• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Pensées d'hier pour l'action d'aujourd'hui

    Jacques Dufresne
    En marge du projet Radicalités convergentes


    Il y a plus de cinquante ans déjà, l’éthologiste Konrad Lorenz s’inquiétait de ce que, compte tenu de toutes les connaissances déjà acquises sur les torts infligés à la nature et à la vie, on ait si peu et si mal agi pour freiner ce glissement vers le pire. Il expliquait cette impuissance par le fait que les connaissances en cause, présentées le plus souvent sous forme de données chiffrées, restaient confinées au cerveau, n’atteignant jamais ces couches profondes de l’être où se forment les mobiles puissants. Cette profondeur est l’élément dans lequel pensent et respirent les auteurs que nous rassemblons dans le projet Radicalités convergentes. C’est pourquoi la familiarité, sinon avec chacun d’entre eux, du moins avec les pensées qu'ils ont en commun, nous apparaît comme une occasion unique de nous orienter vers ce que Edgar Morin appelle la Voie.

    Ces auteurs ont hélas! aussi en commun un handicap grave aux yeux de la majorité d’entre nous : ils appartiennent à un passé déjà lointain. Comment les y rejoindre et pourquoi? Aux contraintes et aux limites du passé, le progrès substitue des choix et des moyens pour les réaliser. Mille destinations, mille canaux de télévision, mille marques de voiture…Nous pouvons changer de sexe et même d’espèce en devenant posthumanistes. Et quand nous nous heurtons aux limites qui subsistent dans le monde réel, nous pouvons toujours nous réfugier dans le monde virtuel où tout est possible et permis. Étant naturellement portés vers l’ivresse du choix, comme Platon nous l’a rappelé, (voire le Mythe d’Er), comment pourrions-nous accorder quelque crédit à un passé où on en était privé.

    Il se trouve hélas! que cette ivresse a un coût écologique si élevé qu'elle est devenue contreproductive : elle détruit les conditions de sa possibilité dans l’avenir. Pire encore, la vie se retire devant la technique triomphante : elle se retire de l’humus sous le choc des produits chimiques, de la mer sous l’effet de la surpêche et du dessalement, des insectes sous le choc des pesticides systémiques…de nous-mêmes, à notre insu, pour les mêmes raisons environnementales et par l’atrophie de notre imaginaire, assailli d’images de machines et de lieux fonctionnels. Nous devenons ce que nous mangeons, ce que nous respirons et ce que nous voyons. Sans vie pour jouir de nos choix, nous ressemblerons bientôt à ces blasés revenus de tout sans être allés nulle part.

    Nous nous sommes enfermés dans la pire des contradictions : la liberté (au sens de choix) ou la vie! Deux biens aussi essentiels l’un que l’autre! Nous ne pourrons surmonter une telle contradiction qu'en cessant de confondre les libertés fondamentales, celles du citoyen responsable, avec les libertés superficielles, celles du consommateur capricieux.

    Ces faits, connus depuis longtemps, sonnent l’alarme, mais ils ne suffisent pas à nous réveiller de notre sommeil futuriste. Seules des personnes éveillées comme nos auteurs radicaux peuvent le faire, à la condition que nous les abordions avec une ouverture d’esprit active, créatrice, que nous ne rejetions pas ce que nous avons peine à comprendre.

    Que voulaient donc dire Mumford quand il constatait, en 1945, que la civilisation arrivait au terme de sa désintégration1 , Ellul quand, dix ans plus tard, il prédisait que le système technicien conduirait à une catastrophe mondiale.2 À quoi pensait-donc Simone Weil quand, à la fin de la décennie 1930, elle écrivait : «L’enfer c’est le paradis par erreur» et ajoutait «Tu ne pouvais pas être née à une meilleure époque que celle-ci où tout est perdu».3 Quel était ce tout mystérieux dont elle avait une si vive nostalgie? Pourquoi cinquante ans plus tard, Ivan Illich déplore-t-il l’humiliation du regard, de l’ouïe, du toucher, de l’odorat, quelle est cette réalité dont il déplore la perte: «nous nous livrons à d’atroces débauches de consommation d’images et de sons afin d’anesthésier notre sens de la réalité perdue.» 4

    Pour donner raison à ces grands esprits lucides, il nous faut faire le pari du passé, ne pas exclure qu'il renferme des accomplissements dont nous pouvons tirer mille leçons précieuses, faire l’hypothèse que la vie humaine est mémoire comme la vie en général. Sous sa forme la plus élémentaire, la vie est mémoire et la maladie, dans une large mesure, la perte d’un souvenir génétique. L’instinct est une mémoire fidèle entremêlée de choses apprises. N’est-ce pas cette mémoire vivante que les anciens aristocrates transposaient dans la culture par le souvenir de leurs ancêtres? Était-il bien nécessaire que nous renoncions à nos lignées pour devenir de bons démocrates? L’ignorance du passé, dit l’adage, nous condamne à en reproduire les erreurs. La vie, et c’est la première leçon que devrait nous apprendre l’évolution, se construit sur ses réussites. Entre les racines de l’arbre et les ailes de l’oiseau, n’y a-t-il pas un point d’équilibre : l’homme, debout? Le simple bon sens ne devrait-il pas nous inciter à voir dans l’oubli des racines le commencement de la pire des chutes?

    Le bon sens hélas! n’est pas la chose au monde la mieux partagée. Mais il arrive parfois qu'au fond de la détresse ou au sommet de la joie, nous sommes frappés, comme par l’éclair, par la lueur brève de la question radicale : Et si notre paradis était faux, artificiel? Si nous étions dans l’illusion comme le prisonnier dans la caverne de Platon? «L’enfer, disait Simone Weil, c’est le paradis par erreur.» Faut-il exclure que notre bonheur à ras le sol ne soit que l’alibi de l’extase des sommets? «La perte de l’âme est indolore,» disait Gustave Thibon. Attrition : usure par frottement dit mon dictionnaire. Se pourrait-il que nous soyons victimes d’attrition, que nos facultés les plus précieuses se soient usées à force de se frotter aux simulacres de la vie?

    C’est seulement dans la mesure où des interrogations de ce genre ont pu filtrer à travers notre agitation quotidienne que nous pouvons nous intéresser aux auteurs radicaux, mais alors, quand nous avons fait tous les efforts nécessaires pour sortir de notre caverne médiatique, quel enchantement. Un nouveau monde nous est donné à l’intérieur de celui-ci. Ce nuage qui court dans le ciel, je ne le voyais même pas, mais voici qu'il donne un sens à l’univers que j’aperçois enfin dans sa totalité. «Dans une culture en croissance, écrit Mumford, même les détails les plus triviaux de l’existence acquièrent un sens par leur appartenance au tout (whole). Dans une culture en désintégration, même les grandes ambitions et les plans audacieux sont insignifiants, parce que le sentiment vivant d’appartenance au tout a disparu » 5

    Autre risque : la standardisation. Presque tous les produits que nous achetons, à commencer par nos aliments, ont subi ce sort, nos fromages par exemple: ils étaient uniques et d’une qualité qui variait avec les conditions complexes et extrêmes dans lesquelles ils mûrissaient. Ils sont aujourd’hui standardisés: tous les mêmes, imperceptiblement meilleurs avant une certaine date et moins bons après.
    On peut dire de la standardisation ce qu'Auguste Comte a dit de l’esclavage, qu'elle« avilit l’homme au point de s’en faire aimer.» Ce que Günther Anders a pressenti avec une vive acuité : À propos d'un Américain, un certain T., qu'il a vu en extase devant des machines nouvelles présentées dans une exposition, Anders écrit : « Il a honte d'être devenu plutôt que d'avoir été fabriqué. Il a honte de devoir son existence – à la différence de produits qui, eux, sont irréprochables parce qu'ils ont été calculés dans les moindres détails – au processus aveugle, non calculé, ancestral de la procréation et de la naissance ». 6

    Demeurer un être unique dans les limites et les oscillations de la vie ou perdre toute identité en tant qu'objets fabriqués, participer aux archétypes en demeurant unique ou être conforme au prototype. Voilà l’essentiel de l’enjeu que nos penseurs radicaux nous invitent à explorer. La plupart de ces auteurs ont, comme les arbres de Novalis, des racines dans le ciel et des racines dans la terre, dans le transcendant et dans l’élémentaire. Ils sont étagés, ils ont des strates, correspondant aux divers moments du passé auxquels ils se sont le plus identifiés. Ces strates disparaissent lorsque disparaissent les racines dans le passé. Être réduits au présent c’est être étalé, unidimensionnel, dirait Marcuse. Et la vitesse, en accélération, avec laquelle nous avançons vers l’avenir nous comprime chaque jour davantage.

    Être étagé c’est être exposé à la division, à la contradiction, c’est aussi être appelé à l’harmonie : entre «la colombe, le serpent et le cochon»7 qui se partagent les diverses couches de notre être. C’est l’origine des grands idéaux de sainteté et de sagesse…le pressentiment de joies pouvant résulter du bon usage d’une liberté insoupçonnée : celle qui consiste à vivre de façon à devenir kalos kai agathos, beau et bon. Emportés vers l’avenir comme nous le sommes dans notre faux paradis, nous attendons tout des moyens extérieurs : un produit, une machine ne deviennent pas meilleurs de l’intérieur, ils deviennent plus performants, plus fonctionnels, grâce à de nouvelles pièces ajoutées. L’éternité elle-même est quantitative dans cette perspective.

    Il arrivait souvent dans l’ancienne chrétienté que l’on se représente l’éternité comme une durée indéfinie semblable à celle que nous proposent les nouveaux techniciens de l’immortalité. Ce qui inspira ce commentaire à Corneille :

    «Quand nous avons perdu le jour qui nous éclaire
    Cette sorte de vie est bien imaginaire
    Et le moindre moment d’un bonheur souhaité
    Vaut mieux qu'une si vaine et froide éternité.»

    Pour nous évader de la prison de l’avenir, il nous faut préférer le moindre moment d’un bonheur souhaité au prolongement indéfini de notre existence unidimensionnelle. Ce que la plupart de nos auteurs radicaux avaient compris : «L’expérience de la plénitude dans l’intégrité est la vraie réponse à la brièveté de notre vie. La personne éveillée s’efforce de vivre si bien chaque jour qu'elle puisse le considérer sans regret comme son dernier. Elle connaît une chose plus précieuse que l’espérance d’une longue vie. Elle sait qu'il existe des moments d’une plénitude, d’une intensité si vives, moments où toutes les dimensions de notre personne sont mobilisées dans un même acte ou une même intuition, que toute une vie rangée ne fait pas le poids par rapport à eux. Ces moments embrassent l’éternité. Et s’ils sont brefs, c’est parce que les hommes demeurent des créatures finies dont les jours sont comptés.» 8

    Dans ce réquisitoire en faveur des pensées d’hier, il n’a pas encore été question de l’action d’aujourd’hui. La chose la plus importante peut-être que nous apprennent nos auteurs radicaux c’est que nous refaisons le monde à notre image : il sera unidimensionnel, réduit au béton, au métal et au plastique dans la mesure où nous serons-nous-mêmes unidimensionnels. Il sera harmonieux, dans la mesure où nous serons nous-mêmes assez étagés pour être capables d’harmonie. Il restera vivant si nous consentons à respecter en toutes choses la limite.

    Notes

    1-Lewis Mumford, The Conduct of Life, Harcourt, Brace Jovanovich, New York 1951, p.222
    2-Jacques Ellul, Le système technicien, le cherche midi, Paris 2004.
    3-Simone Weil, La pesanteur et la grâce, Paris, Plon 1948, p.102
    4-Ivan Illich, La perte des sens, Fayard, Pairs 2004, p.160
    5-L.Mumford, op,cit. p.217
    6-Günther Anders, L’Obsolescence de l’homme, Éditions Ivrea, Paris, 2002, p.38
    7-Frédéric Nietzsche, Le gai savoir

    Sévère et doux, grossier et fin
    Familier et étrange, malpropre et pur,
    Rendez-vous des fous et des sages :
    Je suis, je veux être tout cela,
    En même temps colombe, serpent et cochon


    8-L. MUmford, op.cit. p 291

    Date de création: 2014-09-11 | Date de modification: 2014-09-15

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2014-09-11
    Dernière modification:
    2014-09-15

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    L’IA (intelligence artificielle) et le transhumanisme forme un couple solide. On imagine mal un transhumaniste qui ne serait pas aussi un inconditionnel de l’IA; quant aux spécialis...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...