commencé à nous inonder de ses reportages sur cet événement qui rassemblera 2500 athlètes. Ces heures d’antenne s’ajoutent à celles qui sont consacrées chaque semaine aux centaines de matchs disputés dans les grandes ligues de hockey, de football, etc. Telle est la faveur dont jouissent les sports de haute performance. La distinction entre sport amateur et sport professionnel n’ayant plus cours, il faut plutôt opposer les sports de haute performance (industrialisés, technicisés) aux sports communautaires ou aux activités physiques conviviales  et naturelles.

    La part que les médias accordent à ces sports communautaires et à ces activités physiques est infinitésimale par rapport à celle qui est accordée aux sports de haute performance. Depuis les Jeux d’été 2012 à Londres, 400 000 personnes ont fait le chemin de Compostelle. Et il existe dans le monde des milliers de chemins sacrés et de sentiers de randonnée; il existe aussi des millions de voyageurs cultivés et curieux qui marchent six ou sept heures par jour dans les lieux qu'ils visitent.

    Étant donné la publicité que font les médias aux sports industrialisés, on s’attend à ce que la participation aux sports en général soit en hausse. Or, au Canada du moins, c’est le contraire qui se produit : Selon le rapport 2010 de Patrimoine Canada, «le taux national de participation sportive continue à baisser. En 2010, 26 % des Canadiens de 15 ans et plus, soit 7,2 millions de personnes, participaient régulièrement à des sports, soit 17 % de moins que 18 ans plus tôt.» .  Par sport, on entend dans cette étude les activités physiques de compétition; la bicyclette à des fins récréatives, le jogging, la marche sont exclus du tableau.

    Ces activités physiques sont exclues des grands médias et pourtant on a toutes les raisons de croire qu'elles sont en pleine croissance dans tous les groupes d’âge et dans les deux sexes, tandis que le pourcentage des femmes qui font du sport est deux fois moins élevé que celui des hommes. Selon le ICRCP, (Institut canadien de recherche sur la condition physique) l’activité physique au Canada s’est accrue de 10% entre 1994-95 et 2007-2008, passant de 38 % à 48%. Sachant que la participation aux sports a diminué pendant la même période, on peut affirmer que la croissance de l’activité physique conviviale, a crû de beaucoup plus que 10%.

    Certes, les prouesses olympiques sur ski, sur planche ou sur patin, prouesses qui s’apparentent de plus en plus à celles du sport extrême sont plus spectaculaires que l’endurance dont il faut faire preuve pour avancer d’un pas, puis d’un autre à la fin d’une journée de randonnée pédestre. D’où la faveur dont elles jouissent auprès des médias. Il n’en reste pas moins que la conception de l’homme et du monde associée à ce sport de performance et de spectacle paraît bien pauvre par rapport à celle que l’on peut rattacher à la marche, par exemple. Nous n’aurons aucune peine à démontrer que la politique des médias équivaut à sacrifier la culture aux jeux du Cirque. Sauf exception, qu'est-ce que les athlètes ont à dire après être descendus du podium ? Quatre phrases, les mêmes dans tous les cas : j’ai bien travaillé, j’avais un bon entraîneur, mes parents m’ont soutenu et j’espère bien faire encore mieux aux prochains jeux. Tandis qu'à leur retour de Compostelle ou de l’Appalachian Trail, les marcheurs livrent tous des témoignages d'un grand intérêt.

    Nous réfléchirons sur cinq couples de contraires éclairant divers aspects de l’opposition entre les deux orientations fondamentales que le philosophe Ludwig Klages appelle les mobiles de libération et les mobiles de contrainte. Dans les mobiles de contrainte, c’est la volonté qui domine, dans les mobiles de libération c’est l’abandon (voir le tableau des mobiles).

     

    Abandon, volonté

    Accomplissement, dépassement,

    Plénitude, satisfaction

    Inspiration, motivation

    Émulation, compétition

    Endurance, prouesse

    ***

    Abandon, volonté

    Par un beau matin de mai, vous entendez le chant de l’oriole, de retour à son nid pour la énième fois. Votre corps commence à se lever avant même que ne preniez consciemment la décision de le faire. Vous éprouvez le besoin de sortir, de baigner dans cet air frais, de revoir le l’oiseau orange, devenu votre ami. Mais un oiseau n’arrive jamais seul au printemps, il est toujours accompagné d’une fleur sauvage dont le rythme semble accordé au sien. Vous partirez en promenade pour découvrir cette fleur sauvage, celle de l’amélanchier peut-être. Vous n’aurez pas beaucoup d’efforts à faire pour marcher. Vous serez porté par des vagues de sensations agréables. Vous vivrez des choses semblables en ville si vous habitez une rue vivante, avec ses pyramides de fruits, ses boucheries, ses charcuteries, ses fromageries ouvertes sur la rue, ses odeurs de café. Abandon!

     Ainsi la vie naît-elle de la vie. La réaction spontanée du corps suppose un milieu vivant. Si vous vivez dans un milieu plus fonctionnel que vivant, vous devrez pour faire de l’exercice le matin avoir comme objectif d’améliorer votre santé, vous devrez ensuite faire un effort de volonté pour conduire votre voiture jusqu’au centre de conditionnement physique du centre commercial voisin.

    Pour la personne qui vit en symbiose avec un milieu vivant, la santé n’entre pas en ligne de compte. Elle marche parce qu'elle vit. Et ignorer ainsi la santé est sans doute la meilleure façon de la soutenir. Ce qui nous oblige à mettre en doute la pertinence et l’efficacité de la propagande en faveur de la santé. Proposer aux gens d’avoir comme objectif la santé, c’est déjà les mettre sous la dépendance de leur volonté, avec tout ce qui s’ensuit. Il vaudrait mieux protéger les milieux vivants et en créer de nouveaux plutôt. Mais en attendant ces milieux vivants, le centre de conditionnement physique est un moindre mal.

    ***

    Accomplissement ou dépassement

    Le dépassement est le principal argument en faveur du sport industrialisé, du sport olympique en particulier. Mais en quoi consiste donc le dépassement? Qui se dépasse? Soi, la personne. Non? Ce qui se dépasse c’est la volonté dans ses efforts pour maîtriser encore plus le corps et lui permettre de gagner quelques secondes sur le corps rival. Et dans ce dépassement, la part des experts entraîneurs et de leurs technologies s’accroît constamment, tandis que la part d’abandon au corps diminue. Au rythme où vont les choses, il n’y aura bientôt plus de différence entre les compétitions entre robots et les compétitions entre humains. La controverse entourant l’athlète aux jambes artificielles, Oscar Pistorius, illustre bien cette tendance. Certes, la discipline acquise par les athlètes sera pour eux un atout précieux dans bien des circonstances de leur vie future, et en ce sens elle est une chose précieuse, mais elle apparaît comme une consolation dérisoire dès lors qu'on la compare à ce quoi elle se substitue : le développement harmonieux, l’accomplissement. Ce n’est pas l’ensemble du corps, et encore moins l’ensemble de la personne qu'il faut développer pour atteindre un objectif précis à la course ou à la nage. Il faut au contraire renforcer un faisceau de muscles bien déterminé, ce qui a pour résultat, chez les nageurs par exemple, des épaules démesurées par rapport au reste du corps. Un des malheurs de l’esclave par rapport à l’homme libre c’est qu'il était souvent le spécialiste de certains gestes, ramer par exemple, qui déformaient son corps. L’homme libre s’il le voulait pouvait se développer harmonieusement par divers exercices, à quoi il pouvait, suivant le conseil de Platon ajouter la musique, la poésie pour que son corps devienne à la fois un signe apte à exprimer toute la gamme des sentiments et un instrument apte à accomplir une grande variété de tâches.

     Tel est l’accomplissement, il ne consiste pas à se dépasser, mais à s’actualiser, à donner forme à tous ses possibles. Une activité physique comme la marche, en promenade ou sur un sentier de randonnée est mille fois plus propice à l’accomplissement qu'une lutte contre la montre à la nage ou à la course. S’il faut bien distinguer la promenade de la grande randonnée, elles ont en commun de vous mettre en symbiose avec un milieu vivant qui stimule la créativité de votre corps tout en libérant votre esprit.

    «Dans la promenade, écrit Frédéric Gros, l’auteur de Marcher, une philosophie, on se laisse lentement porter par le désir et par les plaisirs de participation : au paysage qui change, aux fleurs et aux fruits sur les bords du chemin, aux rencontres. Participation : je sens en moi le végétal, le minéral, l'animal. Je me sens fait du même bois dont en passant je touche l'écorce, fait du même tissu que les grandes herbes que je frôle, et ma respiration lourde, quand je m'arrête, s'accorde au halètement du lièvre qui fait brusquement halte devant moi.»

    La marche, poursuit Frédéric Gros, « n'est pas un sport, car dans le sport le besoin d'arriver, et d'arriver vite, est plus important que le plaisir d'aller. « Marcher n'est pas un sport. […] Le sport ce sont des scores : quelle est ta place? Quel est ton temps? […] L'argent l'envahit pour vider les âmes et la médecine pour construire des corps artificiels.»

    Claude Bernier est au Québec l’un des pionniers du chemin de Compostelle. Cet ancien professeur de latin et de grec, puis de littérature, est aussi un écrivain inspiré et généreux. Il a publié à compte d’auteur neuf récits de ses chemins : le Chemin de Romieu, la voie d’Arles, le Chemin Tours, le Chemin de Cluny. Voici un passage du Chemin de Romieu :

    «De la ville de Pau, à moins de cent mètres au-dessus du niveau de la mer, les Pyrénées nous apparaissaient comme un mur presque infranchissable. Cinq jours, vécus sans trop d'efforts, ont suffi pour atteindre le sommet. De cette belle montée, je conserve de magnifiques images de montagnes qui ont rapidement relayé au second plan les efforts nécessaires pour atteindre le col.

    La joie qui m'envahit à ce moment n'a rien de celle de l'athlète qui cherche la performance. Humble marcheur au milieu de ce décor grandiose, mon regard est resté constamment attentif au jeu des formes et des couleurs qui varie au gré des rayons de soleil et du mouvement des nuages. Devant ces masses de pierre qui pointent vers le ciel, le pèlerin que je suis mesure ses propres limites. Mes yeux s'émerveillent et chacun de mes pas rend hommage au Maître d'œuvre qui a créé ces paysages titanesques. La montagne, malgré nous, élève nos pensées vers un infini qui nous dépasse.»

    Les livres de Claude Bernier, comme celui de Louis Valcke. Compostelle en vélo, et comme bien d’autres sans doute, sont un dialogue avec les gens, les paysages, les monuments, d’une richesse et d’un naturel tels que l’on regrette qu'ils soient si peu connus.  Et tous les pèlerins ont des choses à dire à leur retour. Sur le seul site de l’Association Québec-Compostelle, qui compte 2500 membres,  on peut lire des dizaines de livres et de témoignages intéressants.

    ***

    Plénitude ou satisfaction

    Certains préfèrent jouer au tennis seulement pour échanger des balles. Puisqu’ils n’ont pas la volonté de vaincre, il leur est facile de s’abandonner à la spontanéité créatrice de leur corps et ainsi d’exceller, de faire ce qu'ils ne peuvent pas faire. Leur plaisir s’en trouve accru. Si leur partenaire est un être cher, leur jeu prendra la forme d’un dialogue amical, ils renverront la balle pour donner une chance à l’autre plutôt que de le prendre en défaut. Si le court est situé près d’un lac ou à flanc de montagne, ils auront aussi le plaisir de participer à la vie et à la beauté de la nature. Ils se rapprocheront de la plénitude.

    D’autres préfèrent compter les points et jouer pour gagner. Les plaisirs d’abandon et de participation passent alors au second plan, quand ils ne disparaissent pas complètement. Il n’est pas question alors de dialoguer avec l’autre, de lui donner l’occasion de faire un bon coup et admirer le paysage est une distraction qui peut entrainer la défaite. Même le plaisir élémentaire associé au mouvement s’estompe devant la satisfaction du moi. Les latins disaient satis habere pour avoir assez, être content et satis facere, pour être satisfait. Le vainqueur du match de tennis est sûr d’avoir fait assez, il éprouve donc un sentiment de satisfaction, doublé d’un sentiment de satispossession  s’il reçoit aussi une récompense en argent. Une telle satisfaction est un plaisir du moi qui peut aller jusqu’au paroxysme, mais qui exclut la plénitude.

    ***

    Inspiration ou  motivation

    On disait jadis mobile. Le succès, assez récent, du mot motivation doit beaucoup, aux expériences sur le conditionnement et en particulier à la psychologie béhavioriste. La motivation vient de l’extérieur. On motive un chien à faire telle ou telle chose en lui donnant une récompense chaque fois chaque fois qu'il a la réaction attendue.  Le rôle des cheerleaders dans le sport professionnel est de motiver les joueurs. Les salaires faramineux ont la même fonction. Staline motivait les travailleurs de l’empire soviétique en placardant sur les murs des usines une photo du mineur Stakhanov, lequel augmentait chaque jour sa productivité.

    L’inspiration vient de l’intérieur et s’apparente à la fois à l’impulsion et à l’intuition. Il va de soi qu'on provoque la motivation, tandis qu'il faut s’abstenir de chercher l’inspiration.  Elle désigne un enthousiasme qu'il faut savoir attendre: «Vous ferez votre tragédie quand votre enthousiasme vous commandera; car vous savez qu'il faut recevoir l'inspiration et ne la jamais chercher». (Voltaire, Lett. Chabanon, 1766.). L’inspiration est le fruit de l’abandon. Elle dispense de s’offrir en spectacle. Un skieur inspiré par le paysage n’a pas besoin de cheerleaders pour terminer sa descente. (Voir les dossiers Motivation et Inspiration de l’Encyclopédie de l’Agora.

    ***

    Émulation ou compétition

    L’émulation est à l’abandon et à l’inspiration, ce que la compétition est à la volonté et à la motivation. L’émulation repose sur un sentiment positif, elle est le désir d’imiter, jusqu’à la dépasser  une personne admirée, mais la dépasser n’est pas le premier but. Tandis que la compétition est fondé sur un sentiment négatif : la rivalité. La volonté de dépasser l'autre l’emporte sur le désir de l’imiter. (Voir les dossiers Émulation et compétition de l’Encyclopédie de l’Agora)

    ***

    Endurance ou prouesses

    L’endurance est la force sans gloire, sans panache, elle nous ramène aux époques où l’on marchait par nécessité ou pour son salut, elle est l’exploit des humbles, comme on le voit dans l’excursion vers le Lac Trois-Saumons racontée dans les Mémoires de Philippe Aubert de Gaspé : un vieux paysan guilleret réduit de jeunes aristocrates un peu téméraires à l’épuisement total.

    Il entre de la volonté dans l’endurance, mais c’est une volonté entièrement appliquée à soi-même où, au lieu de viser un objectif ambitieux, on reste collé au présent avec le seul souci d’avancer pas à pas. Par là l’endurant s’apparente au flâneur, à cette nuance près que le premier obéit à la nécessité tandis que le second s’abandonne à ses caprices.

    L’endurant a le respect des limites, il compose avec elles, ce qui l’oppose au faiseur de prouesses, lequel veut toujours sauter plus haut, courir plus vite et ne trouve satisfaction que dans l’extrême. Il défie le temps et l’espace tandis que l’endurant les habite.

     

    Annexe

    La société malade de la gestion

    Tout se gère désormais, y compris l’enfance, la sexualité, la famille et les carrières des athlètes. Le sociologue Vincent de Gaulejac a écrit un livre intitulé Société malade de la gestion. Voici le résumé qui apparaît sur la couverture 4 du livre. Il suffirait de changer quelques mots dans ce texte pour obtenir un portrait de l’idéologie qui imprègne le sport de haute performance.

     «Sous une apparence pragmatique, la gestion constitue une idéologie qui légitime la guerre économique et l'obsession du rendement financier. Les " gestionnaires " installent en fait un nouveau pouvoir managérial. Il s'agit moins d'un pouvoir autoritaire et hiérarchique que d'une incitation à l'investissement illimité de soi dans le travail pour tenter de satisfaire ses penchants narcissiques et ses besoins de reconnaissance. 

    Il s'agit d'instiller dans les esprits une représentation du monde et de la personne humaine, en sorte que la seule voie de réalisation de soi consiste à se jeter à corps perdu dans la " lutte des places " et la course à la productivité. Or, pour comme pour mieux assurer son emprise, cette logique déborde hors du champ de l'entreprise et colonise toute la société. Aujourd'hui, tout se gère, les villes, les administrations, les institutions, mais également la famille, les relations amoureuses, la sexualité... 

    Le Moi de chaque individu est devenu un capital qu'il doit faire fructifier. Mais cette culture de la haute performance et le climat de compétition généralisée mettent le monde sous pression. Le harcèlement se banalise, entraînant l'épuisement professionnel, le stress et la souffrance au travail. La société n'est plus qu'un marché, un champ de bataille insensé où le remède proposé aux méfaits de la guerre économique consiste toujours à durcir la lutte. 

    Face à ces transformations, la politique, à son tour contaminée par le " réalisme gestionnaire ", semble impuissante à dessiner les contours d'une société harmonieuse, soucieuse du bien commun. Peut-on néanmoins échapper à l'épidémie ? Peut-on repenser la gestion comme l'instrument d'organisation et de construction d'un monde commun où le lien importe plus que le bien ? C'est en tout cas, la piste qu'ouvre ici le diagnostic du sociologue clinicien.»

    Vincent de Gaulejac, La société malade de la gestion, Éditions du Seuil, Paris 2005.

     

     

    Date de création: 2014-02-03 | Date de modification: 2014-02-05
    Loading

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2014-02-03
    Dernière modification:
    2014-02-05
    Extrait
    Ce n’est pas l’ensemble du corps, et encore moins l’ensemble de la personne qu'il faut développer pour atteindre un objectif précis à la course ou à la nage. Il faut au contraire renforcer un faisceau de muscles bien déterminé, ce qui a pour résultat, chez les nageurs par exemple, des épaules démesurées par rapport au reste du corps. Un des malheurs de l’esclave par rapport à l’homme libre c’est qu'il était souvent le spécialiste de certains gestes, ramer par exemple, qui déformaient son corps. L’homme libre s’il le voulait pouvait se développer harmonieusement par divers exercices, à quoi il pouvait, suivant le conseil de Platon ajouter la musique, la poésie pour que son corps devienne à la fois un signe apte à exprimer toute la gamme des sentiments et un instrument apte à accomplir une grande variété de tâches.

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...