• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Drogue: dolor en Mejico, numbness in USA

    Hélène Laberge
    Dans cette lettre intitulée Apologies to Mexico, Rebecca Solnit, une anthropologue qui a elle-même expérimenté diverses sortes de drogues dans le grand mouvement des années 1960 montre comment la recherche de l'insensibilité (numbness) par les amateurs des drogues importées aux USA concourt à la cauchemardesque guerre des narcotrafiquants au Mexique. Et elle demande pardon aux Mexicains pour les souffrances qui leur sont infligées dans cet incessant commerce entre les deux pays.

    « Cher Mexique, je vous demande pardon. J'ai tellement de raisons de vous demander pardon depuis la façon dont Monsanto, cette corporation biotechnique américaine, a contaminé votre maïs jusqu'à la manière dont l'Arizona et l'Alabama persécutent vos citoyens. Mais en ce moment c'est pour la guerre de la drogue que je veux vous demander de nous pardonner, pour les 10 000 cauchemars terrifiants que nous rapportent les nouvelles et pour tout le reste qui demeure inconnu ».

    C'est le prologue de la lettre remarquable Apologies to Mexico signée Rebecca Solnit et parue récemment dans Tom Dispatch1.

    Remarquable d'abord et avant tout parce qu'elle est le fruit des souffrances d'une femme qui dans la montée de la drogue dans les années 1960-1980 aux USA a connu l'enfer des diverses drogues, marijuana, crac, amphétamines et autres. Ce qui a été « écrit avec le sang » pour reprendre le mot de Nietzsche mérite une profonde attention.

    Son témoignage ne se borne pas à ce que nous connaissons plus ou moins sur les effets des drogues. Il décrit avec rigueur la guerre de la drogue entre les USA et le Mexique et les horribles meurtres qu'elle suscite : « En 2006, dans un club de nuit de Muchoacan, cing personnes furent décapitées et leur tête roula sur le sol, 300 cadavres furent dissouts dans de l'acide par le complice d'un baron de la drogue, 49 corps mutilés furent retrouvés dans des sacs de plastique au bord d'une route dans le Monterey, au début de l'année 2012, 9 personnes furent pendues sur un viaduc à Nuevo Laredo, (…) un carnage qui a coûté la vie à des dizaines de milliers de Mexicains au cours de la dernière décennie et qui terrorise la nation tout entière ».

    La drogue de l'argent


    Rebecca Solnit met dans le même sac l'addiction2 à l'argent et celle à la drogue en général. « La guerre de la drogue est alimentée par beaucoup de choses mais la plus terrible c'est celle de l'argent, cet argent qui est une drogue en lui-même dont tant de gens sont devenus accros au point qu'ils ne peuvent pas être désintoxiqués. Pour se procurer cette drogue, ils tuent, détruisent des communautés et des écologies, et même des sociétés, soit pour fabriquer des drones, soit pour empocher de fabuleux profits à Wall Street par la vente de l'héroïne ».

    Sa description des drogues est succinte mais terriblement juste. « La marijuana a pour effet particulier, dit-elle, de vous rendre semblables à des meubles de patio, alors que l'héroïne vous jette dans une indifférence éthérée et vous rend un peu reptilien et que la cocaïne fait éclater votre fabuleux imaginaire avant de vous faire retomber dans votre petit moi misérable. Il existe maintenant des amphétamines qui semblent avoir le même effet que la rage, excepté que les victimes en éprouvent désespérément le manque ». Et de citer des chiffres effarants sur l'explosion de la demande : « Ces amphétamines furent d'abord produites aux USA. Mais à l'heure actuelle, d'énormes quantités sont produites au Mexique; on en a découvert cette année à Guadalajara 15 tonnes, c'est-à-dire, 13 millions de doses rapportant 4 milliards de dollars dans la vente au détail ».

    « Mais quelles que soient leurs différences, ces drogues, lorsqu'on les consomme régulièrement, en grande quantité et d'une façon destructrice ont toutes en commun d'anesthésier en nous la souffrance. Les cartels mexicains de la drogue sont accros à l'argent mais ils font leur argent sur la façon dont les Yankees de l'autre côté des frontières sont des accros de l'insensibilité. Ils nous vendent l'anesthésie des sentiments douloureux et nous l'achetons. Nous dépensons des dizaines de milliards chaque année à cet effet et selon certaines estimations, le tiers ou la moitié de ce montant retourne au Mexique ».

    « Le prix à payer pour l'anesthésie de notre sensibilité est terrifiant : pour éviter de souffrir, nous nous infligeons d'autres souffrances par des drogues qui ont des effets bien pires sur nous et sur les autres ». Et de citer le taux des mortalités par surdose aux USA, lequel est plus élevé que celui des accidents de la route et le plus haut taux dans le monde entier (à l'exclusion de l'Islande) soit 37 000 morts en 2009. Et de souligner en passant ce qui nous semble hélas! maintenant routinier toutes les violences générées par la vente des drogues dans la rue : les actes criminels de certains drogués pour se procurer l'argent nécessaire à la consommation, etc. Sans oublier la transmission du SIDA et de diverses formes d'hépatites par les aiguilles souillées.

    La lutte contre la drogue passe-t-elle par la prison?


    Rebecca Solnit dénonce l'inefficacité de l'emprisonnement qui est pour le moment le seul moyen qu'utilisent les États pour lutter contre la drogue. Ceux qui sont visés directement ce sont pour la plupart les Afro-américains. Il en ressort que les états qui doivent supporter le coût de ces prisons encombrées se retrouvent dénués de ressources pour éduquer les prisonniers et leur donner des soins médicaux. Faute de les aider à surmonter leur dépendance, on laisse des familles entières croupir pendant des années en prison. « À leur sortie, ils sont vus comme des parias et des bandits liés à la complexe guerre des drogues. Montrer le tribut qu'ils ont à payer exigerait plusieurs articles! ».

    USA, Mexique, il n'existe aucune frontière de la drogue; « ces pays forment un immense continent de souffrances. Et les narcotrafiquants créent constamment dans leur propre pays de nouveaux ilôts de toxicomanes et de pauvres. On parle de légaliser la drogue ce qui pourrait effectivement changer les données économiques des ventes. Mais aucun plan n'est fait pour réduire leur consommation, pour créer d'autres canaux efficaces de déviation de la souffrance. Ou pour s'attaquer directement aux causes de cette souffrance.

    « Le cartel de la drogue entre les USA et le Mexique est un gigantesque système de circulation de traumas: un échange incessant comme celui du Golf Stream: de la part des USA, de l'argent énormément d'argent et des armes en échange des drogues du Mexique. Les fusils détruisent, l'argent détruit, les drogues détruisent. Et la souffrance migre, une souffrance fantôme qui défie les frontières géographiques. Et comme ces drogues sont destinées à insensibiliser les citoyens d'un pays, les consommateurs américains exportent leurs souffrances au Mexique et dans l'ensemble de l'Amérique latine aussi sûrement que ces pays nous exportent leurs drogues. Cette recherche d'une insensibilité occasionnelle est la cause de beaucoup de souffrances définitives ailleurs : une économie instable, une économie de la douleur, une économie de la peur que le flux de la drogue alimente plutôt que de les faire disparaître. Comment évaluer ce PNS, ce Produit National brut de souffrances?

    Il existe, comme le souligne Rebecca Tolnit, toutes sortes de mouvements pour dissuader les consommateurs d'acheter vêtements et chaussures, fruits et céréales produits par des ouvriers largement explotés. Existe-t-il un mouvement pour dissuader les gens de consommer les drogues qui sont si destructrices pour les pays exportateurs?

    Elle suggère qu'on diffuse des images de personnes en train de renifler, au lieu de la coke, le sang des campesinos; ou d'héroïnomanes s'injectant les larmes d'autres personnes; ou de l'adepte de la marijuana fumant la détresse des enfants.

    La grande souffrance de l'Amérique


    Pourquoi mon pays produit-il tant de misères conjuguées à un tel désir de les annihiler sous une chape de plomb de drogues, se demande Rebecca. Elle évoque d'abord « l'impossibilité pour ses habitants de s'enraciner dans une société qui change tellement rapidement qu'elle évince ses membres de leur habitat et les force à émigrer ailleurs dans leur propre pays. Un pays tout compte fait où, littéralement ou psychologiquement, de nombreux habitants ne peuvent pas s'établir définitivement dans un endroit. Quand on est victime de cette instabilité et qu'on ne peut pas trouver un endroit où aller, le résultat c'est qu'on ne va nulle part, ─ c'est-à-dire dans les limbes et le cul de sac de la drogue ».

    Mais l'Amérique souffre essentiellement, et antérieurement à tout le reste, d'une forme très particulière de misère : l'optimisme. « Nous sommes, dit-elle, une nation de misérables optimistes. Lorsqu'on est misérable ici on est doublement misérable : nous croyons que tout est possible et si nous ne jouissons pas d'une santé parfaite couplée à une richesse convenable, c'est de notre faute! Lorsque des citoyens sont victimes de banqueroutes ou de fermetures d'industries causées par la destruction de notre économie par les gestionnaires – cela est perçu comme une faillite personnelle et non comme une faillite de nos institutions. Et ce sont les victimes et non les responsables de cette situation qui sont submergés par la honte. Les drogues ont alors pour effet d'anesthésier cette honte, d'empêcher qu'en prenant conscience des causes de nos pertes on lance des mouvements pour s'y opposer. D'où une double et même une triple misère : on vous perçoit d'abord comme responsable de la perte de votre emploi, de votre maison, de vos économies et même de la silhouette de mannequin de votre femme; on refuse l'échec et la souffrance qui s'ensuit parce que l'optimisme à tout prix est le courant dominant de la société. Dans ces conditions, il n'est pas possible de montrer le côté arbitraire des circonstances qui ont causé votre faillite et de chercher les moyens d'y remédier ».

    Et Rébecca Tolnit de conclure que les drogues prescrites ou consommées sont destinées à anesthésier le sentiment d'échec si typiquement américain, et dans le même mouvement, à annihiler toutes les attentes de changement.

    La négation de la tristesse


    « Aux USA, il n'y a pas de place pour la tristesse, il existe une grande quantité de drogues pour en venir à bout. Nous sommes soumis à des pertes, des deuils et des événements qui plongeraient dans la tristesse toute personne normale. Mais dans ce pays, si vous vous sentez triste c'est de votre faute; et vous êtes considéré comme anormal ou bien malade et même les médecins sont d'avis qu'il faut vous prescrire des drogues. Avec comme résultat qu'un nombre important d'Américains sont accros de ces drogues. Il reste bien sûr les effets anesthésiants du bon vieil alcool mais la production des boissons alcooliques n'a rien à voir avec la guerre des narcotrafiquants et la quantité de meurtres par décapitation au Mexique ».

    La Déesse de la mort


    Voici le récit terrifiant dans sa sobriété de la courageuse visite de Rébecca Solnit au sanctuaire de Santa Muerte à Mexico en 2007. Elle était accompagnée d'un jeune ami : « Il était dangereux pour les étrangers que nous étions d'oser traverser Tepito, le barrio du Marché Noir à moins de nous diriger vers le sanctuaire où d'imposants hommes en noir priaient et allumaient des cierges en l'honneur de la déesse squelettique qui est la sainte patronne des narcotrafiquants. Ils vénèrent la mort; ils sont familiers avec elle; ils se la font tatouer sur leur corps et voilà qu'elle se dressait devant nous – un squelette sans chair, entouré de cierges, d'offrandes, de cigarettes et d'or, une Déesse aztèque devenue une déesse commerciale ».

    Rebecca raconte alors qu'elle a empêché son jeune ami de prendre des photos, persuadée que ces manifestations de dévotion des barons de la drogue ne devaient pas être photographiées. Au moment de partir, c'est la patronne du sanctuaire elle-même qui verrouilla son kiosque d'objets pieux, les prit tous les deux par le bras et les conduisit au métro. « Comme si ce court moment de contact charnel avec la gardienne de la mort assurait notre survie. Nous avions survécu à ce court moment de contact direct avec la guerre de la drogue. Un grand nombre d'autres n'ont pas eu cette chance ».

    Et de conclure :« Je désire que les narcotrafiquants se repentent et donnent leurs milliards aux pauvres. Je désire que la peur disparaisse. On attribue à votre président/dictateur Portofiro Diaz, en fonction il y a une centaine d'années, la remarque suivante : ''Pauvre Mexique, si loin de Dieu et si proche des États-Unis.'' On pourrait retourner de la façon suivante ce propos : ''Douloureux Mexique, si loin de la paix et si proche de l'insensibilité des USA. »

    Notes
    1 Rebecca Solnit a connu les guerres internes autour du crack dans les années 1980 et a également fait l'expérience de nombreuses drogues il y a très longtemps. Collaboratrice régulière de TomDispatch, elle est l'auteur d'une douzaine de livres dont celui récent Infinite City : A San Francisco Atlas qui recense parmi d'autres choses les 99 meurtres perpétrés dans cette ville en 2008, pour la plupart sur la personne de jeunes gens pauvres pris dans les filets habituels de la drogue. Elle décrit aussi la vie des travailleurs sans papier à San Francisco.

    Rebecca Solnit, copyright 2012 TomDispatch Apologies to Mexico

    2 Addiction, ce mot utilisé en anglais dérive du latin, addictio qui a plusieurs sens dont celui d'adjudication (par sentence du préteur) ou fixation du jour (pour une vente).Mais il signifie aussi « condamnation ». Se condamner soi-même à la drogue...  Et l'adjectif addictus désigne l'« esclave pour une dette ».

    Adaptation de Hélène Laberge

    Date de création: 2012-07-28 | Date de modification: 2013-01-17
    Loading

    Informations

    L'auteur
    Date de création:
    2012-07-28
    Dernière modification:
    2013-01-17
    Extrait
    « Le cartel de la drogue entre les USA et le Mexique est un gigantesque système de circulation de traumas: un échange incessant comme celui du Golf Stream: de la part des USA, de l'argent énormément d'argent et des armes en échange des drogues du Mexique. Les fusils détruisent, l'argent détruit, les drogues détruisent. Et la souffrance migre, une souffrance fantôme qui défie les frontières géographiques. Et comme ces drogues sont destinées à insensibiliser les citoyens d'un pays, les consommateurs américains exportent leurs souffrances au Mexique et dans l'ensemble de l'Amérique latine aussi sûrement que ces pays nous exportent leurs drogues. Cette recherche d'une insensibilité occasionnelle est la cause de beaucoup de souffrances définitives ailleurs: une économie instable, une économie de la douleur, une économie de la peur que le flux de la drogue alimente plutôt que de les faire disparaître. Comment évaluer ce PNS, ce Produit National brut de souffrances?

    Documents associés


    Daniel Laguitton

    Jacques Dufresne

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homovivens en devenant membre ou en faisant un don.

     



    Flux RSS:

    Les Dossiers

    Savoir vie garder

    Le nom de Néfertiti signifie «la belle est arrivée». La racine néfer et ses dérivés décrivent les aspects positifs et moteurs de la vie, au premie...
    Voici comment en 1968, Jacques Mousseau présentait Alan Watts dans la revue Nouvelle Planète« À travers l’œuvre d’Alan Watts court la préoccupation ...
     L'homme se rapprochera-t-il de l'animal, comme plusieurs semblent le souhaiter, ou s'assimilera-t-il  complètement à la machine comme les transhumanistes l'incitent à l...
    La déshumanisation  est indolore. Nous conversons tous les jours avec des robots sans en souffrir le moins du monde. On nous annonce l’utérus artificiel pour demain, nous d&ea...
    Colloque Vivre ou fonctionner Sous-titre : L’incarnation comme remède aux maux de la planète et de l’humanitéTranshumanisme, règne de la quantit&eacut...
     Chers américains, autant vous êtes insuportables, terrifiants même quand vous vous assimilez aux robots et rêvez d’une immortalité sur disque dur, autant vo...
     Ce texte fait partie d'une série d'articles regroupés sous le titre général de Quatre articles convergeant vers la critique du narcissisme.Aux origines de la dé...
    Comment faire en sorte que nos écoles forment des êtres vivants? Comment éduquer pour la vie? En éduquant par la vie.Ce qu'a fait le fondateur du collège de la Pocati...
    Par Jean Onimus « Enthousiasme, Oh! mot aux grandes ailes, mot affolant qui fait battre le cœur à grands coups, mot qui enlève, exalte, emporte, arrache vers les é...
    Esthétique et education réflexion à partir de l’éducation esthétique de Schillerpar Chantal LapointePremière partie« L’utilité est la...
    Frédéric Back ou la vie plus forte que l’envie, par Jacques Dufresne Mort de notre ami Frédéric Back, la veille de Noël 2013, juste avant une fête semblabl...
     BACHELARD, UNE ANTHROPOLOGIE DE L’HOMME INTEGRAL  par Jean-Jacques Wunenburger *Quand les nombres et les figuresNe seront plus la clef de toute créature,Quand, par les cha...
    Joseph Weizenbaum (né à Berlin le 8 janvier 1923 et mort à Berlin le 5 mars 2008) est un informaticien germano-américain. Il fut professeur émérite d'informat...
     par Hélène Laberge « En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle éclaire ce qui n'est point le plus délicat, elle ap...
    « L'homme, exilé sur la terre, est maintenant exilé de la terre ».G.T.En 1998, je publiais Après l'homme le cyborg? C'était un cri d'indignation accompagn&eacut...
    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence ...
    «Un jour comme celui-ci, je prends conscience de ce que je vous ai dit en cent occasions – que le monde est très bien comme il est. Ce qui ne va pas, c’est notre manièr...
    La Ferme Berthe-RousseauPour vous y rendre (1), faites très attention à l'écriteau indiquant Moulin de la laine, tout de suite à droite vous traversez un petit pont de bois...
    Naissance de la musiqueLa musique n'a plus de frontières. Orphée ne chantent plus seulement pour Euridyce, il charme tous les hommes. Ceci grâce aux progrès accomplis dans l...
    «Un bon esprit doit ressembler à une broussaille plutôt qu'à un herbier.» AlainExiste-il une vie intellectuelle? Pas au sens d’occupation, de travail, d’act...
    Voici un texte essentiel sur cette vie subjective, que nous appelons souvent la vie comme qualité sur ce site.« La vie subjective d'un côté, la réalité physique...
     L’art d’imiter la natureLe biomimétismeAndrée Mathieu et Moana LebelÉditions MultiMondes, 2015Commentaire de Jacques DufresneSi vous aviez cherché biomim&...
    Pierre Bertrand, philosophe québécois prolifique est l’invité de la Compagnie des philosophes à sa rencontre du dimanche 1er février 2015. Nous profitons de l&...
     Certains articles de journaux, rares il est vrai, sont des événements qui marquent un tournant de l’histoire ou un changement de mentalité. C’est le cas de l&rsq...
    par Jacques Grand'Maison« Si le mot que tu veux ajouter n'est pas plus beau que le silence, retiens-le », disait un mystique soufiste.Présence et silence s'appellent l'un l'autre. S...
    Nous étions amis, nous avions vingt ans, nous avions lu Nietzsche, nous étions implacables. Le conférencier devant nous, sûr de posséder la vérité, plus...
    Notre dossier de la rentrée La radicalité consiste à remonter jusqu’à la racine d’un mal pour en trouver le remède, l’extrémisme (comme...
     Deathist. C’est le mot que le Ésope du transhumanisme, le suédois Nick Bostrom, utilise pour fustiger ceux qui de Socrate à Rilke ont fait de la mort une alliée...
    UN SIÈCLE DE PENSÉES CONVERGENTESC’est le climat qui est le sujet de la conférence de Paris et c’est la question de la limite qui en sera l’enjeu principal : lim...
    Pays, paysan, paysage Suite aux élections québécoises du 7 avril dernier, marquée par la défaite du Parti québécois et de son projet souverainiste...
    PENSER LA SCIENCE L’analyse du rôle joué par la science dans la société contemporainepar Ber...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de la plupart des métaux. Suivrons-nous le conseil de Sén&egr...
    La question du rythme que nous abordons ici est complexe et peut conduire à des excès, ce dont il faut être bien conscient. Nous nous limitons ici à une introduction dans le...
    Ne pas confondre avec signes vitaux. Quand une personne nous donne signe de vie, elle ne nous décline pas l'état de ses signes vitaux : température, pouls, respiration et pression...
    Cet article de Françcois Tremblay sur l'art naîf et sur l'oeuvre de Solange Hubert, a d'abord paru dans MAGAZINART, été/automne 2011.« Art naïf, art populaire, ar...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
     Les idéologies du sportpar Gabor Csepregi               Gabor Csepregi, athlète et philosophe, est l’aut...
    Au moment oû les hommes considéraient la terre comme un lieu de passage, ils y construisaient pour l'éternité; ils l'ont transformée en terrain de camping à p...
    L’automobile est rarement un objet de réflexion, même si elle occupe dans nos vies et sur notre planète une place démesurée. Réfléchir sur une cho...

    L'emmachination

    Quel est, se demandait René Dubos, l'envers de cette extraordinaire adaptabilité qui est pour les humains un avantage indiscutable par rapport aux autres espèces? Il y a, ré...
    La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologis...
    Désincarnation. Ce mal indolore, invisible et silencieux résulte de la montée du formalisme dans une civilisation ou une personne. L’accès à la propriét...
    L'emmachination est le fait, pour un être vivant de s'assimiler à la machine. Pour ce qui est de l'être humain, elle est le contraire de l'incarnation. L'incarnation est la tendance...
    Google vient d’adhérer au transhumanisme. Faut-il s’en étonner? Son siège social est voisin de la Singularity University fondée par Ray Kurzweil.La dénat...
    Humanisé par votre portable?Par Jacques DufresneIl porte trois noms en français. Vous l’appellerez cellulaire si vous avez le sentiment qu'il vous enferme dans une cellule, mobile ...
     Les insectes dans l'Encyclopédie de l'AgoraLe point sur le déclin des insectes
     L’euthanasie et la PMA en contexte Relier pour comprendre On peut certes isoler une plante et l’étudier en laboratoire, mais on ne la connaîtra complète...
    La PMA ou la médecine sans limitesPar Jacques Dufresne Ovules importés des États-Unis par catalogue, mère porteuse sollicitée en l’absence de tout encadre...
    Dans la perspective de ce portail Homo Vivens, le chiffre et l'argent sont indissociables. Ce sont des signes dont l'importance croissante, démesurée, réduisent l'homme et ses sen...
    Stéphane StapinskyLe texte suivant, extrait d’un document intitulé  « Trois jours chez les transhumanistes » produit par l’équipe du site Pi...
    Tout le monde, ou presque, emploie maintenant les mots conscience et intelligence aussi bien à propos des ordinateurs que des humains et en tenant pour acquis qu'il s’agit des mêmes...
    On a accès à un nombre croissant de nouvelles devant lesquelles on se demande comment les évoquer, pour les critiquer, sans obtenir l\'effet contraire : qu'on en parle davantage d...
     La médicalisation est la prise en charge systèmatique de la santé des gens par des experts appartenant à la profession médicale.Ce phénomène aujo...
    De hatsu premier son et miku futur, Hatsune Miku est une chanteuse ayant toutes les caractéristiques d'une diva sauf une : la vie. Elle est un hybride composé d'une voix synthétiq...

    La robotorie

    Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Qu&...
    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest An...
    Par analogie avec animalerie et ménagerie. L'animalerie évoque l'entière soumission de l'animal à l'homme, elle est cette antichambre du laboratoire où les animaux u...

    La nouvelle espèce

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été éc...
    Article de l'Encyclopédie de DiderotAUTOMATE, s. m. (Méchaniq.) engin qui se meut de lui-même, ou machine qui porte en elle le principe de son mouvement.Ce mot est grec αὐτόμ...
    De nombreux scientifiques, dont plusieurs sont à l’origine de l’ordinateur et d’Internet, ont tantôt réclamé, tantôt proclamé l’av&egrav...
    Pour une vue d'ensemble de la question, nous vous invitons à consulter le dossier eugénisme de l'Encyclopédie de l'Agora.On a cru un moment, en Occident du moins, que l'eugé...
    Crise économique, réchauffement climatique, événements extrêmes, pic pétrolier, pic de l'or, pic du cuivre, pic du fer... Face à ces limites, le d&eacut...
    Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les O...
    Voici un texte écrit en 1995 qui éclaire de façon singulière les questions que nous soulevons dans ce portail Homovivens.« Progrès accéléré...
    Plus l'humain ressemble au robot plus il se reconnâit en lui; ce qui aide à comprendre pourquoi une comparaison entre l'homme et le robot qui aurait provoqué l'indignation de Berna...
    Nos rites funéraires sont en crise, il y a de moins en moins d’inhumation, de plus en plus de crémation, les cérémonies de funérailles, quand il y en a, ont pa...
    Nous retenons ici les deux principaux sens que le FLF donne au mot anticipation« A.− [L'anticipation concerne une action] Réalisation de cette action avant le moment attendu ou pr&e...
    Texte à venir
    Dans l’histoire des ordinateurs, le mathématicien anglais Alan Turing a joué un rôle de premier plan. On lui doit notamment la machine qui porte son nom. Il s’agit d&rs...
    Le concept de posthumanisme est encore flou. Pour le moment chacun peut lui donner le sens opposé à celui qu'il donne au mot humanisme, ce qui nous autorise à prendre notre propre...
    Selon Ray Kurzwei, avec l'avènement de l'ordinateur, l'homme se précipite vers un nouveau big bang programmé pour éclater en 2045. Il a même donné un nom &agra...
    Der Spiegel en guerre contre la Silicon ValleyLa vallée de l’avenir…de l’humanité?¿Quién manda en el mundo? Qui commande,1 qui commandera dans le monde, ...
    Les définitions qu'on trouvera plus loin dans cette page, remonte à 2008. Le mouvement transhumaniste, si c'est le mot qui convient, a progressé si rapidement que c'est cette d&ea...