• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'expert prédateur et les finances publiques

    Jacques Dufresne

    L’avantage d’un vrai débat public avant une opération austérité c’est qu’il permet de dégager des priorités qui donneront sens ensuite à chacune des décisions. Quand, pour gagner du temps, on refuse un tel débat, on accroît le risque d’un sentiment général d’injustice. Le problème, écrivait Michel David dans Le Devoir du 27 novembre, «c’est qu’au gouvernement chacun a ses priorités.» Rien n’empêche toutefois de lancer un débat parallèle au milieu de la cascade des coupures. C’est ce qu’a fait l’économiste Pierre Fortin à RDI économie le 21 novembre dernier. «Il faut, a-t-il dit, cesser d’écraser les missions autres que la santé. Au cours des 6 ou 7 dernières années, le PIB s’est accru de 25% et les dépenses de santé de 40%.» On sait d’autre part que la santé représente déjà près de la moitié des dépenses publiques.

    C’est cette tendance qu’il faut d’abord briser. Et pas seulement pour des raisons comptables. Nous présenterons ici d’autres raisons tout en dégageant certains critères en vue d’une liste de priorités.

    S’attaquer d’abord au gaspillage en santé, n’est-ce pas ce que le gouvernement a fait en lançant son projet de réforme dès le début de son opération austérité et en étalant sur un plus grand nombre d’années les augmentations des honoraires des médecins? C’était là en réalité un écran de fumée. Les économies découlant de la réforme ne seront que des égratignures selon Pierre Fortin. Pour ce qui est des honoraires des médecins, ces derniers avaient déjà gagné la grande bataille au moment de la négociation sur l’étalement : De 2007-2008 à 2012-2013, la masse salariale des médecins s’était déjà accrue de 50%. Et qu’en est-il des dernières décisions précisées dans la loi 20? Accroître la productivité des médecins est sans doute une bonne décision politique, mais cela pourrait accroître les dépenses de santé au lieu de les réduire. Seule la décision de limiter les dépenses en procréation assistée s’attaque au problème de fond, la médicalisation de la population.

    Pénurie de héros dans les médias

     Comment dans ces conditions expliquer qu’une question comme celle des pratiques mafieuses du Big Pharma et de ses effets ruineux sur les finances publiques ne soit pas en ce moment au cœur du débat public? Comme nous le rappelle Andrée Mathieu dans cette Lettre, l’héroïsme peut consister pour un journaliste ou une personnalité publique à dire efficacement la vérité, si impopulaire soit-elle. Personne ne peut ignorer l’exemple donné par la jeune pakistanaise Malala Yousafzai. Les humoristes ont la cote dans notre société et ils sont en principe plus libres que le journaliste ou l’élu puisqu’ils travaillent à leur compte. Quels sont ceux parmi eux qui, mettant leur humour au service du bien commun et de la vérité, font ici un travail comparable à celui du trio Colbert, Oliver, Stewart aux États-Unis? Sur la question des médicaments, il y a eu l’an dernier de bons articles et de bons reportages ici et là, mais personne n’a enfoncé le clou. Or, tous dans les médias devraient savoir que les premiers coups de marteau, avec le pour et le contre, distraient le lecteur plus qu’ils ne l’informent et ne le convainquent. Quand on a bien choisi sa proie, il faut s’acharner sur elle, jour après jour en haussant le ton et en ajoutant de nouvelles preuves en crescendo. Il ne suffit pas de dire la vérité, il faut la conduire à destination. Deux journalistes du Washington Post, Bob Woodward et Carl Bernstein, ont pu ainsi à eux seuls, ou presque, obtenir la destitution du président Nixon. Charles Péguy avait joué un rôle semblable dans l’affaire Dreyfus. Et ici, au Canada, en prenant la défense de Wilbert Coffin, Jacques Hébert a non seulement fait œuvre de justice, mais lancé un débat qui a conduit à l’abolition de la peine de mort. Aujourd’hui, Alain Denault et Gabriel Nadeau-Dubois méritent autant d’admiration.

    L’expert prédateur 

    Qui dans ces conditions peut opposer une vraie résistance à celui d’où nous viennent tant de nos maux, dans le domaine de la santé notamment: l’expert prédateur?

    Je viens de renouveler la licence du système antivirus de mon ordinateur. Tout dans l’information qu’on me présentait d’abord conspirait à faire porter mon choix sur un produit coûteux que je ne désirais pas.  Après au moins une heure de tâtonnements, j’ai fini par trouver le produit que je cherchais. Sans m’en rendre compte j’avais livré bataille à deux équipes d’experts bien payés pour me manipuler, la première en informatique, la deuxième en marketing.

    Il en est ainsi dans une foule de domaines. Avez-vous déjà tenté de négocier une assurance pour une vieille maison isolée? Un de mes voisins l’a fait et devant les obstacles qui s’accumulaient au fur et à mesure qu’il précisait ses questions, il a renoncé à toute assurance. On nous trompe même sur les dates de péremption de la viande. Pour être à égalité avec le vendeur, le consommateur aurait besoin d’être lui-même entouré d’experts. Seul, il lui faut des vertus héroïques pour défendre efficacement ses intérêts.

    Plus l’acheteur peut être présumé ignorant et sans défense devant le vendeur (c’est toujours le cas lorsque la teneur intellectuelle d’un bien est forte), plus il faut s’attendre à ce que l’acte de vente ressemble  à une prédation. C’est l’explication du succès des loteries. Pour résister à la tentation d’acheter un billet, il faut pouvoir opposer au désir du gros lot un raisonnement, un calcul situé  à un haut niveau d’abstraction auquel la plupart des gens n’ont pas facilement accès. Faut-il ajouter que dans ce cas les experts en marketing et en communications sont des prédateurs d’une redoutable efficacité?

    Quand les États gèrent eux-mêmes les loteries, ils donnent aux entreprises privées un exemple dont ils seront eux-mêmes les premières victimes. À leur niveau, en effet, les pressions prédatrices sont encore plus fortes. Le phénomène prend des proportions alarmantes dans trois domaines en particulier : les travaux publics, l’informatique et la santé. Si dans ces secteurs, l’État n’a pas à son service des experts plus compétents que ceux des fournisseurs, il est cuit. La Commission Charbonneau en a fait la démonstration pour ce qui est des travaux publics. Il serait facile de faire la même démonstration à propos de l’informatique. Quant à la santé, voici la situation : d’un côté, la richissime industrie pharmaceutique finance par la publicité les revues destinées aux professionnels du milieu,  assume une partie du coût des congrès, exerce un contrôle croissant sur les revues savantes, soutient financièrement les associations de malades, est partenaire des États pour le financement de la recherche médicale, et enfin, elle n’hésite pas à utiliser des procédés de marketing mensongers, frauduleux et à l’occasions mafieux. Le mot mafieux a ici un sens précis : on commet un crime, on paie l’amende (les corporations sont à l’abri de la prison) et on récidive. Et pour comble de bonheur commercial, la cible de tous ces experts ce sont des émotions encore plus fortes que le désir du gros lot : la peur de souffrir et de mourir. Quel est le rapport de force? Du côté de l’État payeur qu’y a-t-il ? Bien caché à l’intérieur de l’obscur INESSS (Institut d’excellence en santé et en services sociaux) se trouve un organisme, interdit de parole sur la place publique, ayant pour mission l’évaluation des médicaments. À lire cette interview du professeur Peter Gotzsche: Médicaments meutriers et crime organisé.





    Alors que, compte tenu des milliards et des vies humaines en cause, l’État ne devrait pas hésiter à dépenser des dizaines de millions par année pour opposer à ses tout puissants fournisseurs une équipe d’experts en communication, en évaluation et en gestion, avec pour mission d’informer la population aussi bien que le gouvernement. À quoi il faudrait ajouter quelques détectives.

    L’effet Virchow

    La mission santé, en plus de bénéficier d’un traitement de faveur, se réduit de plus en plus au pouvoir médical et est centrée sur l’hôpital. Quant à la prévention consistant à agir sur les déterminants de la santé, elle est remplacée en fait et dans l’esprit des gens par ce dépistage précoce dont la principale conséquence sera de faire commencer plus tôt la médicalisation de la population. Les coupures actuelles dans les missions sociales et environnementales renforcent cette tendance. Tout cela finira par nuire à la santé elle-même. Ce danger est manifeste à l’échelle des familles. Si, comme il arrive fréquemment aux États-Unis, tous les membres de la famille se privent de bonne nourriture et de sport en plein air pour pouvoir payer les frais médicaux, on peut être assuré qu’à moyen terme la morbidité s’accroîtra dans cette famille, provoquant une hausse des frais des privations encore plus néfaste. Le même phénomène se produit de façon plus discrète dans toute société quand elle est soumise aux mêmes conditions. Il s’agit d’une rétroaction positive, semblable à celle qui accélère de façon exponentielle la fonte des glaces au Pôle nord. Au début le processus est lent parce que la glace renvoie les rayons solaires vers leur source, mais bientôt la terre apparaît et le processus s’emballe. Le fait que ledit processus soit difficile à mesurer dans le cas de la santé n’enlève rien à son caractère incontestable. Nous pourrions l’appeler l’effet Virchow en souvenir du fondateur du premier système de santé publique, dans l’Allemagne de Bismarck. Rudolf Virchow, un biologiste célèbre - on lui doit la théorie cellulaire - disait de la médecine qu’elle était une science sociale : il faut aussi, précisait-il, soigner la société, réduire les inégalités et améliorer les conditions de travail dans les mines et les usines.

    Rendement décroissant

    L'économiste français Jean-Paul Moatti faisait le point récemment sur cette question: «Dans le secteur de la santé  contrairement à d'autres secteurs de l'économie, plus il y a de progrès technique, plus l'investissement nécessaire pour améliorer la santé est élevé. Gagner une année de vie supplémentaire coûte de plus en plus cher. C'est ce qu'on appelle la loi des rendements décroissants.»

    Cela soulève une question qui devrait être au coeur de tout débat public sur la santé: quel est le seuil au-delà duquel un dollar investi dans la lutte contre la pauvreté, par exemple, contribue plus à la santé de la population qu'un dollar investi dans le sytème de santé? Cette question soulève un problème de communication et de perception qui se règle presque toujours en faveur du système de santé. La lutte contre la pauvreté prévient imperceptiblement une foule de maladies, mais dans l'imagination des gens, ce succès ne fait pas le poids par rapport à une seule guérison magique rendue possible par une innovation technique coûteuse. À ce jeu, la raison est toujours perdante, ce qui explique la croissance incontrôlable des dépenses de santé. Les médias sont aussi responsables que les autorités publiques de cette situation, Dans ce domaine, comme dans d'autres, il faut avoir le courage de critiquer l'opinion générale pour l'élever, se rappeler que la bonne démocratie n'est pas fondée sur l'hypothèse que le citoyen a toujours raison, mais sur celle qu'il n'échappe pas toujours à l'ignorance.

    La sécurité et la dépendance ou le risque et l’autonomie

    Par rapport au besoin de risque, qui devrait l’équilibrer, le besoin de sécurité est si fort aujourd’hui qu’il précipite les gens dans une dépendance à l’égard de la médecine que tout, d’autre part, favorise. Dans ce qu’on pourrait appeler le nouveau paradigme médical, l’objectif est d’être en permanence relié au Système ou à des logiciels de diagnostic. Nature et culture régressent pendant ce temps en tant que source d’autonomie et conditions de la santé. Est-ce souhaitable? Toute politique de santé qui dépasse les questions comptables doit proposer une réponse à cette question. C’est cette réponse qui nous dira si les nouveaux gadgets de diagnostic seront ou non couverts par l’assurance santé.

    Annexe

    Voulez-vous savoir si votre gouvernement est disposé à sortir le système de santé de cette impasse, demandez-lui s’il est prêt à approuver ces trois initiatives, ce qui serait un premier pas dans la bonne direction :

    Le Sunshine Act - Transparence santé

    En 2007, deux sénateurs américains déposaient un projet de loi intitulé Sunshine Act. La loi a été votée. Elle oblige les industries médicales, à commencer par les compagnies pharmaceutiques, à rendre publics les cadeaux qu'elles font aux médecins sous diverses formes, C’est le CMS (Centers for Medicaid & Medicare Services) qui a la responsabilité de divulguer les données. D’autres pays, la France, le Danemark et l’Écosse, ont adopté une loi semblable dans le but d’éliminer les conflits d’intérêts dans le secteur de la santé. Le CMS a déposé son premier rapport le 30 septembre 2014. En 2013, sur une période de 5 mois, l’industrie pharmaceutique a versé 3,5 milliards de dollars à 546 000 médecins américains. En France, l'initiative s'appelle Transparence Santé. Plusieurs organismes font pression pour que le Canada se joigne au mouvement. Il eût été intéressant de savoir quelle place auraient occupé nos médecins ministres sur une liste canadienne.

    Le NAP

    En Australie, on a déclaré la guerre au marketing des compagnies pharmaceutiques. Une cinquantaine d’éminents médecins ont lancé un mouvement appelé NAP (No Advertising Please) visant à interdire les visites des représentants des compagnies pharmaceutiques dans les bureaux de médecin. Le but de l’opération est de réduire le nombre de prescriptions inappropriées. C’est là une forme de prévention quaternaire. Les médecins australiens sont invités à placer à l’entrée de leur bureau une affiche indiquant que les visites de représentants sont interdites. Une telle interdiction n’aurait-elle pas encore plus de sens ici où les dépenses de santé représentent 11.2 % du PIB alors qu'en Australie elles sont limitées à 8.9%? Autre occasion d’omission pour nos ministres médecins.

    La prévention quaternaire

    Même dans le milieu médical, plusieurs ignorent l’existence de la prévention quaternaire. C’est dire à quel point ce milieu est réfractaire à une autocritique qui aurait pour effet de réduire considérablement le gaspillage en santé. Depuis le 10 octobre dernier, nos médecins, qu'ils soient ministres ou seulement ministrables, ne peuvent pas ignorer cette innovation puisqu’elle a été l’objet d’un article du docteur Pierre Biron dans l’Actualité médicale.

    Une idée révolutionnaire, mine de rien. «La prévention quaternaire, indique le docteur Biron, protège bien portants et patients des méfaits associés aux tests, interventions ou traitements inutiles. On doit l’expression abrégée «P4», au généraliste belge Marc Jamoulle qui la définit comme la «prévention de la médecine non nécessaire, de la surmédicalisation ». La P4 évite aux payeurs publics un gaspillage colossal, tandis que la « vraie » prévention passe d’abord par le statut économique, éducationnel, environnemental, occupationnel et social, et non par le surdiagnostic ou le surtraitement. On pourra difficilement prendre au sérieux nos ministres médecins s’ils ne mettent pas la prévention quaternaire au sommet de leur liste de mesures d’austérité. L’omission dans ce cas sera criante.»

    Date de création: 2014-11-30 | Date de modification: 2014-12-01

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2014-11-30
    Dernière modification:
    2014-12-01

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    L’IA (intelligence artificielle) et le transhumanisme forme un couple solide. On imagine mal un transhumaniste qui ne serait pas aussi un inconditionnel de l’IA; quant aux spécialis...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...