• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Le corps intelligent

    Gabor Csepregi
    Introduction par Jacques Dufresne et extraits.

     

    Un ami que j’invitais à lire Le corps intelligent de Gabor Csepregi a immédiatement attiré mon attention sur un autre livre qui vient de paraître sous le titre de La révolution de l’intelligence du corps. Une autre révolution dans les neurosciences? Comme Antonio Damasio nous le rappelle dans Looking for Spinoza, les chercheurs dans ce domaine se partagent en deux camps : ceux qui croient pouvoir tout expliquer par le cerveau, un cerveau qu'ils assimilent à l’ordinateur et ceux qui sont persuadés que l’ensemble du corps participe à la connaissance.

    Les auteurs de La révolution de l’intelligence du corps, Rolf Pfeiffer et Alexandre Pitti, appartiennent à ce deuxième courant: «En allant à rebours de l’approche « penser, c’est calculer », qui a été l’axe principal de la recherche en intelligence artificielle jusque dans les années 1980, La Révolution de l’intelligence du corps développe l’idée que l’intelligence a besoin d’un corps pour interagir avec l’environnement, selon le contexte et l’instant. Cette proposition a priori simple — mais qui est une nouvelle façon de voir l’intelligence — a des implications fortes pour qui veut comprendre les organismes vivants dans leur complexité, mais aussi pour qui veut concevoir des robots plus proches des organismes vivants dans leur façon de fonctionner.»

    Le lien entre la recherche et la robotique n’a rien de rassurant, mais ce n’est pas la question qui nous intéresse ici. C’est ce que les auteurs appellent une nouvelle façon de voir l’intelligence. Si leur approche est novatrice, ce ne peut être que par rapport au domaine étroit des sciences cognitives et des neurosciences. «Rien dans l’intelligence qui n’ait d’abord passé par les sens,» disaient déjà Aristote et à sa suite saint Thomas. Spinoza poussera plus loin encore l’union de l’âme et du corps et au début du vingtième siècle, Ludwig Klages dira que le corps est «le signe de l’âme et l’âme le sens du corps.» 

    Klages s’inscrit d’une part dans la tradition romantique allemande et d’autre part dans un courant, l’anthropologie philosophique, auquel son ami et son maître, le Hongrois Melchior Pelagyi a apporté une contribution majeure. Le même Pelagyi est l’une des sources de Gabor Csepregi, lequel a consacré récemment un article au célèbre penseur hongrois dans la revue Existentia.[i]

    Les premiers paragraphes de cet article, consacrés au principe de polarité, permettent de comprendre et de situer la démarche de Gabor Csepregi dans Le corps intelligent.  «Observer, analyser et comprendre la vie humaine dans sa totalité, plutôt que de se limiter à un certain nombre de dimensions choisies, demeure un idéal pour les adeptes de l’anthropologie philosophique. Alors que chaque science, qu'il s’agisse d’une science humaine ou d’une science naturelle, étudie l’être humain avec des méthodes de plus en plus spécialisées, l’anthropologie philosophique ne renonce pas à saisir l’être humain dans sa totalité et dispose d’un large éventail d’outils méthodologiques. Elle ne se limite pas à accumuler un vaste ensemble de connaissances théoriques et pratiques. Elle vise plutôt à rassembler, théories, observations, études, autour de principes directeurs plus ou moins explicites. L’un de ces principes est que la recherche doit être entreprise en prenant considération les changements survenant dans les sociétés et le progrès des connaissances scientifiques des capacités et du comportement humains. Melchior Pelagyi respecte ces exigences.[…] Il s’efforce de rassembler toutes les caractéristiques, formes et manifestations de la vie humaine dans une perspective dynamique où les interactions et les influences réciproques se produisent et s’imposent.

    «Le principe directeur de Pelágyi (le leitmotiv de l’œuvre de sa vie) le principe de polarité, met en lumière cet accent mis sur les interactions et influences mutuelles. La polarité ne signifie pas que les pôles sont en opposition l’un par rapport à l’autre, mais plutôt qu'ils sont complémentaires et s’enrichissent même mutuellement. Les pôles fondamentaux sont la vie et l’esprit, Lebendigkeit et  Geisttigkeit. Pour nous, humains, l’unité de ces deux réalités n’est jamais complètement réalisée. Nous devons seulement nous efforcer de les réunir dans une parfaite harmonie. La tension, la souffrance, l’erreur, la mort demeurent des composantes nécessaires de la vie humaine.[…] D’entrée de jeu, Pelágyi fait cette mise en garde : ''La source de la possibilité de toute erreur humaine il faut la chercher dans le fait que nous considérons comme relevant de l’esprit ce qui est simplement vital, et comme vital ce qui relève de l’esprit.''»

    La vie dont il est question ici n’est pas celle des biologistes contemporains qui, en majorité encore, la réduisent aux lois de la physique et de la chimie. C’est celle des romantiques allemands ou encore celle qu'évoque Erwin Chargaff quand il écrit : «La vie consiste dans l’intervention continuelle de l’inexplicable.[ii] Dans Le corps intelligent, Gabor Csepregi reprend à son compte l’idée de polarité et en fait son propre principe directeur. Son vécu d’athlète revêt dans ce contexte une importance déterminante. L’anthropologie philosophique n’est pas une science qui mesure des phénomènes, mais une réflexion qui en éclaire les affinités et les antagonismes. Cette réflexion vaut ce que vaut le vécu qui l’alimente.

    Gardons-nous de confondre l’intelligence du corps, telle que l’entend Gabor Csepregi, avec celle que nous prêtons aux machines sophistiquées comme les nouveaux téléphones cellulaires. L’adjectif intelligent n’est pas justifié dans ce cas. Dans quelle mesure est-il justifié quand il est appliqué au corps? Le livre de Gabor Csepregi contient des réponses à cette question, réponses dont certaines vont jusqu’à soutenir que le corps a ses valeurs morales.

    C’est seulement à la lumière de son propre vécu que l’on peut comprendre les réflexions d’un tenant de l’anthropologie philosophique comme Gabor Csepregi.

    On lira plus loin des passages choisis de son livre correspondant à des vécus divers. Celui qui ne se reconnaîtra pas dans l’un se reconnaîtra dans l’autre. Libre à chacun d’approfondir une question en reprenant la même réflexion pour son compte à partir de l’une de ses expériences. Ce que j’ai moi-même fait à partir d’une expérience que Gabor Csepregi m’a aidé à comprendre.

    Il y a quelques décennies, j'ai amené un couple d’amis et leur bébé de deux ans en promenade sur une colline où pâturait un troupeau devenu à demi-sauvage. Imprudent, j'ouvrais la marche avec le bébé sur mes épaules, quand j'ai vu le troupeau s'avancer en triangle vers nous. Le chef de file grattait la terre agressivement avec ses pattes avant. Mon corps a littéralement congédié ma raison pour prendre lui-même les commandes. J'avais la tête froide au sens le plus littéral du terme, du moins c'est ce que je ressentais. J'étais au même moment envahi par le sentiment de ma responsabilité. Et j'ai fait ce qu'il fallait faire. J'ai donné à entendre aux bêtes que j'étais le plus fort par un cri qui les a arrêtées temporairement. Elles ne bougeaient pas tant que je leur faisais face. Mais je ne pouvais pas reculer, à cause des roches dont le sol était jonché. En cas de chute, le bébé aurait pu se fracasser le crâne. J'ai donc joué à lumière rouge, lumière verte avec les taureaux. Je me retournais et je faisais quelques pas vers le bas de la colline.  Les bêtes en profitaient pour se rapprocher de moi. Je leur faisais face de nouveau. C'est ainsi que je me suis rendu à la clôture. Mes amis se sont reprochés de ne m'avoir pas porté secours. Je leur ai répondu: Vous ne pouviez que me nuire, vous avez  bien fait d'écouter  votre corps et de fuir. Il fallait bien que je puisse tendre le bébé à quelqu'un de l'autre côté de la clôture.» Je ne tire aucune vanité de cette expérience, tout simplement parce que ce n’est pas moi, mais mon corps qui a bien agi. J’ai éprouvé un sentiment de responsabilité si vif qu'il remplissait tout l’espace de ma conscience. J’avais fait preuve d’une grande imprudence. Toute personne normale aurait éprouvé le même sentiment à ma place. Ce que je ne comprendrai sans doute jamais, c’est le fait que je sois passé, sans transition consciente, d’un sentiment de responsabilité absolue à une parfaite maîtrise de la situation par mon corps. Je note aussi le rôle clé joué par le souvenir précis d’un jeu de mon enfance : lumière rouge, lumière verte. J’ai raconté cette histoire à Gabor Csepregi. Il m’a dit que je commençais à comprendre l’intelligence du corps. 

    Le corps intelligent : quelques extraits.

     Le chiffre entre parenthèses à la fin de chaque extrait indique la page du livre d’où il est tiré.

    ***

    L’abstraction croissante

    La diffusion rapide des mécanismes techniques a eu pour effet de nous faire perdre nos contacts immédiats, intuitifs, avec les réalités tangibles. Nous vivons dans un monde marqué par une abstraction (Entsinnlichung) croissante, comme le souligne Arnold Gehlen. La division du travail et les progrès de la mécanisation et de l’automatisation ont réduit considérablement le contact sensoriel des travailleurs avec les diverses réalités matérielles – la pierre, le fer, le bois. Notre pouvoir sur notre environnement naturel s’accroît, mais au détriment de notre interaction corporelle avec notre milieu physique. La quête de domination et de contrôle ne saurait se déployer sans un recul de «l’engagement personnel immédiat dans l’industrie et le commerce ». Par conséquent, comme le signale Albert Borgmann, le désengagement du corps entraîne une dégénérescence, une atrophie graduelles des habiletés originales des travailleurs. (2)

     

    ***

    Ces portes qui s’ouvrent devant nous et qui ferment notre corps.

    Dans de nombreux endroits publics – les banques, les magasins, les bibliothèques – les portes s’ouvrent toutes seules devant nous. Nous rencontrons plus d’objets que nous ne le faisions il y a cinquante ans, mais au prix d’une réduction du nombre et de la variété des mouvements requis.(5)

    ***

    La superintelligence

    Ces mécanismes fournissent une « superintelligence », comme le montre Albert Borgmann, mais au détriment de la présence corporelle. « Le sensorium superintelligent, en raison de sa vaste portée et de sa finesse, présente à nos yeux et à nos oreilles le monde entier, rendant immobile et inutile le reste du corps humain. La symétrie entre le monde et le corps est ravalée au rang d’un rapport entre un monde peut-être somptueux mais superficiel et une personne hyperinformée mais désincarnée. » La désincarnation est associée non seulement à l’hyperinformation, mais aussi à un détachement du monde. Elle produit une tendance à ignorer les résonances subtiles du corps et, par conséquent, favorise une certaine distance émotive à l’égard des objets et des personnes. (7)

    ***

    Le moi incarné et le moi désincarné

     R. D. Laing établit une distinction entre le moi incarné et le moi désincarné. Le premier « est impliqué dans ses désirs charnels et dans leur satisfaction ou leur frustration », tandis que le second considère le corps « plus comme un objet parmi d’autres objets dans le monde que comme le noyau de son être ». Le moi désincarné est un moi performant, en ce sens que, préoccupé par les apparences, il déploie un comportement calculé, contrôlé et conscient de soi. Il dissimule ses humeurs et ses désirs sous une apparence parfaitement homogène ; de plus, il s’exprime et agit de manière artificielle. Lorsque l’être personnel devient continuellement objet d’examen critique, sa capacité d’actions spontanées, de configurations rythmiques complexes et de déploiement de gestes mimétiques créatifs se trouve paralysée. (7)

     

    ***

    Le corps isolé n’existe pas

    Vous ne comprendrez jamais un corps vivant si vous vous entêtez à le traiter comme une structure mécanique autonome, non rattachée à un contexte plus vaste. (8)

    ***

    Le corps requiert autant de soin que l’esprit

     L’éducation n’a pas seulement pour but, selon Huxley, la transmission verbale de connaissances abstraites – des idées, des théories, des renseignements. Il y a bien plus à faire que de simplement aiguiser les facultés intellectuelles des étudiants. Le corps requiert autant de soins et d’attention que l’esprit. « Notre fonction, en tant qu’éducateurs, est de découvrir comment l’être humain peut tirer le meilleur parti possible des deux mondes – le monde de l’intelligence verbalisée, consciente de soi, et le monde des intelligences non conscientes, immanentes à l’esprit-corps, et toujours prêtes, si nous leur en donnons la chance, à faire ce qui serait impossible à l’ego non assisté23. » Cette chance est accordée à l’intelligence corporelle lorsque les étudiants apprennent l’art de combiner relaxation et effort, « l’art de laisser libre cours » (13)

     ***

    L’abandon détaché

    Pourtant, aussi poussée soit la préparation de l’athlète, un but spectaculaire ou une course battant tous les records reste toujours un événement imprévisible. Rares sont les performances mémorables qui soient imputables à un contrôle réflexif et à un calcul minutieux. Les performances mémorables sont le fait d’athlètes qui adoptent une attitude d’abandon détaché, et laissent leurs impulsions et leurs forces physiques organiser leurs mouvements. (66)

     ***

    Bannir la drogue pour protéger la créativité du corps vivant

    S’il faut bannir toute drogue des compétitions sportives, comme le soutiennent maintes voix avec raison, c’est précisément à cause de la capacité qu’ont ces substances de repousser les limites du corps et, partant, de réduire au silence la spontanéité naturelle du corps – d’occulter ce corps qui peut décevoir comme il peut satisfaire nos ambitions. Le sport demeure une activité humaine signifiante, si et seulement si la manifestation des énergies impondérables du corps peut s’y déployer. (67)

    ***

    Les bons interprètes

    Tous les bons interprètes manifestent un désir profond d’éviter la répétition mécanique et, tout en ayant présente à l’esprit  l’essence de l’oeuvre, ils embellissent consciemment leur jeu en y apportant des modifications expressives. Certains vont plus loin et réagissent même spontanément à de nombreuses variables momentanées, faisant de leur prestation une aventure excitante. (74)

     ***

    Le corps, cet anti conformiste

    Pourquoi exalter, après tout, la spontanéité corporelle ? Soumis aux exigences continuelles de conformité extérieure et à l’érosion grandissante de l’autonomie, nous avons en quelque sorte perdu la capacité de prêter l’oreille à nos sentiments, à  nos convictions ou à nos désirs, et d’agir en fonction d’eux. Nous préférons nous en remettre à des formulations stéréotypées ou à des conventions protectrices plutôt que de suivre notre voix intérieure. En dernière analyse, une telle propension au conformisme favorise l’érosion graduelle d’un élément essentiel de notre fibre morale – le sentiment intuitif qui distingue le bien du mal. Nos sentiments, certes, doivent être formés, instruits ; mais plus nous leur faisons confiance, plus nous y trouvons un principe d’orientation approprié. (82) 

    ***

    Le corps cœur de l’éthique

    Le cœur de l’éthique se situe au-delà de toute réglementation rigide. Il se fonde sur nos intuitions lumineuses et créatives, sur notre sens aigu de l’exceptionnel et s’apparente donc à la spontanéité au sens large. (84)

     Mimétisme et empathie selon Walter Benjamin

    Dans le même ordre d’idées, Ulrich Schwartz estime que la théorie de Benjamin comprend une affirmation anthropologique fondamentale. « La faculté mimétique rend d’abord possible l’expérience du monde en un sens empathique.» Les divers aspects, les diverses qualités de l’environnement ne sont plus perçus dans un rapport de confrontation, mais accueillis dans une relation d’engagement, de participation. La capacité mimétique inclut donc non seulement le don de produire des similitudes, mais également le potentiel corporel sur lequel nous misons pour agir à l’unisson avec le monde et le percevoir avec sympathie et sollicitude (109)

     ***

    Ignorer pour savoir

    Samuel Butler affirme avec justesse, dans son ouvrage remarquable, que le déploiement d’une habitude exige de moins en moins de contrôle et de réflexion avec le temps. La réflexion et l’attention peuvent même avoir un effet nocif, puisqu’elles entraînent l’incertitude et l’hésitation. L’absence de contrôle et de conscience, par ailleurs, favorise une performance harmonieuse et efficace. De là le paradoxe : ce que nous connaissons, nous ne le connaissons pas en ce sens que nous n’en sommes pas conscients. Nous savons vraiment conduire une embarcation ou jouer un instrument lorsque nous n’avons pas conscience de notre savoir. (145)

    ***

    Pierres vivantes

    Voyez l’art avec lequel, dans une église romane, les sculpteurs ont représenté des animaux de pierre qui se mordent l’un l’autre ; ils ont réussi à conférer à la pierre l’un des aspects fondamentaux de la vie tant humaine qu’animale : le toucher. Voyez ces œuvres qui mettent en relief la sollicitude aimante des mains, la douceur du visage : quelle vivacité mystérieuse ! Certains personnages semblent s’adresser au spectateur, voire exprimer un souhait, une préoccupation. Nous retournons volontiers voir ces sculptures, mus par une admiration qui tient à la présence d’un souffle de vie dans une matière inerte sous la main habile de l’artiste. (169)

     ***

    Ce corps qui parfois se laisse aimer

    Dans un passage magnifique, Merleau-Ponty compare le corps au langage. À l’instar de la parole, le corps n’est ni un pur instrument, malléable à volonté, ni une fin en soi, cherchant uniquement à dominer. Pourtant, à certains moments, notre corps, sans but précis, savoure son autonomie et son pouvoir. « Quelquefois, et c’est alors que nous avons le sentiment d’être nous-mêmes, il se laisse animer, il prend à son compte une vie qui n’est pas absolument la sienne. Il est alors heureux et spontané, et nous avec lui. » La source de cette jouissance réside avant tout dans un sentiment d’harmonie et d’unité qui tient à la disparition de la tension habituelle entre le Je et le corps. (174)

    ***

    «Les calculateurs calculent mal.»

    Dans un court essai remarquable, Heinrich von Kleist met en garde ses lecteurs contre les conséquences indésirables des excès de raisonnement et de calcul, les invitant à réfléchir après une action, et non avant. La réflexion entrave le déploiement harmonieux des mouvements et gêne la manifestation bénéfique des énergies corporelles. À l’instar du lutteur qui, pour gagner, doit agir en fonction de l’inspiration du moment, nous devrions réagir aux défis inattendus en renonçant à un travail ardu et prolongé de la pensée pour nous en remettre avec confiance à un pouvoir que dégagent nos sentiments corporels.      « La vie est un combat avec le destin, et il en va de l’action comme de la lutte. [...] Celui qui ne prend pas la vie à bras le corps comme ce lutteur et n’éprouve pas, ne ressent pas dans tous ses membres les méandres du combat, les résistances, les pressions, les esquives et les réactions : celui-ci n’imposera jamais ce qu’il veut, dans aucune discussion ; encore moins dans une bataille »  (179)

    Plus nos actes sont guidés par notre volonté consciente, moins nous réussissons. Lorsque nous tentons désespérément de bien skier ou danser, nous accumulons les erreurs. Il vaut mieux aborder les choses autrement. Au moment d’agir, nous devons abandonner toute tentative de contrôle conscient de nos mouvements et nous fier aux diverses ressources de notre corps. En somme, nous devons nous débarrasser de tout effort laborieux et de toute planification calculée, et éviter d’interférer dans le fonctionnement infaillible de notre corps – le « sentiment merveilleux » (herrliche Gefühl) qui habite notre corps ingénieux. 180

     La synthonie

     La syntonie concerne la faculté fondamentale d’établissement d’un contact harmonieux et sympathique avec le monde quotidien. Nous parvenons à un accord entre nous-mêmes et tout ce qui nous occupe – l’arbre que nous émondons, la grue en origami que nous confectionnons ou la nourriture que nous disposons dans une assiette. La syntonie tient, au-delà de l’expérience de vibrer à l’unisson avec quelque chose, au caractère du contact que nous établissons avec notre propre corps. Nous ne l’affrontons plus, mais nous laissons ses impulsions, ses énergies et ses capacités ingénieuses guider nos actions. Certaines personnes sont vraiment accordées à leur environnement. Elles vivent en ayant noué des liens sympathiques avec leur environnement parce qu’elles ont acquis, dès leur jeune âge, l’art de « laisser libre cours », de considérer comme un partenaire le corps qui les porte et de donner libre cours à son fonctionnement autonome et créatif. À mon sens, la transmission de cet art à nos enfants est l’une des tâches majeures de toute éducation. (180)  

     



    [i]Existentia, Vol.21/ 2011, Budapest, Frankfurt, Miami, Gabor Csepregi Theory of imagination and its significance for philosophical anthropology,  p.119=131

     [ii]Erwin Chargaff, Heraclitean Fire, New York, Rockfeller University Presse, 1970, p.20

     

    Date de création: 2014-02-03 | Date de modification: 2014-02-05
    Loading

    Informations

    L'auteur
    Vice-recteur à l'enseignement et à la recherche à l'Université de St-Boniface Manitoba (Canada)

    Date de création:
    2014-02-03
    Dernière modification:
    2014-02-05
    Extrait
    Pourquoi exalter, après tout, la spontanéité corporelle ? Soumis aux exigences continuelles de conformité extérieure et à l’érosion grandissante de l’autonomie, nous avons en quelque sorte perdu la capacité de prêter l’oreille à nos sentiments, à nos convictions ou à nos désirs, et d’agir en fonction d’eux. Nous préférons nous en remettre à des formulations stéréotypées ou à des conventions protectrices plutôt que de suivre notre voix intérieure. En dernière analyse, une telle propension au conformisme favorise l’érosion graduelle d’un élément essentiel de notre fibre morale – le sentiment intuitif qui distingue le bien du mal. Nos sentiments, certes, doivent être formés, instruits ; mais plus nous leur faisons confiance, plus nous y trouvons un principe d’orientation approprié. (82)

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...