• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Jusqu’où peut-on repousser les limites du corps humain?

    Thomas de Koninck
    Contribution au panel du 26 mars 2014 sur le transhumanisme le posthumanisme, avec les professeurs Gilbert Hottois et Céline Lafontaine, organisé conjointement par la Chaire AELIES de l'Université Laval et la Commission de l'éthique en science et en technologie.

                  J’ai un ami plutôt exigeant, très direct, presque grossier parfois, qui m’a tenu des propos dont je voudrais vous faire part, car il s’agit de la question qu’on nous pose ce soir, et je ne sais trop quoi lui répondre. Que lui répondriez-vous à ma place? J’ai grand besoin de votre aide. Voici ce qu’il prétend, en trois étapes :

    1/ La question est piégée au départ et on y flaire d’emblée ce que Whitehead appelait la fallacy of misplaced concreteness, «la localisation fallacieuse du concret», ou, si vous voulez, la substitution de l’abstrait, d’un aspect isolé, partiel, au concret, qui est toujours le tout vivant, «ce qui croît ensemble» -- du verbe latin concrescere -- , par exemple justement ce corps vivant, ce corps humain en pleine vie et mouvement, sentant, pensant, aimant etc.

    S’agit-il de performance athlétique? Les Jeux Olympiques nous renseignent régulièrement à ce sujet. S’agit-il de perceptions sensibles? Les arts et les sciences nous permettent de dépasser ces dernières, par-delà la panoplie merveilleuse que nous offrent d’abord les sens de la vue, de l’ouïe, du toucher, du goût, etc. S’agirait-il de la pensée proprement dite? Elle s’avère d’emblée infinie, comme le manifestent déjà la main et la langue (voir André Leroi-Gourhan, Le geste et la parole), l’inépuisable créativité humaine, la quête de sens qui n’a de cesse. Elle dépasse les frontières des sens, voire de la raison elle-même, vers des réalités invisibles. S’agirait-il de l’intuition? De l’expérience inouïe de la beauté? S’agirait-il de la gamme et du registre de l’affectivité, de la passion, à commencer par l’amour, que la musique, par exemple, fait renaître en nous avec d’infinies nuances?  Les neurosciences ne nous révèlent-elles pas chaque jour, pour leur part, l’exquise organisation du cerveau humain, et donc du corps humain dont il n’est qu’une partie essentielle, comme d’autres parties non moins essentielles, telle le cœur?

    Aucune de ces parties, aucun de ces aspects particuliers n’est le corps humain, c’est-à-dire le corps de chacune et de chacun d’entre nous en cette salle, par exemple. Chaque fois, c’est de tout cela et bien plus, du tout si prodigieusement structuré que nous sommes, qu’il s’agit, dont les capacités sont, on le voit, proprement infinies. Il ne s’agit nullement d’une sorte d’ego et de corps séparés l’un de l’autre, il s’agit du corps que l’on est et non que l’on aurait -- à la manière d’un vêtement, par exemple; il s’agit d’une perception de soi comme unitaire; d’un «je sens/je me sens» accompagnant tous les états de conscience. La vision crûment dualiste héritée d’une certaine lecture de Descartes est manifestement fausse.

    Bref, lorsque Bergson insistait que la qualité principale de l’homme, c’est la capacité de se dépasser lui-même, ce sont bien ces innombrables capacités de notre être à chacune et à chacun de nous qu’il visait. Elles n’ont pas de limites et le corps humain se transcende constamment grâce à elles, chaque fois que nous assumons notre responsabilité, c’est-à-dire notre authentique liberté.

    Or voici qu’on déclare pourtant : The Singularity is Near («La singularité est proche»), le titre d’un ouvrage désormais classique datant de 2005, par un transhumaniste bien connu, Ray Kurzweil. «La singularité», pour les transhumanistes, désigne le moment où l’esprit humain sera supplanté par l’intelligence artificielle, dont la croissance serait supposément exponentielle. La date prédite par Kurzweil est 2045 (retenez cette date, les jeunes ici présents, vous m’en donnerez des nouvelles!). Ce qui est visé c’est la fusion du vivant et de la machine – l’Homme-Machine de La Mettrie (publié en 1748) redivivus.  Il s’agit par conséquent d’une visée beaucoup plus radicale et réductrice que la simple amélioration des capacités physiques, cognitives, de l’humeur, de la longévité, de la qualité du vieillissement etc., qui est aussi ancienne que la médecine, et qui se contente d’un  recours à de nombreux moyens thérapeutiques pour des fins non thérapeutiques. Dans les excellents termes de Jean-Michel Besnier, nous avons affaire bien plutôt à «l’utopie de la sortie de soi de l’humain qui caractérise si bien les dépressifs disposés à fusionner avec les machines, à se débarrasser du corps -- de «la viande» -- auquel ils reprochent sa vulnérabilité, à se laisser happer par les délices de la virtualisation […]. Incapable d’affronter la complication de l’existence, le dépressif consent à se laisser réduire à l’élémentaire des comportements résilients, au pulsionnel de la vie animale, aux automatismes de la vie machinique. L’animal comme la machine s’imposent à lui comme un alibi à la haine de soi»[1].

                Non seulement, dès lors, réduirait-on le corps humain à une fonction prétendument «intellectuelle», mais on réduirait l’intelligence elle-même à des fonctions algorithmiques, lesquelles sont si peu «intelligentes» qu’elles sont plus efficacement assumées par des machines, comme la profusion de gadgets qui agrémentent nos vies le démontrent assez. Bref, c’est à une régression, et pas du tout à un progrès, que nous sommes invités par le transhumanisme et le posthumanisme en question.

    2/ Mais il y a pis encore, si c’est possible, poursuit mon ami, à savoir la dimension éthique. Dans un entretien tout récent accordé à la revue Cités, un autre transhumaniste notoire, Bruce Benderson, affirme sans ambages ce qui suit : «Les gens avec l’intelligence, l’éducation et/ou les richesses pour augmenter leurs corps et leurs cerveaux deviendront une espèce qui aura des pouvoirs très supérieurs à ceux de l’espèce humaine. Je parle de l’évolution dans le sens darwinien du terme. Les gens qui, pour une raison ou une autre, n’évolueront pas dans le même sens, s’ils existent, deviendront l’espèce humaine incapable de survivre ou ne pouvant survivre que pour servir d’esclaves ou de viande pour les autres (comme les vaches aujourd’hui)». Et Benderson de déplorer ensuite qu’on s’avère «fixés sur des questions morales»[2].

    Voilà donc ressurgir le spectre du totalitarisme, où l’on fait fi de l’éthique, témoin Auschwitz. Au siècle dont nous sortons, deux idéologies, le nazisme et le léninisme avec ses versions stalinienne, maoïste, cambodgienne et autres, ont relégué les massacres de jadis au rang de performances d’amateurs. Et comme l’a rappelé Hannah Arendt, le nazisme, pour un, «était pris dans une logique d’épuration toujours à perfectionner qui aurait dû englober des catégories de plus en plus vastes si l’expérience n’avait été arrêtée après douze ans»[3]. Or le transhumanisme révèle lui aussi, nous l’avons entrevu, une haine de l’humain qui confine à la barbarie. Christian Godin l’a bien résumé : «Mais alors que jadis l’idée de changer la réalité venait de la magie, aujourd’hui, elle s’appuie sur les technosciences et l’économie. C’est l’un des grands triomphes du capitalisme contemporain que d’avoir fait basculer la fantasmatique humaine dans la sphère économique. Nous sommes entrés dans l’ère des délires financièrement rentables. La barbarie, dont on connaît la puissance de séduction, est la destruction de l’humain et de la civilisation. Le transhumanisme et le posthumanisme doivent être résolument dénoncés comme des formes de barbarie. L’homme augmenté est un individu sans affectivité, ni sensibilité»[4]. On se souviendra avec quel à-propos Adorno, dans Éduquer après Auschwitz,  dénonçait «l'idéal de la dureté» dans l'éducation promue par les Nazis, le jugeant «parfaitement erroné» -- un «masque à un masochisme» qui «ne s'associe que trop facilement au sadisme»[5].

    3/ Le plus ironique, ajoute mon ami, c’est que ce soit au moyen de ce mal là qu’on prétende éradiquer des maux comme la maladie, la mort etc., par une fuite en avant qui ne devrait pourtant tromper personne. S’avérant incapables de guérir encore beaucoup trop de cas de cancer, de sida etc. etc., on déplace le problème en projetant la fabrication de zombies à venir qui, eux, seront «immortels»! «Les technologies vont-elles faire de nous des surhommes immortels ou des légumes assistés par ordinateur?», demande le journaliste Xavier de la Porte[6]. Déjà en 1965, André Leroi-Gourhan ne constatait-il pas que le «paradoxe biologique du robot […] hante l’esprit humain depuis des siècles à travers les automates»? «À l’image, ajoutait-il, de l’ancêtre singe […], expression d’un repli nostalgique vers les profondeurs, s’oppose non pas l’image spirituelle de l’ange ou du corps glorieux, mais celle de l’homme parfaitement fabriqué, double mécanique de l’Anthropoïde, dans la constellation qui fait graviter, autour de l’homme de chair, Tarzan, l’astronaute et le robot…»[7].

    À de telles visions à la fois prométhéennes et narcissiques s’oppose celle de toutes les cultures, car, à toute époque, un fragment de tragédie, une épigramme, un texte législatif, un proverbe, une inscription funéraire, un conte, une chanson, une œuvre d’art, une œuvre de sagesse, auront témoigné de ce que Paul Ricœur a décrit avec bonheur comme « une exigence plus vieille que toute formulation philosophique» ; cette exigence a toujours été que « quelque chose est dû à l’être humain du seul fait qu’il est humain »[8]. La reconnaissance de cette exigence se précise à mesure que s’affirment les civilisations, la plus remarquable étant celle qu’on y accorde d’emblée aux plus faibles et aux plus démunis, la place centrale de la mansuétude et du respect à l’égard des humains en état de dépendance et de faiblesse. En Inde, les Lois de Manu, d’origine ancienne, déclarent: «Les enfants, les vieillards, les pauvres et les malades doivent être considérés comme les seigneurs de l’atmosphère». Je pourrais donner une liste de propos semblables de toutes origines, mais le temps manque pour cela. C’est la fragilité, mieux encore, la vulnérabilité de l’être humain qui est alors mise de l’avant pour signifier sa grandeur? Pourquoi donc, faut-il se demander.

    Omniprésente également dans l’expérience humaine consignée en toutes les cultures est la question du spirituel, de la transcendance, du religieux. Nul n’est contraint d’y adhérer, mais la question est là, de même que celle de l’après-vie, dont témoigne magnifiquement le célèbre soliloque de Hamlet (To be or not to be…) qui, selon Levinas, montre que «le néant est impossible».

    Non moins absente des visions réductrices en cause est la communication humaine, aspiration pourtant fondamentale et paradigme central de la culture, qui est tout autre chose que l’information. Elle est recherche de l’autre et partage entre des personnes concrètes, grâce par-dessus tout au langage, mais aussi à l’empathie, ce qui exclut le «virtuel».

    4/ Mais je dois conclure et arrêter ici la charge de mon ami, tout en vous demandant à nouveau quoi lui dire.

    Pour ma part, je me contenterai d’avancer qu’il faut sans doute de toute façon «remplir le mot», selon une belle expression de Saint-Exupéry dans Citadelle. Quel mot? J’entends ici le mot humanisme qui en a tellement besoin, tant il est galvaudé. Pour citer Saint-Ex: « […] Il convient en permanence de tenir réveillé en l’homme ce qui est grand et de le convertir à sa propre grandeur»[9].

    Et de conclure qu’il n’est dès lors pas de tâche plus vitale pour nos sociétés – d’autre priorité absolue pour nos gouvernements -- que l’éducation et la culture, dont le sens est précisément de porter à des sommets toujours plus élevés le potentiel inouï qui définit notre humanité proprement dite, nos corps inclus. Convenons ensemble que l’université s’avère un bon lieu pour le dire et pour tenter d’y contribuer.

                                                               Thomas De Koninck

                            Chaire «La philosophie dans le monde actuel», Université Laval



    [1] Jean-Michel Besnier, D’un désir mortifère d’immortalité. À propos du transhumanisme,  dans le dossier Aujourd’hui, le post-humain?, Cités 55 2013, p. 22-23; et cf. Simone Bateman et Jean Gayon, De part et d’autre de l’Atlantique : enhancement , amélioration et augmentation de l’humain, in L’humain augmenté, dir. Édouard Kleinpeter,  Paris, CNRS Éditions, 2013, p. 32.

    [2] Cités, op. cit. p. 75-76.

    [3] Rémi Brague, que je cite et paraphrase ici, renvoie à Hannah Arendt, The Origins of Totalitarianism (1951), New York, Schocken, 2004, p. 533, dans Cités, op. cit. p. 102; cf. 101.

    [4] Christian Godin, Cités, Op. Cit. p. 88-89.

    [5] Theodor  W. Adorno, «Éduquer après Auschwitz», in Modèles critiques, trad. M. Jimenez, E. Kaufholz, Paris, Payot, 1984, p. 211-212.

    [6] L’homme, une machine comme les autres?, Beaux-Arts Magazine, no. 346, avril 2013, p. 34.

    [7] André Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, II- La mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel, 1965, p. 51.

    [8] Paul Ricœur,  « Pour l’être humain du seul fait qu’il est humain », dans Les enjeux des droits de l’homme, sous la direction de Jean-François de Raymond,  Paris, Larousse., 1988, p. 233-237. Je reprends ici des propos que j’ai déjà tenus ailleurs.

    [9] Antoine de Saint-Exupéry, Citadelle, in Œuvres, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1954, respectivement p. 580-581; 552.

    Date de création: 2014-06-14 | Date de modification: 2014-08-30

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2014-06-14
    Dernière modification:
    2014-08-30
    Extrait
    Les technologies vont-elles faire de nous des surhommes immortels ou des légumes assistés par ordinateur?», demande le journaliste Xavier de la Porte[6]. Déjà en 1965, André Leroi-Gourhan ne constatait-il pas que le «paradoxe biologique du robot […] hante l’esprit humain depuis des siècles à travers les automates»? «À l’image, ajoutait-il, de l’ancêtre singe […], expression d’un repli nostalgique vers les profondeurs, s’oppose non pas l’image spirituelle de l’ange ou du corps glorieux, mais celle de l’homme parfaitement fabriqué, double mécanique de l’Anthropoïde, dans la constellation qui fait graviter, autour de l’homme de chair, Tarzan, l’astronaute et le robot

    Documents associés


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    L’IA (intelligence artificielle) et le transhumanisme forme un couple solide. On imagine mal un transhumaniste qui ne serait pas aussi un inconditionnel de l’IA; quant aux spécialis...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...