• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition
    Jacques Dufresne

    JACQUES ELLUL (1912-1994)

    Parmi les conditions de la réussite de la conférence de Paris, ( du 30 nov. 2015 au 11 déc. 2015) il y a la connaissance des auteurs qui, depuis un siècle, ont sonné l’alarme à propos de divers aspects de la crise que traverse l'humanité. Nous avons regroupé ces pionniers en trois catégories: critique du progrès, écologie, pensée systémique.

    PROJET 50 PIONNIERS : ENC. LAUDATO SI', CONFÉRENCE DE PARIS
    SECTIONS : CRITIQUE DU PROGRÈS, ÉCOLOGIE, PENSÉE SYSTÉMIQUE

    JACQUES ELLUL (1912-1994), CRITIQUE DU PROGRÈS, DE LA TECHNIQUE


    Jacques Elllul (1912-1994) était professeur de philosophie à l'Université de Bordeaux. Il est l'auteur d'une quarantaine de livres et de centaines d'articles. Dans son ouvrage le plus important, Le système technicien, il a démontré que la technique constitue un système. Voilà pourquoi, aux États-Unis notamment, où il est mieux connu que dans son propre pays, la France, Ellul est au centre du débat et de la réflexion sur la technique.

    Du bon et du mauvais usage de la technique

    Si Mumford eut au début de sa carrière quelques illusions sur l’influence que l’homme peut exercer sur la technique, Jacques Ellul, pour sa part, semble être né sans illusions. Dès 1954, il s’indigne contre cette maxime de la pensée naïve qui renaît sans cesse de ses cendres: «Ce n’est pas la technique qui est mauvaise, c’est l’usage qu’on en fait» (Jacques Ellul, La technique ou l’enjeu du siècle, Paris, A. Colin, 1954, p. 90). Il faut méconnaître la technique pour penser ainsi. [...] Elle obéit à la causalité. Aucune fin morale ne l’infléchit. Oui il y a un bon et un mauvais usage de la technique. Mais le mauvais usage est une erreur technique, non une faute morale. L’automobiliste qui bousille son moteur en fait un mauvais usage.

    L’homme aurait donc été dépassé, submergé par sa propre invention’ Disons plutôt qu’il a enclenché au début des temps modernes un processus tel qu’il allait ensuite se développer selon sa logique propre, indépendante des fins qu’on pourrait tenter de lui assigner de l’extérieur.

    Qu’est-ce que la technique?

    Dans sa définition de la technique, Ellul distingue l’opération du phénomène. L’opération technique recouvre tout travail fait avec une certaine méthode, pour atteindre un résultat. «Le phénomène technique est la préoccupation de l’immense majorité des hommes de notre temps de rechercher en toutes choses la méthode absolument la plus efficace» (ibid. p. 19).

    En toutes choses: cela veut dire que rien ne doit échapper au souci de l’efficacité. À l’époque où Ellul écrivait ces lignes, les Américains Masters et Johnson étudiaient l’orgasme scientifiquement de manière à pouvoir proposer des techniques plus efficaces pour le provoquer.

    Et il ne suffit pas que la méthode nouvelle soit plus efficace que la précédente, il faut qu’elle tende à devenir la méthode parfaite. Dans les Jeux Olympiques de l’Antiquité, les records n’existaient pas. On était le premier ou le dernier, mais jamais le premier ou le dernier absolument. Les records dans les Olympiques modernes, eux-mêmes assimilés au phénomène technique, illustrent bien la tendance générale actuelle.

    Les conquêtes récentes de la technique


    En 1954, Ellul se limite à analyser les caractères du phénomène technique et à dresser la carte de ses conquêtes récentes: l’école, le travail, la médecine, l’état. Nous retiendrons de ce livre l’analyse de la façon dont les dernières techniques se partagent la tâche de refaire l’homme. Dans les camps de concentration, explique-t-il, les techniciens de la mort ont commis l’erreur de s’attaquer à l’homme, de front, à chaud et globalement. «On n’avait pas pris la précaution d’anesthésier les victimes. L’opération technique s’effectuait à chaud, dans les larmes, dans les séparations familiales, dans les contraintes. Maladresse insigne, mépris absolu de la sensibilité des hommes» (ibid., p. 351).

    «Une telle erreur ne se reproduira pas. L’homme à refaire sera d’abord dissocié de ses diverses parties... dont un spécialiste s’occupera ensuite impunément, sans faire scandale, sans donner l’impression, et sans l’avoir lui-même, que son but est de refaire l’homme entier». La technique, précise Ellul, ne peut être efficace que si elle est spécialisée. Pendant qu’un expert s’occupera des gènes, un autre s’occupera de l’apprentissage scolaire, un troisième du comportement sexuel, etc.

    Efficacité


    Efficace, la technique le sera en un double sens. Elle atteindra le résultat visé, et elle pourra s’appliquer sans soulever des tempêtes de protestation. «L’application mesurée de la technique est le point de départ de la dissociation. Nulle part, personne ne déclare: Nous technicisons l’homme, nous soumettons l’homme à la technique [...] et ainsi parce que dans aucune des techniques appliquées à l’homme on ne retrouve pas l’homme entier, on s’en lave les mains et on déclare que l’homme reste intègre dans cette aventure» (ibid., p. 352).

    Le système technicien


    En 1977, Le système technicien paraît enfin. La technique -- en tant qu’opération comme en tant que phénomène -- constitue un système, explique Ellul, à partir d’une définition de la notion de système établie selon les règles, compte tenu notamment de l’ouvrage de Bertalanffy, Théorie générale des systèmes, paru un 1973.

    Ellul retient d’abord le caractère général suivant: «Le système est un ensemble d’éléments en relation les uns avec les autres de telle façon que toute évolution de l’un provoque une évolution de l’ensemble et que toute modification de l’ensemble se répercute sur chaque élément» (Jacques Ellul, Le système technicien, Calmann-Levy, Paris 1977 p. 88).

    Les caractères du système technicien

    L'autonomie

    «Technique autonome, cela veut dire qu’elle ne dépend finalement que d’elle-même, qu’elle trace son propre chemin, qu’elle est un facteur premier...» (ibid., p. 137).

    Autonome signifie littéralement: qui suit sa propre loi. Le vivant est autonome; la loi de sa croissance et de son mouvement est en lui. Dire que la technique est autonome, c’est aussi dire qu’elle est une action, non une réaction. C’est le milieu sur lequel elle agit qui réagit à elle, qui s’adapte. Elle ressemble à l’invité de marque en l’honneur duquel on organise une réception. Quand il fait son entrée, tous les regards se tournent vers lui. L’impuissance totale du vivant face à la technique est une conséquence de son autonomie. La politique elle-même est impuissante. «C’est la politique qui est de plus en plus réduite par la technique, et incapable aujourd’hui de diriger la croissance technicienne dans un sens ou dans l’autre» (ibid., p. 141).

    Dans les bureaux, sont-ce les plantes vertes, les fontaines, les boiseries vivantes, douces au toucher qui déterminent l’atmosphère... ou plutôt les moniteurs, les fils, et les processeurs?

    Déjà dans les chambres d’hôpitaux, les choses les plus visibles sont les tubes et les bouteilles, c’est-à-dire la réplique technicisée du système circulatoire. La réplique du système nerveux s’ajoutera à l’ensemble.

    Et dans sa propre maison, on quittera ses invités du voisinage pour aller poursuivre sur Internet une discussion plus intéressante; le convivial devra s’adapter au technique comme ce fut le cas pour la télévision.

    L'unité

    Dire que la technique constitue un système, c’est dire qu’elle est caractérisée par l’unité. Tout se tient. Pas d’élevage industriel sans antibiotiques. Mais là où l’élevage industriel est possible, l’élevage traditionnel n’est plus rentable. Pour rentabiliser l’élevage industriel, il faut par la sélection réduire la variété biologique. Cette réduction entraîne dans les troupeaux des séquelles qui rendent de nouveaux médicaments absolument nécessaires. Dans l’élevage industriel, le contrôle de la reproduction va de soi. Les vaches ne pourront donc plus vêler n’importe quand. Le débit de lait produit sera constant. Les cultivateurs qui auront survécu à la mutation ne vivront plus selon le temps de la nature mais selon le temps réglé de la technique. La vie sociale s’en ressentira, il faudra des techniques d’intervention spécialisées pour réparer les bris dans l’homme.

    Tout cela rendra souhaitables une connaissance et une maîtrise plus grande des gènes, ceux des hommes comme ceux des animaux, chose réclamée aussi par les médecins, les employeurs, les policiers, les militaires et les banquiers...

    Génétique et informatique feront leur fusion. La transmission de l’information par ordinateur facilitera la tâche des chercheurs travaillant à l’établissement de la carte du génome.

    Manipulations génétiques d’un côté. Les vivants pourront être refaits de l’intérieur. De l’autre, au même moment, grâce à la chirurgie esthétique, assistée par les logiciels de traitement de l’image, modification de l’apparence extérieure.

    Les recherches en génétique et en médecine rendront possible l’élevage industriel du poisson, du saumon par exemple. Autre débouché pour les antibiotiques: tous les élevages. Et bientôt l’ensemble des mers et des océans: car les poissons d’élevage transmettent leurs nouvelles maladies à leurs homologues demeurés sauvages. Etc.

    L'universalité

    Le phénomène technique, dit Ellul, est la recherche en toutes choses de la méthode absolument la plus efficace. Voilà l’universalité. En toutes choses: partout et dans tous les domaines.

    Partout: Le réseau Internet est le symbole parfait de cette universalité géographique en même temps qu’il en est l’outil. L’universalité implique la substitution de rites et de symboles identiques à des rites et des symboles locaux. Le système technicien est un univers qui se constitue lui-même en système symbolique.

    Dans tous les domaines! Il existe des techniques de guérison par le rire, par la détente, par la méditation, des techniques de mort douce et de libération par les larmes, etc.

    La totalisation

    Ce qui compte dans le système technicien, c’est moins chacune des parties que le système de relations et de connexions entre elles. L’ordinateur-communicateur illustre bien la totalisation: il est le point de rencontre d’un grand nombre de séries causales: en navigation la boussole, en mathématiques, en physique, en chimie, en recherche informatique, et il est lui-même un lien entre pratiquement toutes les activités humaines.

    Le progrès technique


    Dans son analyse de la technique, Ellul range le progrès technique, le système technicien en mouvement, dans une catégorie à part - dont il fait également la caractérologie. Il distingue ici encore quatre caractères principaux: l’auto-accroissement, l’automatisme, la causalité, l’absence de finalité et l’accélération.

    Comme il y a des rapprochements possibles entre ces caractères et ceux que nous venons d’évoquer, nous nous limiterons à quelques commentaires sur l’accélération. La thèse d’Ellul est que l’accélération est une caractéristique du projet technique et qu’elle va se poursuivre - mais ailleurs; ailleurs, c’est-à-dire non plus dans le secteur de la production des biens de consommation mais dans ce que Baudrillard appelle les techniques de réparation. Nous sommes au milieu de la décennie 1970. Ce qui s’est passé depuis dans le secteur des communications justifie la prédiction d’Ellul.

    Ellul constate lui-même dans son dernier livre Le bluff technologique que non seulement ses vues sur l’accélération étaient justes, mais qu’en informatique en particulier, l’accélération a été plus rapide que prévu. Il apparaît clairement dans ce livre qu’aux yeux d’Ellul, le caractère totalitaire de la technique est de plus en plus manifeste. Entre 1977 et 1990, date de la parution du Bluff technologique, il y eut ce que Ellul appelle «la grande innovation». Et cette grande innovation c’est la fin de la résistance à la technique!

    La grande innovation

    Jusqu’alors, on s’était toujours soucié de l’impact du progrès technique. Dans les sociétés, comme dans les consciences individuelles, la rencontre d’un présent dominé par une technique qui discrédite le passé provoquait un choc qui faisait apparaître la nécessité de certains ajustements, de certaines adaptations. La publication d’utopies comme Le meilleur des mondes, de Huxley, illustrait à la fois le choc entre le passé et le présent et le souci d’assurer la transition entre l’un et l’autre.

    Ce souci n’existe plus désormais. «Or, c’est ici que s’est produit depuis quelques années ce que je peux appeler la Grande Innovation.[...] On a cessé de heurter de front les obstacles et les refus. On a cessé de vouloir rectifier les disfonctions de la technique par action directe» (Jacques Ellul, Le bluff technologique, Hachette, Paris 1990, p. 34).

    Ellul avait compris, comme Debord, que la technique constitue elle-même le spectacle qui la légitime. C’est précisément la jonction entre les techniques du spectacle (dont font partie les nouvelles techniques de communication et d’information) et les techniques de production qui a rendu possibles l’encerclement et la réduction des derniers points de résistance. «Personne n’a pris le commandement du système technicien pour arriver à un ordre social et humain correspondant. Les choses se sont faites, par la force des choses, parce que la prolifération des techniques médiatisée par les médias, par la communication, par l’universalisation des images, par le discours humain (changé), a fini par déborder tous les obstacles antérieurs, par les intégrer progressivement dans le processus lui-même, par encercler les points de résistance qui ont pour tendance de fondre, et cela sans qu’il y ait de réaction hostile ou de refus de la part de l’humain, parce que tout ce qui lui est dorénavant proposé d’une part dépasse infiniment toutes ses capacités de résistance (dans la mesure où il ne comprend pas le plus souvent de quoi il s’agit), d’autre part est dorénavant muni d’une telle force de conviction et d’évidence que l’on ne voit vraiment pas au nom de quoi on s’opposerait. S’opposer d’ailleurs à quoi? On ne sait plus, car le discours de captation, l’encerclement, ne contient aucune allusion à la moindre adaptation nécessaire de l’homme aux techniques nouvelles. Tout se passe comme si celles-ci étaient de l’ordre du spectacle, offert gratuitement à une foule heureuse et sans problème» (ibid., pp. 34-35).

    Ellul analyse le système technicien devenu totalitaire aussi rigoureusement, aussi froidement même que s’il s’agissait d’un chemin de fer ou d’un aqueduc. On est même tenté de lui reprocher de se mettre en contradiction avec lui-même en utilisant la meilleure méthode possible pour dénoncer et démasquer un phénomène qui consiste précisément à rechercher... la meilleure méthode possible en toutes choses.

    De toute évidence, c’est délibérément que Ellul a couru ce risque. Qui l’aurait entendu, qui l’aurait suivi si, au lieu de mettre la grande machine à disséquer sur sa table de dissection, il avait évoqué, sur le mode poétique, la façon dont elle menace le «secret de l’homme», l’authenticité de sa vie?

    La grande rigueur de Ellul est aussi une forme de pudeur. Il est devenu indélicat, indécent même parfois d’évoquer la vie et sa spontanéité dans un contexte où le luxe, le calme et la volupté du poète ont été remplacés par le confort, l’agitation et l’excitation. Pudeur imparfaite! L’attachement passionné de Ellul pour les choses menacées affleure souvent, surtout dans les premiers livres, à travers la froide critique destinée à les protéger. Ces choses menacées ce sont «le secret de l’homme», et la vie. «[...] la technique attaque l’homme, l’atteint profondément dans ses sources vitales, le blesse dans son secret même; nous avons vu que l’un des objectifs de certaines de ces techniques de l’homme est de le dépouiller de son secret» (La Technique ou l’enjeu du siècle, op.cit. p. 377).

    Les traditions sont aussi menacées. Ellul est protestant. Il y a sans doute bien peu de groupes humains qui sont aussi attachés à leurs traditions que les protestants français, qui ont encore les yeux tournés vers les cavernes où leurs ancêtres avaient trouvé refuge.

    Rites et méthodes

    Les choses léguées par la tradition sont d’abord des rites immuables, plutôt que des méthodes perfectibles à l’infini. L’amélioration des méthodes, qui est au coeur du phénomène technique, a pour but de gagner du temps. Nous sommes des coureurs olympiques. Chaque jour, nous avons un record à abattre. Dans la plus sage des hypothèses, nous nous donnons tout ce mal pour accumuler un capital de temps dont nous pourrions un jour disposer. Dans la moins sage, notre lutte incessante contre le temps est notre façon de goûter à l’éternité.

    Dans les sociétés traditionnelles, on ne pouvait miser sur le capital du temps. D’où l’importance des rites. Les rites séparaient les eaux du temps comme Moïse avait séparé celles de la Mer Rouge, pour permettre à l’âme de se recueillir dans l’instant et d’y trouver la force d’un envol vers l’éternel.

    Rites de la table: de telle heure à telle heure on mange... et on ne pense qu’à manger et qu’à causer avec les commensaux. La table, si elle est bien mise, sera belle au point que les peintres voudraient la reproduire dans une nature morte. Dans cet espace transfiguré par l’art - lequel s’identifie ici à l’art de vivre - dans ce temps protégé contre le temps, les esprits s’animeront.

    Les rites de la table, comme tous les rites d’ailleurs, sont remplis de défis à la méthode. Le but ici n’est pas de lutter contre la montre, mais de l’arrêter.

    Le mystère, le secret au fond de l’homme a besoin de ces arrêts du temps. La vie aussi, de même que les sentiments, les passions et la foi. La joie sera d’autant plus débordante les jours de fête qu’elle aura été plus longtemps et plus rigoureusement contenue.

    La technique détruit les rites, ces accidents du paysage temporel, plus efficacement encore qu’elle ne soumet à sa norme les paysages de l’espace. Dans les familles en manque de temps, chacun mange à son heure ... et tous les autres rites anciens subissent le même assaut pour être remplacés par des rites nouveaux, comme le grignotage devant le téléviseur, qui ont tous pour but non d’ouvrir le temps sur l’éternité, mais de le faire servir au culte de la machine.

    Ellul et Illich


    Commentant les travaux de celui qu’il appelle son maître, Ivan Illich n’hésite pas à voir dans le système technicien totalitaire une perversion du message de l’évangile. «Il n'est pas possible d'expliquer le régime de la technique, si l'on ne le comprend pas génétiquement comme une résultante du christianisme. Ses traits principaux doivent leur existence à la subversion que je viens d'évoquer. Parmi les caractères distinctifs et décisifs de notre âge, beaucoup sont incompréhensibles si l'on ne voit pas qu'ils sont dans le droit fil d'une invitation évangélique, à chaque homme, qui a été transformée en un but institutionnalisé, standardisé et géré» (magazine L’Agora, vol. 2, no 1).

    On retrouve ici les «vertus chrétiennes devenues folles» de Chesterton. Leur folie résulte  d’une démesure, à laquelle les Grecs anciens ont échappé -- ce dont Ellul s’est émerveillé -- mais par laquelle les hommes sont fascinés depuis qu’ils ont associé le fait que les méthodes sont indéfiniment perfectibles, à l’utopie, ou si l’on préfère, au projet messianique selon lequel le salut des hommes, ce qui les rendrait meilleurs, -- ce qui leur permettrait de s’accomplir -- viendrait du perfectionnement des méthodes.


    --------------------------------------------------------------------------------

    Date de création: 2015-11-11 | Date de modification: 2015-11-11
    Loading

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2015-11-11
    Dernière modification:
    2015-11-11

    Documents associés


    Youri Pinard

    Daniel Laguitton

    Jacques Dufresne

    Andrée Mathieu

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Jacques Dufresne

    Daniel Laguitton

    Jacques Dufresne

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...